Biens publics, biens privés, externalités

Session mensuelle 3
Date : Jeudi 4 décembre 2008
Intervenant : Amédée Mollard (Chercheur - Economie des ressources naturelles et de l'environnement – Laboratoire d’Économie Appliquée de Grenoble – UMR GAEL)

La séance a été introduite par Amédée Mollard, présentant son point de vue d’économiste sur la question des biens publics/privés et des externalités. Le power point support de la séance est disponible à la suite de ce compte rendu qui porte sur le débat qui en est résulté.

La question introductive était de savoir s’il existait des équivalences potentielles entre la ressource territoriale, au sens des géographes et des aménageurs et les notions économiques —notamment la distinction entre biens publics/biens privés, entre flux et stock d’utilité/de bien être— avancées par la contribution d’Amédée Mollard. De telles équivalences seraient utiles pour constituer un corpus commun permettant ensuite de définir des stratégies d’acteurs et des politiques publiques.

La distinction entre les trois “Res” (res propria, res communis, res nullius) est délicate à saisir, et c’est souvent l’usage qui fait ressortir les droits (privés ou collectifs) attenants à une ressource. Son activation peut engendrer des conflits d’usage entre les droits sollicités, mais également entre les ressources convoitées. Le bien public peut ainsi ressortir du res communis ou res propria et non du res nullius comme l’usage le laissait sous-entendre (cas des terrains vagues, friches réappropriées par des individus tels des jardins ouvriers à Saint-Martin d’Hères). La frontière entre l’usage et son droit est ainsi toujours en mouvement. La seconde entrée, celle des externalités, renvoie à la théorie néoclassique en économie avec le primat du marché. Les externalités y sont perçues comme des flux d’utilité (positifs ou négatifs) hors marché.

Ces externalités sont cependant progressivement devenues centrales dans les réflexions sur les développements et le rôle des acteurs, interdépendants dans la création de ressources. Il y a donc, à ce niveau, un rapprochement à faire entre la création intentionnelle ou non de la ressource et le développement territorial.

Se pose alors la question d’une “internalisation” des externalités qui permettrait de réguler les problèmes de gestion des ressources. Des marchés spécifiques peuvent et favorisent l’internalisation des externalités positives par la création d’une plus-value (rente) sur la ressource. Les marchés génériques ont plus de mal à le faire, car ils se situent sur un marché concurrentiel où la recherche de prix bas empêche l’internalisation. Pour les externalités négatives, les moyens de régulations peuvent être d’ordre réglementaire ou financier (taxes, normes) avec une efficacité plus ou moins grande corrélée à la rigidité de la demande.

La relation entre bien public et externalité renvoie, en économie, à la relation entre stock et flux d’utilités ou de bien être. La ressource (naturelle, humaine ou financière) selon Amédée Mollard, serait plutôt représentée en économie par le capital : c’est un stock de biens que les géographes peuvent nommer ressource sans que cela pose de problème d’équivalence avec les divers discours de l’économie. Ce qui est intéressant, c’est la relative équivalence entre flux et d’externalités lorsque la notion de ressource est utilisée en géographie. C’est extrêmement important, car la relation stock-flux est à la base de l’usage des ressources et imprègne les stratégies d’acteurs pour se les approprier.

Le lien entre l’économie et la géographie sur la thématique des ressources est un peu dissymétrique. Il faut rappeler que la ressource territoriale n’est apparue dans la géographie que depuis une quinzaine d’années. La question du développement durable est intéressante pour comprendre le lien entre les deux. Le développement durable peut être considéré comme une “réponse programmatique” à des externalités générées, en partie, par des théories économiques en acte. Il interroge notre rapport aux conséquences non intentionnelles de l’action. Dans ce contexte, l’économie a réadapté son discours en focalisant les enjeux sur les biens publics. L’approche économique s’insère alors dans une théorie totalisante à laquelle rien ne peut échapper. Or le développement durable introduit un pas de temps peu pris en compte en économie, qui est celui du temps long. La temporalité habituelle se situant sur une période de 30 ans (amortissement du capital= une génération). Il y a donc des limites aux théories économiques. La ressource territoriale dessine ces limites.

Si nous revenons à la relation stock-flux d’utilité ou de bien-être, la question devient alors : comment la ressource de l’aménageur ou du géographe s’y articule-t-elle ?

Une réponse est que, dans l’environnement, il existe des objets qui peuvent, ou non, être construits en ressources, c’est le stock. C’est leur usage qui en fait des ressources. Or l’usage apparaît proche du flux. En économie, la ressource est proche du stock (capital) et en géographie, elle est liée au flux (usage). Il faut à ce niveau distinguer la ressource potentielle, qui est un stock et la ressource territoriale qui est un flux construit par des acteurs.

L’ambiguïté se déplace donc sur le terme de ressource au lieu de territoire. Ce qui importe, ce n’est pas le territoire, mais les territorialités, c’est-à-dire les modalités des relations entre acteurs qui leur permettent d’activer les ressources. L’intérêt est en amont de la ressource : dans son processus d’émergence. Ce qui peut paraître une ressource, parfois ne l’est pas, pourquoi ? Cette question est peu présente en économie. D’autre part, la ressource en façonnant le territoire peut expliquer comment s’opère le passage de stock à flux et ceci dans les deux sens. Les ressources potentielles peuvent donc être activées mais, ce qui fait problème aujourd’hui, c’est la capacité des territoires à fixer ces ressources, à les rendre pérennes. La territorialisation pourrait-elle se comprendre comme l’art de fixer de manière pérenne la ressource ? Cela pose la question de la circularité de la ressource (Stock-Flux-Stock ?) et de qui procède de qui ? Ce débat renvoie au type de développement.

Aujourd’hui, ce qui est plébiscité, encouragé par la société, c’est le développement durable. Quid de la ressource durable ?



Présents :

Liliane Bensahel, Nadir Boumaza, Claude Courlet, Luc Gwiazdzinski, Romain Lajarge, France Loubet, François Mancébo, Amédée Mollard, Bernard Pecqueur, Olivier Soubeyran, Aurélien Esposito-Fava, Catherine Herrera, Jean-Luc Siméon, Claire Tollis.



Documents téléchargeables :

Présentation de A. Mollard – Ecosystème et écodéveloppement



François Mancebo

Je suis professeur des universités à Reims en aménagement, urbanisme, développement durable. Mes travaux concernent, d'une part, la mise en oeuvre du développement durable (tout particulièrement les processus décisionnels et les arbitrages entre équités), d'autre part, à la formalisation d'un cadre théorique pour la durabilité.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Tous comptes faits : les comptes-rendus de Babel

Laisser un commentaire


Carnets de recherche