Weak versus strong sustainability : un clivage fort ou faible ?

Session 20 du jeudi 17 février 2011
Intervenant : Franck-Dominique Vivien (Maître de Conférence – Économie – Laboratoire « Organisations marchandes et institutions » – Université de Reims Champagne Ardenne)
Retranscription de l’intervention : Sébastien Piantoni (Ingénieur d’études – EA 2076 Habiter)

L’opposition entre modèle de « soutenabilité faible » et modèle de « soutenabilité forte » structure le débat économique relatif au développement soutenable depuis la fin des années 1980. Cette opposition repose pour l’essentiel sur les propriétés de substituabilité plus ou moins fortes que l’on prête au « capital naturel » relativement aux autres formes de capitaux. Du point de vue des stratégies de développement soutenable à mettre en œuvre, cette distinction débouche sur la reconnaissance, pour les uns, de l’importance du progrès technique et des politiques susceptibles de le dynamiser et, pour les autres, de l’importance du « capital naturel critique » et des politiques aptes à permettre sa transmission aux générations futures. Au premier abord, le clivage entre soutenabilité « faible » et soutenabilité « forte » apparaît donc crucial. Mais, tout bien considéré, l’est-il autant que cela ? Il convient de noter en effet que ce débat repose sur des propositions et des catégories analytiques relatives à des modèles macroéconomiques de croissance et des conceptions de l’innovation technique qui sont très abstraites. L’exploration du clivage entre soutenabilité « faible » et « forte » oblige ainsi à élaborer d’autres cadrages analytiques.

Quelques éléments de contexte

Le débat concernant l’opposition entre modèles de soutenabilité faible et de soutenabilité forte intervient en économie à partir de la fin des années 1980. Les économistes se sont appropriés très rapidement la notion de développement soutenable, en réponse au rapport Brundtland (CMED, 1987) et en vue de se préparer à la conférence de Rio de 1992. Il faut dire que ce débat relatif à la soutenabilité de la dynamique économique est déjà ancien (Vivien, 2010). En ce qui concerne la période contemporaine, nous pouvons le faire remonter au début des années 1970, au moment de la parution du premier rapport au Club de Rome, « The limits to growth » (les limites de la croissance) (Meadows et al., 1972). Commandé par le Club de Rome à des chercheurs du MIT, ce rapport, qui repose sur une logique systémique, propose, à travers un modèle du monde assez simpliste, un exercice de prospective à long terme. Tous les scénarios qui en résultent prévoient à plus ou moins long terme une dynamique mondiale qui s’écroule, soit par une augmentation trop importante de la population, soit par un manque de nourriture, soit encore à cause d’une pollution trop importante. Ce rapport interpelle très fortement les économistes, et notamment les théoriciens de la croissance.

Rappelons qu’en 1972, la croissance économique s’inscrit dans un phénomène contemporain, ce que nous appelons, en reprenant l’expression de Jean Fourastié, les « trente glorieuses ». Il s’agit d’une période de croissance extraordinaire par sa durée et les taux de croissance enregistrés. C’est dans ce contexte que les théoriciens de la croissance sont interpellés par la problématique environnementale qui est travaillée à cette époque par des chercheurs relativement marginaux dans la discipline économique. C’est le cas notamment de l’économie écologique naissante, à travers notamment les travaux d’Herman Daly [1972], qui constituent l’arrière-plan du premier rapport au Club de Rome. Ce débat n’est pas seulement un débat interne aux sciences économiques, il s’agit aussi d’un débat politique, le Club de Rome étant un think tank composé de décideurs, de personnalités de l’OCDE, de grands managers internationaux, etc. Dès 1972, les grands théoriciens de la croissance [Nordhaus, 1974 ; Solow, 1974] répondent au club de Rome à travers des publications très critiques. C’est à partir de cette période que les économistes de la croissance vont intégrer, petit à petit, la problématique environnementale dans leur modèle habituel. On trouve là l’origine du modèle de « soutenabilité faible ».

Le modèle de soutenabilité faible

La théorie économique standard, qui est l’économie dominante, propose un modèle pour répondre à l’enjeu de la soutenabilité que l’on désigne généralement comme le modèle de soutenabilité faible. L’enjeu du développement durable y est traduit par l’idée d’une non-décroissance d’un indicateur de bien-être individuel à travers le temps, d’une génération à l’autre. Il s’agit alors de ce que l’on peut considérer comme une contrainte minimale de soutenabilité (rien n’empêche, si cela est possible, d’augmenter le bien-être d’une génération à l’autre). Cet indicateur de bien-être individuel peut être soit un niveau de consommation individuelle, soit un niveau de revenu, soit ce que les économistes appellent un niveau d’utilité.

Le bien-être individuel dépend avant tout du niveau de consommation, autrement dit de la quantité de biens et de services qui permettent de répondre aux besoins des individus. Comment produit-on cette quantité de biens et de services ? Par ce que les économistes appellent des facteurs de production. Quels sont ces facteurs de production ? Traditionnellement, en économie, on reconnaît deux grands types de facteurs de production. Le premier est le facteur « travail » qui, le plus souvent, ne focalise pas une très grande attention, parce qu’il correspond à une ressource (humaine, en l’occurrence) qui se reproduit toute seule. Le second facteur de production est le capital qui intéresse beaucoup plus les économistes, au point où, depuis longtemps, ils en ont fait l’élément central de l’accumulation des richesses. C’est dans cette perspective que l’on peut considérer la problématique de la soutenabilité en économie : il faut absolument qu’un stock de capital puisse perdurer à travers le temps pour permettre la création d’une quantité suffisante de biens et de services et maintenir un certain niveau de bien-être d’une génération à l’autre. La question – nous allons le voir – est de savoir de quoi doit être fait ce stock de capital.

Depuis le débat suscité par le premier rapport au Club de Rome, le capital est un concept qui n’est plus monolithique. Les économistes standards raisonnent à l’aide de plusieurs types de capitaux. Une distinction a notamment été introduite entre le « capital créé par les hommes » (« man-made capital ») et le « capital naturel ». Il faut entendre par là le capital offert par la nature : les ressources naturelles, les matières premières, le fait que nous puissions respirer sans avoir à payer, etc. Les conditions d’habitabilité de la terre, même si elles se dégradent, font partie du capital « naturel ». Ce « capital naturel » est reconnu comme une importante source de bien-être. Il y a, à côté de celui-ci, le capital créé par les hommes qui correspond au capital technique (machine, équipement, infrastructures…) et au capital humain, notion qui apparaît dans les années 1960 avec l’idée que lorsque les hommes se forment, ils acquièrent un capital, ils investissent en eux-mêmes en quelque sorte. Ceci étant posé, l’hypothèse que retient l’économie standard est qu’il est possible de remplacer certaines formes de capital par d’autres. Les générations futures pourront se passer de « capital naturel » si nous leur léguons davantage d’autres formes de capitaux.

Si je résume la contrainte, l’hypothèse de soutenabilité faible est que nous allons maintenir un niveau de bien-être individuel à travers le temps. Pour ce faire, il faut assurer une production de biens et de services à travers les générations. Pour produire ces biens et services, il faut veiller sur le facteur de production « capital », il faut donc un stock de capital qui soit maintenu intact à travers le temps et transmis d’une génération à l’autre. Mais, à l’intérieur de ce stock de capital, nous pouvons opérer des substitutions. On se doit donc de léguer aux générations futures le même stock de capital dont nous disposons aujourd’hui, elles auront certes moins de « capital naturel » que ce que nous avons actuellement, mais en contrepartie nous leur donnerons plus de « capital humain » et de capital technique.

Ce modèle de soutenabilité faible est une sorte de pari. Ses contraintes ne sont pas très fortes même s’il existe des contraintes liées au capital : il faut continuer à épargner de manière suffisante, il faut continuer à investir pour créer du capital. Le modèle de soutenabilité faible s’inscrit ainsi dans la droite ligne de ce qu’ont toujours prôné les économistes classiques depuis qu’existe l’économie politique. Quelques éléments du « capital naturel » sont tout de même considérés comme irremplaçables. Il en va ainsi, par exemple, selon Robert Solow [1992], des parcs de Yellowstone et de Yosemite. Mais, pour le reste, il n’existe pas de contrainte forte en termes de conservation de ressource. Depuis les années 1970, les économistes standards souligne qu’il n’existe pas de véritables contraintes d’un point de vue énergétique et matériel, si ce n’est la question du changement climatique [Nordhaus, 1974] qui, avec le temps, a fini tout de même par peser sur les débats. Mais, même de ce point de vue, des théoriciens néoclassiques du changement climatique affirment que les générations futures seront beaucoup plus riches que les générations présentes [Godard ; Vivien, 2009]. Et donc que les premières auront plus de moyens que les secondes pour prendre des mesures adéquates.

Ce modèle de soutenabilité faible repose sur un certain nombre d’hypothèses. La première est celle d’un progrès technique qui permettra cette prise de relais du capital créé par les hommes. Cette idée, posée quasiment ex-nihilo, est extrêmement forte et relativement ancienne dans la théorisation standard puisqu’elle date des années 1970. Selon ce postulat, nous arriverons toujours à trouver une technique qui nous permettra de prendre le relais du capital naturel perdu. Quelles techniques et de quelle manière ? Rien de précis n’est dit là-dessus…

Une deuxième hypothèse concerne le régime d’investissement et l’épargne. Conformément à l’hypothèse précédente, il faut investir dans la science et la technologie pour trouver les techniques nécessaires aux prises de relais. Il y a donc l’hypothèse de la réalisation d’un « bon » investissement, i.e. d’une épargne investie dans les domaines où nous trouverons les solutions technologiques d’avenir. Plusieurs solutions sont proposées pour orienter l’investissement. Soit l’État se charge de cette tâche. Comme vous le savez, les scientifiques cherchent des solutions sans être certains d’arriver aux résultats escomptés. La recherche apparaît donc comme un investissement relativement aléatoire. C’est pourquoi l’acteur public, qui collecte des impôts et dispose donc de fonds relativement importants, finance ces recherches. Dans ce cas-là, l’État est l’acteur central pour assurer ce régime d’investissement. On peut aussi faire jouer ce rôle de collecteur d’épargne à des fonds d’investissement dévolus spécifiquement au financement de la R&D.

La troisième hypothèse porte sur ce que les économistes appellent la préférence des individus. Cette idée que nous pouvons substituer le capital naturel par d’autres formes de capital sous-entend que, du point de vue des consommateurs, il n’y a pas de contraintes en termes de goût. Selon l’économie standard, ce qui doit être considéré du point de vue du bien-être de l’individu, conçu ici comme un être rationnel, comme un homo economicus, c’est son niveau d’utilité. Les éventuelles pertes d’utilité liées à une moindre consommation de « capital naturel » doivent être compensées par davantage de revenu et/ou par des gains d’utilité du fait de la consommation d’autres types de biens (il n’y a pas de préférences lexicographiques, disent aussi les économistes).

Il existe une dernière contrainte qui ne se retrouve pas dans les modèles de croissance mais qui est très présente dans le raisonnement des théoriciens standards, le mécanisme des prix. En effet, les modèles de croissance sont des modèles de planification. Un acteur central décide de l’allocation des ressources d’une génération à l’autre. C’est ce planificateur bienveillant qui juge de la quantité d’épargne à investir. Les économistes standards nous expliquent cependant que la prise de relais entre le capital naturel, qui peut disparaître, et le capital humain et technique, peut être assurée par les mécanismes des prix. Quand le pétrole va se raréfier, il va devenir de plus en plus cher. S’il devient de plus en plus cher, les consommateurs le consommeront de moins en moins. Les offreurs exploiteront du pétrole de plus en plus coûteux ou chercheront des alternatives techniques. Les évolutions socio-économiques se fondent ainsi essentiellement sur la variation des prix, qui sont des indicateurs de rareté et des informations qui entrent dans les calculs des individus rationnels.

Le modèle de soutenabilité forte

Face au modèle de soutenabilité faible, le modèle de soutenabilité forte est proposé par le courant de l’économie écologique (ecological economics). Ce courant de pensée, constitué autour d’une société savante (l’International Society for Ecological Economics), s’est institutionnalisé à la fin des années 1980 [Costanza, 1989]. Un des premiers moments d’affirmation de l’existence, dans le domaine académique, de la jeune société internationale d’économie écologique correspond précisément à l’apparition du clivage soutenabilité faible/soutenabilité forte [Costanza, 1991].

Cette économie écologique comprend deux communautés de chercheurs qui essaient de se rapprocher, voire qui ont pour projet de créer une nouvelle discipline. L’économie écologique regroupe, d’une part, des écologues, essentiellement des chercheurs qui travaillent sur la notion d’écosystème et les systèmes complexes (systèmes naturels, systèmes anthropisés, voire systèmes totalement artificialisés) en les étudiant d’un point de vue matériel et énergétique. On est ici en présence d’une écologie systémique, très matérialiste. Cette communauté ne sait pas très bien comment intégrer les activités humaines dans ses modélisations : dans les écosystèmes, voire dans l’écologie d’une manière générale, l’homme est généralement considéré comme un perturbateur, comme un « facteur de forçage », comme disent les collègues naturalistes. L’économie écologique regroupe, d’autre part, des économistes qui s’intéressent au soubassement biophysique de la production des richesses. Qui dit économie dit transformation du monde matériel (matière, énergie) en vue de la création de biens et de services, mais aussi production d’éléments indésirables (déchets, pollution…).

Les écologues sont donc à la recherche d’une représentation du monde élargie à travers la prise en compte des processus économiques. Les économistes font le chemin inverse : ils connaissent les systèmes économiques, mais ils se rendent bien compte que ceux-ci sont insérés dans la Biosphère, ce qui nécessite de se rapprocher des écologues. Les travaux pionniers de cette visée transdisciplinaire datent des années 1960-1970, mais c’est à partir des années 1980 que ce courant va réellement s’institutionnaliser à travers une société savante et une revue, Ecological Economics, qui publie son premier numéro en 1989.

Au sein de l’Ecological Economics, la situation est en fait plus contrastée qu’il n’y paraît. Nous y retrouvons des économistes appartenant à différents courants de pensée, à savoir des économistes très proches de l’économie standard, mais également des économistes s’inscrivant dans des paradigmes très hétérodoxes, certains étant même considérés comme hérétiques. Les économistes qui appartiennent à l’Ecole de Londres (Pearce et al., 1989) entendent s’y positionner par rapport à l’économie standard. Pour ce faire, ils usent de conceptualisations et de formalismes qui interpellent les économistes standards et qui, en même temps, les ouvrent sur des perspectives doctrinales hétérodoxes. L’Ecole de Londres entend ainsi jouer un rôle d’intermédiation entre les différents courants de pensée économique présents au sein de l’Ecological Economics. C’est dans cette optique que s’élabore l’opposition entre modèles de soutenabilité faible et forte.

La grande différence entre le modèle de soutenabilité faible et le modèle de soutenabilité forte se situe dans le traitement de la notion de capital naturel. Le capital naturel est considéré par certains économistes de l’économie écologique comme une contrainte véritable, avec l’idée que la question environnementale bouleverse l’analyse économique (Daly, 1990). Ainsi, selon les économistes écologiques, la question de l’environnement montre que nous atteignons une crise de civilisation. Il est donc nécessaire de repenser les outils et la théorie économiques. Au sein de ce courant, la notion de capital naturel se traduit par l’idée que nous ne pouvons pas la substituer aussi facilement que le prétendent les théoriciens néoclassiques. Ce capital naturel répond plutôt à une autre caractéristique bien connue des économistes que nous appelons la complémentarité entre les biens. Le capital naturel correspond à des éléments qui nous permettent de produire, lesquels sont complémentaires des autres moyens de production. Nous ne créons ni la matière ni l’énergie, mais les techniques, les infrastructures, les machines fonctionnent grâce à l’énergie et à la matière. Il existe donc une sorte de facteur de production primaire, dont nous ne pourrions nous passer. Pour insister sur cette hypothèse, on utilise souvent l’expression de « capital naturel critique ». La question primordiale revient à identifier des éléments du capital naturel critique qu’il va falloir transmettre aux générations futures. Des substitutions auront sûrement lieu, mais nous ne pouvons pas imaginer que nous allons pouvoir tout réinventer, tout remplacer.

Si nous traduisons cela en termes de contrainte de soutenabilité, l’idée est de transmettre un certain stock de capital naturel aux générations futures. Cette contrainte est beaucoup plus forte que celle qui prévaut dans le modèle de soutenabilité faible. Cette perspective de soutenabilité forte ouvre de nouveaux champs de recherche, aussi bien en termes de catégorisation concernant la vulnérabilité des ressources naturelles que des politiques spécifiques à mettre en œuvre et à évaluer dans ce domaine.

Notons cependant que le concept de capital naturel critique soulève de redoutables problèmes opérationnels. Quelle est la liste des capitaux naturels qu’il faut établir ? Les connaissances acquises dans un domaine – les ressources halieutiques, par exemple – n’aident guère à définir les contraintes dans un autre domaine – les changements climatiques, par exemple. Dans tous ces domaines, nous sommes confrontés à ce que l’on appelle des « univers controversés », des domaines où les connaissances sont généralement suffisantes pour apprécier le caractère crucial des évolutions en cours, mais sont insuffisantes pour définir avec précision les limites environnementales à ne pas dépasser. Cela ouvre des difficultés scientifiques, mais également politiques, l’interaction entre les enjeux scientifiques et les enjeux politiques pouvant donner lieu à des positionnements stratégiques. Cela rend aussi difficile la mise en place et le respect d’instruments de régulation.

Soutenabilité faible versus soutenabilité forte

Malgré cette opposition tranchée entre modèle de soutenabilité faible et modèle de soutenabilité forte, ce clivage est-il si important que cela ? Peut-être pas. Ce débat s’organise en effet autour de modèles macroéconomiques de croissance, qui reposent sur la représentation d’une économie comme un tout, grâce à une fonction de production macroéconomique. Dans cette optique, l’ensemble de la production des biens et des services est représentée grâce à une équation associant une quantité de capital (K) et une quantité de travail (L). Le niveau d’abstraction de ce genre de représentation est très grand. Les évolutions conceptuelles dont nous avons fait état précédemment se sont traduites par l’éclatement de la notion de capital (K) en un ensemble de capitaux (Kh pour le capital humain, Kn pour le capital naturel…) et par une réflexion sur les coefficients de substitution existant entre ceux-ci. Cette représentation très abstraite de l’économie n’est pas facilement traduisible en objectifs politiques – notamment parce que la question des indicateurs à retenir pour rendre compte du capital naturel est particulièrement complexe. Un autre problème épineux que pose cette représentation macroéconomique est celui de la coordination des agents. Les modèles de croissance, ainsi que nous l’avons dit, se présente comme des modèles de planification. En d’autres termes, on considère comme résolu le problème de la coordination des agents. Or, il existe journellement, au sein d’une économie, des centaines de milliers de décisions de production et de consommation. Comment faire pour que celles-ci aillent dans un sens de soutenabilité ? Les modèles en question n’apportent pas de réponse à cette question. Qui plus est, il n’y est pas véritablement question de capitalisme, de stratégies d’entreprise, de banques…

Finalement, le débat soutenabilité faible / soutenabilité forte s’organise essentiellement autour des croyances relatives au progrès technique. On y retrouve un clivage entre des « orthodoxes » et des « hétérodoxes » : il y a ceux qui croient que la technique va nous sauver et ceux qui sont sceptiques vis-à-vis de cette pensée. Il est évident que la question de l’innovation technique est un enjeu central dans cette problématique du développement soutenable. Il est donc nécessaire de nous interroger, d’une part, sur les solutions techniques que nous allons pouvoir trouver, et qui vont nous amener sur des trajectoires que l’on pourrait juger plus vertueuses que celles que l’on connaît aujourd’hui, mais également sur les problèmes sociaux et environnementaux que ces nouvelles techniques vont produire. Pour ce faire, il n’est pas possible de se limiter à une approche macroéconomique de l’innovation, il faut adopter un point de vue sectoriel, un point de vue méso-économique. Ainsi en va-t-il, par exemple, du programme sur la « chimie verte », sur lequel nous travaillons actuellement (Nieddu, Garnier & Bliard, 2010 ; Nieddu et Vivien, 2010 ; Nieddu et Vivien, 2012) au sein du laboratoire d’économie de l’Université de Reims, qui repose essentiellement sur l’étude des innovations et des trajectoires techniques que l’on peut observer dans ce domaine. Pour résumer la situation, la « chimie verte » – mais il faudrait plutôt parler d’une « chimie doublement verte » – doit répondre à la fois à un enjeu de respect de l’environnement et de normes de sécurité et à un enjeu d’exploitation du carbone renouvelable provenant de la biomasse. Ce programme de recherche vise à comprendre qui domine ce secteur, qui produit de la science et de l’innovation et comment les acteurs économiques essaient de piloter les trajectoires technologiques, afin que celles-ci soient soutenables de leur point de vue. Une fois que nous aurons une bonne compréhension de ces éléments, nous pourrons travailler à une montée en généralité, en vue d’aider à avoir une vision générale des dynamiques technologiques majeures qui se mettent en place aujourd’hui dans le cadre du développement soutenable, en confrontant nos connaissances avec celles produites par d’autres chercheurs dans d’autres secteurs économiques.

La notion de « capital naturel » est, comme nous l’avons vu, le concept autour duquel s’organise un des principaux débats en économie du développement durable. Si on le considère d’un point de vue anthropologique, le capital est quelque chose de précieux auquel on ne peut pas toucher. Dès lors, pour un économiste, parler de « capital naturel » signifie que certains objets qui relèvent de la nature sont précieux et doivent être gérés convenablement (nous ne sommes plus dans l’idée que la « nature » est inépuisable). Qui plus est, il existe une deuxième dimension importante au capital, c’est l’idée de l’amortissement, de l’épargne qui est nécessaire pour maintenir en état le stock de capital. Se référer à la notion de capital oblige ainsi à une réflexion sur les conditions de sa reproduction. Pour un économiste, parler de « capital naturel » revient donc à s’interroger sur ses conditions de reproduction dans le temps. Or, si ces deux aspects sont importants, une dimension cruciale de la problématique de la soutenabilité reste cependant dans l’ombre. C’est celle de la transmission d’un stock de ressources d’une génération à l’autre, ce qui nous amène à la notion de « patrimoine ». Même si capital et patrimoine sont parfois confondus, ils doivent être distingués (Barrère et al., 2005 ; Barthélemy et al., 2005). Pour reprendre une formule fameuse d’Yves Barel, le capital s’accumule, le patrimoine se transmet. De même, « capital naturel » et « patrimoine naturel » ne doivent pas être confondus (Vivien, 2005). C’est cet enjeu qui se pose aujourd’hui à l’humanité : comment arriver à « patrimonialiser » certains éléments naturels, qui sont essentiels du point de vue matériel et identitaire, pour la coévolution de la Biosphère et de l’humanité ?

Participants

  • Pauline Blanc – Géographie – Étudiant – L3 géographie
  • Annabel-Mauve Bonnefous – Gestion – Enseignant-chercheur – RMS
  • Manuel Boutet – Sociologie – Post-doc – CESAER (INRA – Agrosup)
  • Élodie Brulé – Gestion – MCF – OMI
  • Céline Burger – Géographie – Doctorante – UTT
  • Hélène Chapuis – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Marie Delaplace – Economie – Aménagement – MCF – OMI – HABITER
  • Sophie Deraëve – Aménagement – Doctorante – HABITER
  • Vincent Deredec – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Brigitte Dyvrande – Géographie – MCF – HABITER
  • Tristan Fuchs – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Nathalie Gal – Aménagement – Urbanisme – Doctorante – HABITER
  • Sophie Guignier – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Timothée Hubsher – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Arnaud Jacquinot – Géographie – Étudiant
  • Julie Laugeois – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Mathieu Lemeur Perron – Géographie – Étudiant – L3 géographie
  • Julien Majdi – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Sandra Mallet – Urbanisme – MCF – IATEUR – EA HABITER
  • François Mancebo – Urbanisme – PR – HABITER
  • Caroline Nauroy – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Sarah Nkouka – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Sébastien Piantoni – Géographie – IGE – HABITER
  • Isabelle Robert – Économie – Enseignant-chercheur – RMS

Bibliographie

BARRERE C., BARTHELEMY D., NIEDDU M., Vivien F.-D. (2005) « Au-delà du capital, le patrimoine ? », in Barrère C., Barthélemy D., Nieddu M., Vivien F.-D. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 7-21.

BARTHELEMY D., NIEDDU M., VIVIEN F.-D. (2005) « Economie patrimoniale, identité et marché », in Barrère C., Barthélemy D., et al. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 121-150.

CMED (1987) Notre avenir à tous, trad. fse, Québec, Ed. du fleuve, 1988.

COSTANZA R. (1989) « What is Ecological Economics ? », Ecological Economics, 1, pp. 1-7.

COSTANZA R. (ed.) (1991) Ecological Economics: The Science and Management of Sustainability, New York, Columbia University Press.

DALY H.E. (1972) « In Defense of a Steady-State Economy », American Journal of Agricultural Economics, 54, pp. 945-954.

DALY H.E. (1990) « Toward Some Operational Principles of Sustainable Development », Ecological Economics, 2, pp. 1-6.

GODARD O. (2007) « Le Rapport Stern sur l’économie du changement climatique était-il une manipulation grossière de la méthodologie économique ? », Revue d’économie politique, 117, 4, pp. 475-506.

NIEDDU M., VIVIEN F.-D. (2010) « Patrimoine, territoire, développement durable », in B. Zuindeau (éd.), Développement durable et territoire, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, pp. 133-142.

NIEDDU M., GARNIER E., BLIARD C. (2010) « L’émergence d’une chimie doublement verte », Revue d’économie industrielle, n°132, pp. 53-84.

NIEDDU M., Vivien F.-D. (2012) « La “chimie verte” : vers un ancrage sectoriel des questions de développement durable ? », Economie appliquée, à paraître.

NORDHAUS W.D. (1974) « Resources as a Constraint on Growth », American Econo¬mic Review, 64 (2), pp. 22-26.

MEADOWS D.H., MEADOWS D.L., Randers J., Behrens III W.W. (1972) Halte à la croissance ?, trad. fse, Fayard, Paris, 1972.

PEARCE D.W., MARKANDYA A., BARBIER E. (1989) Blueprint for a Green Economy, London, Earthscan.

SOLOW R.M. (1974) « The Economics of Resources or the Resources of Economics », American Economic Review, 64 (2), pp. 1-14.

SOLOW R.M. (1992) « An Almost Practical Step toward Sustainability », rééd. in W.E. Oates (ed.) The RFF Reader in Environmental and Resource Management, Washington D.C., Resources for the Future, 1999, pp. 263-272.

VIVIEN F.-D. (2010) « Les antécédents conceptuels du développement soutenable », in B. Zuindeau (éd.), Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 25-35.

VIVIEN F.-D. (2009) « Les modèles économiques de soutenabilité et le changement climatique », in « Les économistes peuvent-ils sauver la planète ? », Regards croisés sur l’économie, n°9, pp. 75-83.

VIVIEN F.-D. (2005) « Et la nature devint patrimoine… », in Barrère C., et al. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 45-70.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *