Construire les notions-clés du développement durable

Très récente —elle n’a été formulée explicitement qu’en 1987— l’idée d’un développement durable est vite devenu une « chienne d’idée » au sens de la chanson de Leforestier. Le monde des chercheurs et des universitaires que nous formons s’est précipité dessus dans une orgie d’articles, de livres et de commentaires. Chacun pour soi, dans l’urgence, enfermé dans la logique de ses champs disciplinaires. Le résultat ? Une cacophonie qui n’est pas sans évoquer le mélange des langues des constructeurs de la tour de Babel, une incompréhension mutuelle, des monologues obstinés. Dans le bestiaire de la durabilité, une expression est particulièrement étrange : « le concept de développement durable ». Quel concept ? Où voyez-vous un concept dans le développement durable ? Qui dit « concept » dit théorisation et toute théorisation suppose la construction formalisée des notions, partagées par l’ensemble de la communauté travaillant sur le sujet ; notions qui sont ensuite ensuite articulées entre elles pour former le socle de l’élaboration conceptuelle. Nous en sommes loin : À l’heure actuelle, le développement durable tient plus de la narration que du concept. Livres et articles racontent des histoires. L’auteur dit : « voilà ce qu’est pour le développement durable, à partir de mon expérience ». Ces histoires sont parfois passionnantes, mais elles restent des histoires isolées. Alors, si nous voulons que le développement durable devienne vraiment un concept —ce qui est la condition de sa compréhension et de son opérationnalité— il convient de commencer par en construire les briques, c’est-à-dire les notions-clés. Et il importe de le faire dans un espace interdisciplinaire où différentes approches se confrontent et se fécondent pour faire émerger des définitions et des notions acceptées par tous. Tel est l’objectif du séminaire BABEL. Il associe aménageurs, écologues, économistes, géographes, politistes, urbanistes. Le temps de BABEL est scandé par 3 grands événements : des séances mensuelles, une journée d’étude semestrielle et une manifestation biennale. Ce site est le porte-parole du projet BABEL. Il constitue une plateforme d’échange avec les comptes-rendus des différentes sessions du séminaire, l’annonce des événements et un espace de débat via les réactions aux articles et aux comptes-rendus.

Si vous souhaitez participer au prochain séminaire annoncé, contactez l'équipe d'accueil à l'adresse labo-habiter@univ-reims.fr en indiquant la date du séminaire concerné. L'inscription est libre et gratuite.

François Mancebo

Je suis professeur des universités à Reims en aménagement, urbanisme, développement durable. Mes travaux concernent, d'une part, la mise en oeuvre du développement durable (tout particulièrement les processus décisionnels et les arbitrages entre équités), d'autre part, à la formalisation d'un cadre théorique pour la durabilité.

More Posts

Les commentaires sont fermés.