Une nouvelle cosmologie pour un développement durable

Pour les physiciens, la cosmologie est la science de l’Univers. Mais cette acception est tributaire de la distinction préalable entre « sciences » (de la matière et de la vie) et sciences sociales et humaines. A l’amont de cette distinction propre à une certaine période de l’histoire humaine, ce terme a un sens plus large. Il désigne alors une façon de se représenter pratiquement, ou de concevoir théoriquement, l’humain dans le Cosmos, ou encore une façon de penser les continuités et les discontinuités entre tous les « existants » de l’Univers . En ce sens, la cosmologie qui s’est imposée avec l’avènement de la science en tant que démarche de connaissance distincte de la philosophie au-delà du XVIIIème siècle est cette cosmologie qui entérine le dualisme de la Nature et de la Société, c’est-à-dire « la réduction de la multitude des existants à deux ordres de réalité hétérogènes », la Nature se présentant alors comme « un domaine d’objets régi par des lois autonomes sur le fond duquel l’arbitraire des activités humaines pouvait déployer son séduisant chatoiement » ; autrement dit, comme « un décor du social » . Ainsi, cette cosmologie peut être qualifiée de dualiste (les gnosistes), de naturaliste (Philippe Descola) ou plus simplement de moderne (Hannah Arendt, Bruno Latour). Une proposition impliquant centralement cette cosmologie particulière va être défendue à la fin de ce papier. Elle se décline en trois temps : 1/ le caractère non durable depuis deux siècles du développement réellement existant est consubstantiel à cette cosmologie naturaliste moderne ; 2/ cette cosmologie est en crise en ce début du XXIème siècle ; 3/ l’avènement d’un développement durable implique, en conséquence, une rupture avec cette dernière : le passage à une nouvelle cosmologie, qualifiée d’écologique ; soit une cosmologie qui se distingue nettement, non seulement de la cosmologie naturaliste, mais aussi des cosmologies qui ont eu cours avant l’avènement de celle-ci et qui pour certaines retrouvent une certaine actualité dans le cadre de sa crise. Cette proposition est logiquement défendable sans problème s’il s’avère possible de construire une topologie en compréhension des cosmologies possibles comprenant à la fois les cosmologies passées et cette nouvelle cosmologie. C’est à l’établissement d’une telle topologie qu’est consacré l’essentiel de ce papier, ses implications concernant le développement durable étant tirées dans sa conclusion.

Il y a lieu, dans un premier temps, de revenir sur la caractérisation de la cosmologie naturaliste, en partant du principal argument qui a présidé à son adoption dans les sociétés modernes et en prenant en compte les principaux travaux qui ont critiqué cet argument. Comme le constat qui s’imposera à la fin de cette première partie est que ces diverses contestations posent des problèmes, tout particulièrement la topologie des cosmologies proposée par Philippe Descola, une seconde partie aura pour objet de tenter de résoudre ces problèmes en proposant une topologie qui réponde à l’exigence qui vient d’être indiquée, l’une des principales caractéristiques de cette topologie étant que sa compréhension met en jeu les modes de justification des institutions et des pratiques humaines.



Documents téléchargeables :

Article de B. Billaudot – une nouvelle cosmologie pour un développement durable



A propos François Mancebo

Je suis professeur des universités à Reims en aménagement, urbanisme, développement durable. Mes travaux concernent, d'une part, la mise en oeuvre du développement durable (tout particulièrement les processus décisionnels et les arbitrages entre équités), d'autre part, à la formalisation d'un cadre théorique pour la durabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *