Les grands projets industriels en Inde : Quels enjeux locaux ?

Jeudi 19 mars 2015

Roxane de Flore – Lab’Urba – Institut Français d’Urbanisme / Université Paris-Est Marne-la-Vallée

16h00 à 18h00 – Salle de réunion 139 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

Avec l’ouverture aux investissements étrangers, les programmes résidentiels haut de gamme, le développement concomitant de mégaprojets d’infrastructures, un nouveau modèle de développement s’impose à la lisière des grandes métropoles du Sud. L’Inde en fait partie et ces projets sont symbole d’un développement global et de croissance économique (8% de 2003 à 2011, Le Monde, 2014).

Dans les faits, ces projets font l’objet de conflits et sont controversés car ils provoquent le déplacement d’habitants et la destruction de leurs moyens de subsistance. Ces conflits maintiennent l’attention de l’opinion publique, mais ils ne devraient pas constituer des œillères pour l’analyste. Pour comprendre le conflit, l’analyse des relations d’acteurs dans le détail est essentielle. Ce qui conduit la réalisation effective ou l’abandon des projets n’est pas la simple acceptation des populations ou l’autorité affirmée des Etats. Il existe une multitude de causes, d’hétérogénéités qu’il faut analyser pour comprendre dans quelle mesure ces développements peuvent s’implanter de façon durable, autrement dit en tenant compte des enjeux sociaux et politiques locaux.
Comment ces projets s’implantent-ils et dans quelle mesure les forces locales s’approprient-elles ces vecteurs de développement ?

L’objectif de la séance consistera à décrire l’action locale en relatant les différentes étapes du processus de montage opérationnel à travers le récit d’habitants. Il sera question d’interroger les pratiques d’acteurs existantes, leurs anticipations et les dynamiques qui émergent suite à ces implantations. L’objectif de la séance sera d’interroger la mise en œuvre des politiques publiques d’aménagement à large échelle trop souvent analysées dans leur globalité. Au-delà des cadres règlementaires et des intentions publiques, en quoi l’analyse micro permet-elle de rendre compte d’un certain nombre de variables assurant la recomposition de ces politiques ? Il s’agira d’observer l’aménagement du point de vue des localités concernées.

Roxane de Flore est ATER à l’IATEUR (Université de Reims Champagne-Ardenne). Elle étudie l’implantation des grands projets en Inde dans le cadre d’une thèse en urbanisme dirigé par le Lab’Urba, l’Institut Français de Pondichéry, soutenue par le Conseil régional de La Réunion. Ses travaux portent sur les stratégies d’acteurs locaux dans le cadre des transactions foncières conduisant aux projets industriels de la région de Chennai (Tamil Nadu, Inde).

 

 

La participation à ces journées de séminaire est libre et gratuite.

Merci d’indiquer votre présence par mail à labo-habiter@univ-reims.fr

 

 
 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *