Les inégalités environnementales : quels enjeux pour la recherche et l’action publique ?

Jeudi 5 février 2015

Julie Gobert – CREIDD, UTT – Chercheure associée au Lab’Urba

16h00 à 18h00 – Salle de réunion 140 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

La thématique de la justice environnementale fait florès aux Etats-Unis depuis une trentaine d’années, après avoir émergé au travers du travail conjoint entre des associations, des communautés et des chercheurs activistes.

Les inégalités environnementales constituent une problématique émergente dans le contexte français. Après quelques hésitations terminologiques (environnementales vs. écologiques) (Chaumel, La Branche, 2008 ; Emelianoff, 2006), les chercheurs s’approprient peu à peu la question. Cette problématique devient de plus en plus prégnante en France dans les recherches en géographie, en urbanisme (droit à la ville, droit à un environnement sain, droit aux transports…), en santé publique… Cependant, bien que différents programmes de recherche aient été financés par le CNRS ou le ministère dédié au développement durable pour définir, observer et objectiver de possibles situations d’inégalités environnementales dans le contexte français, cela n’engendre pas de réel débat public et de transformation en problème social à même d’être traité par la puissance publique. Les pouvoirs publics s’emparent de la question de manière sectorielle et fragmentée, au travers notamment de la précarité énergétique ou de la santé environnementale. Il semble que l’écueil principal à une appropriation des enjeux par la société se situe dans la capacité à définir ce que sont les inégalités environnementale et à réfléchir à l’échelle pertinente pour les étudier et pour potentiellement les traiter.

La typologie des inégalités environnementales élaborée par Walker en 2003 qui distingue :

  • l’exposition à un impact environnemental (distribution des coûts environnementaux) comme la pollution de l’air, le risque d’inondations, etc.
  • l’accès aux ressources/aménités environnementales (distribution des bénéfices et aménités environnementales).
  • la capacité à influencer les décisions affectant l’environnement : implication de la communauté/du citoyen dans le processus de prise de décision, éducation et pédagogie, transparence…
  • la justice à l’égard de l’environnement (distribution des coûts et des bénéfices entre les usagers anthropiques et écologiques).

semble pertinente mais elle passe sous silence une forme d’inégalités environnementales : les effets différenciés et potentiellement sources d’inégalités des politiques environnementales en fonction des populations à qui elles s’adressent et s’imposent. En outre, elle tait ce qui est lié aux représentations, or la justice n’est pas un donné abstrait et général mais une construction sociale qui se nourrit de valeurs, de perceptions collectives et individuelles du juste dans un contexte et une époque données (Walser, 1983 ; Dobson, 1998).

Au travers de la présentation d’une recherche que nous avons menée sur les conséquences sociales d’une mesure environnementale (mise en place des Zones d’actions prioritaires pour l’air), nous exposerons les apories de la recherche sur la question des inégalités environnementales et les potentielles pistes de recherche dans le domaine de l’aménagement de l’espace et des politiques publiques.