Tous les articles par François Mancebo

A propos François Mancebo

Je suis professeur des universités à Reims en aménagement, urbanisme, développement durable. Mes travaux concernent, d'une part, la mise en oeuvre du développement durable (tout particulièrement les processus décisionnels et les arbitrages entre équités), d'autre part, à la formalisation d'un cadre théorique pour la durabilité.

Quels développements durables ?

Introduction : présentation des séminaires Babel (François Mancebo)

Le développement durable est devenu, au fil des années, un terme très galvaudé qui est utilisé à tort et à travers. Soit nous considérons qu’il ne faut pas aller plus loin dans la conceptualisation de cet objet scientifique, soit nous considérons que cette volonté d’atteindre un développement durable modifie de manière assez importante les modes de l’action publique, la perception de l’environnement par les sociétés, en bien et en mal, pour que cela commence à devenir relativement prégnant et nous incite à nous emparer du sujet pour apporter des réponses conceptuelles aux nombreuses interrogations découlant de cette notion floue.

Ce dernier constat, que je partage, souligne que nous sommes dans une grande schizophrénie. Nous parlons de concept alors qu’il n’existe actuellement pas de concepts avérés définissant clairement ce qu’est le développement durable. Un concept est une théorisation. Pour pouvoir théoriser quelques choses, il faut déjà construire des notions et les articuler. Nous rencontrons donc un problème dans le domaine du développement durable puisque les notions n’existent pas, nous pourrions même dire qu’il existe autant de notions que d’interlocuteurs.

L’idée des séminaires Babel est de réunir des personnes de disciplines différentes, appartenant autant aux sciences exactes qu’aux sciences humaines, afin de construire des notions, élément par élément, sur les questions touchant de près ou de loin le développement durable. L’idée est de construire un socle conceptuel sur lequel nous nous baserons pour tenter d’articuler toutes ces notions. Cette articulation ne sera peut-être pas possible. Nous en conclurons peut-être qu’une conceptualisation est illusoire. En effet, même si mon idée sur cette faisabilité est plutôt positive, il s’agit pour le moment d’un a priori sans qu’elle soit clairement fondée.

L’intérêt de l’opération, ce que nous avions réussi à constituer sur Grenoble et qui pourrait être constitué ici, même si cela sera plus difficile puisque nous sommes dans une université relativement éclatée sur différents sites, est de réunir un certain nombre de personnes qui soient motivées pour s’investir dans ce projet afin de former un groupe de recherche, au sens d’un réseau, qui construira collectivement ces notions et concepts.

La session d’aujourd’hui est la première. Les gens doivent s’organiser. J’ai eu des contacts de différentes personnes (enseignants-chercheur de l’URCA, médecins…) qui sont intéressées par cette démarche.

Comment va-t-on fonctionner ? Je mets du temps à entrer dans le sujet, mais je pense qu’il est important de revenir sur ces aspects méthodologiques. Une personne expose son point de vue sur une thématique liée au domaine du développement durable, puis un débat s’engage entre nous. L’idée est, qu’à l’issue de ce débat, un certain nombre de points ressortent sur lesquels nous sommes d’accord et que nous communiquions, par une mise en ligne, sur ces points-là. Il s’agit réellement de co-construction, d’une construction collective.

Intervention : Quels développements durables ?

Développements durables et problèmes structurels (François Mancebo)

Sur le développement durable, après un certain nombre d’années durant lesquels j’ai travaillé sur le sujet, un certain nombre de choses m’apparaissent comme des problèmes structurels. Lorsque nous menons des recherches, nous rencontrons parfois des verrous théoriques. L’objectif est alors de lever ces verrous afin de résoudre la question sous-jacente.

Nous rencontrons parfois des verrous structurels qui nécessitent de repenser complètement la théorie pour pouvoir les lever. Cela existe en sciences exactes par exemple. Lorsqu’il a été prouvé que la lumière a une vitesse constante quel que soit le milieu traversé, cela a posé toute une série de remises en question en physique classique. Une fois ce verrou levé par Einstein, il était nécessaire de revoir toute une série d’équations de la physique, ce qui est alors apparu comme une véritable révolution.

Concernant le développement durable, toutes proportions gardées, nous sommes également face à des problèmes structurels. J’en citerai d’ores et déjà trois. Cela ne signifie pas qu’il faut abandonner, cela signifie que ce sont des défis et que la vision que nous avons du développement durable pose quelques problèmes.

1. Une contradiction entre deux termes

La première contradiction que nous observons se retrouve dans de nombreux ouvrages dans lesquels elle n’est pas non plus abordée de manière très claire. Il s’agit d’une contradiction entre les termes « développement » et « durable ». Dans le terme français développement durable, ou dans le terme anglais originel « sustainable development« , l’idée de durabilité véhicule l’idée que les choses sont figées alors que le terme de développement souligne l’idée d’une modification structurelle importante. Dans ce cas-là, qu’est ce que le développement durable ? S’agit-il d’une révolution permanente ? L’idée de durabilité soulignerait ainsi que la structure change tout le temps. Cela reprend-il l’idée, soutenue par Valery Giscard D’Estaing lors de l’un de ces discours en 1974, du changement dans la continuité ? Je n’ai d’ailleurs jamais compris ce que cela signifiait.

Nous sommes donc bien dans une contradiction entre deux termes utilisés conjointement. Derrière cette question de terminologie qui paraît anodine, nous avons quelque chose de plus profond. Quand nous nous intéressons aux travaux sur le développement durable, nous nous apercevons que nous ne parlons pas vraiment de développement durable ; mais de croissance durable, ceci sans mener de réflexion sur le passage d’une dimension qualitative à une dimension quantitative. En fait, nous faisons plutôt abstraction de tout cela, pour une raison structurelle extrêmement simple.

Le développement durable est la réponse du berger à la bergère face aux politiques de l’environnement. Pourquoi est-ce que la commission de l’ONU mandate Gro Harlem Brundtland pour rédiger un rapport sur le développement durable ? Il s’agit d’une réponse face à la montée des mouvements environnementalistes dans les années 60 – 70 et 80, qui font une critique de l’Establishment assez radicale et qui commence à prendre beaucoup d’importance. La lettre de mission de la commission est extrêmement claire. Il s’agit d’identifier les moyens de prendre en compte les problèmes environnementaux tout en préservant les modes de production et les modes de vie de nos sociétés. Il s’agit donc clairement d’une croissance durable. A partir de là, nous baignons dans une contradiction permanente.

Je n’ai pas de réponse. Je me pose la question, et la réponse n’est pas simple. Nous sommes dans une espèce de problème structurel reposant sur une contradiction que le développement durable n’arrive pas à dépasser. Je pense notamment que la théorie de la décroissance n’est pas une réponse à ce verrou, puisque ce serait remplacer la peste par le choléra en donnant une réponse radicalement opposée mais dans les mêmes termes. Cela pose de vrais problèmes.

2. La contradiction entre le global et le local

La deuxième contradiction se trouve dans les termes eux-mêmes. Il y a une espèce de slogan qui est de plus en plus difficile à comprendre. Selon ce slogan, il faut « penser globalement et agir localement ». Toutes les personnes qui ont mis en place des politiques territoriales, et il y en a tout de même beaucoup ici, se sont assez rapidement rendu compte (ex : Agendas 21) qu’entre l’intention rationnelle structurelle tout à fait structurée dans laquelle nous sommes pétris de bonnes intentions et la réalité du terrain, avec les égoïsmes, les rumeurs, les intérêts personnels, les enjeux politiques, les conflits d’intérêts, les groupements de propriétaire opposés à tel ou tel projet, il y a un abîme. En règle générale, l’Agenda 21 local devient uniquement un outil cosmétique permettant de masquer le manque de politique environnementale. Il s’agit dans ce cas d’une sorte de produit publicitaire.

Sans être géographe, la question d’échelle me semble primordiale pour répondre à ce problème. On nous affirme il existe un niveau local et un niveau global. J’ai tendance à dire qu’il n’existe pas de local et de global, que tout est relatif puisque qualifié à partir du point de vue sur lequel nous nous plaçons. Selon cette situation, les interactions entre les individus à l’échelle globale ne sont pas interprétées de la même manière.

En se situant d’un point de vue global, les interactions peuvent être qualifiées comme des interactions rationnelles. Les métriques et les distances seront faciles à étalonner, soit en temps, soit en argent, soit en distance euclidienne (distance kilométrique classique). Je vais donc pouvoir développer des raisonnements, des agendas 21 qui rationnellement, selon la rationalité limitée des différents acteurs, va leur permettre d’agir de manière intelligente et optimale.

En se positionnant d’un point de vue local, les interactions ne sont plus les mêmes. Nous ne sommes plus dans ces interactions simples et rationnelles, nous sommes dans de la co-spatialité, avec des interactions fortes et non pas rationnelles simples. Si nous voulons appliquer un agenda 21 à l’échelle locale en ayant l’impression que nous pourrons, de manière rationnelle, décliner un certain nombre de règles et qu’elles pourront s’appliquer, nous nous trompons. Tout l’enjeu est de savoir comment nous pourrons comprendre théoriquement ces interactions locales fortes.

Tout cela pour dire que tout endroit est, selon le point de vue à partir duquel nous nous plaçons, à la fois local et global.

3. L’inventaire des ressources

La troisième contradiction porte sur l’inventaire des ressources. Qu’est ce qu’une ressource ? De nombreuses personnes travaillent sur les ressources naturelles et les ressources construites. Je suis sûr que nombre d’entre vous travaille sur ce thème, mais nous n’allons pas entrer dans ce débat. A chaque fois qu’un objet est présent dans un environnement, il ne constitue pas une ressource en soi. Tant que l’on ne sait pas utiliser le pétrole autrement que pour faire flotter des berceaux avec des bébés dedans, ou pour calfeutrer les navires, le pétrole n’est pas réellement considéré comme une ressource. Il faudra attendre qu’il y ait une certaine utilisation de ce pétrole pour que celui-ci devienne une ressource.

Lorsque nous construisons, dans le cadre des politiques patrimoniales, une ressource, elle n’est pas construite au hasard. Elle traduit un certain message politique et un certain message de la part de la société qui la construit. Ce n’est pas anodin. Ce n’est quasiment jamais explicité dans le développement durable. La société identifie des éléments naturels afin de construire des ressources. Ce processus est considéré comme allant de soi, et ce n’est pas un acte anodin.

Pour être encore plus percutant là-dessus, prenons le cas du Kenya où il n’est pas indifférent de privilégier la population Massaï, ou bien la faune sauvage pour les touristes, ou bien la culture de haricots verts. Je viens de définir trois ressources différentes. C’est une bonne chose de déclarer que nous allons préserver les ressources, mais selon quels critères définit-on les ressources qui doivent être préservées ?

Plus proche de nous, le cas des forêts est également intéressant. Comment gérer les forêts françaises ? Nous pourrions couper les arbres et nous en servir comme carburant de chauffage, comme bois d’ameublement. Nous pourrions aussi considérer que cette forêt est une option pour l’avenir et qu’elle pourra être utilisée comme réserve foncière qui permettra de desserrer la pression foncière ultérieure. Nous pourrions également considérer que cette forêt fait office d’aménités qui augmentera la valeur des maisons qui sont autour, et donc la conserver comme une ressource culturelle et comme un moyen pour la population de vivre dans un environnement agréable. Finalement, selon les décisions prises, il ne s’agit pas de la même ressource alors que c’est la même forêt. Quelle gestion privilégier dans le cadre d’un développement durable ? Si la forêt est coupée, elle ne pourra plus être utilisé comme parc. Si elle est laissée de côté comme réserve foncière, elle se transformera en friche. Si elle est utilisée comme parc, nous ne pourrons pas utiliser son bois. Ce choix dans l’utilisation des ressources, qui est un point trop peu abordé dans le cadre du développement durable, demande, à mon avis, à être largement fouillé.

Différentes variables pour identifier les types de développement durables

En travaillant sur ces contradictions, en essayant d’apporter des réponses, je me suis rendu compte qu’il existait différentes manières d’aborder le développement durable. Nous avons du mal à identifier ce qu’est le développement durable parce que, en fait, il existe plusieurs types de développement durable. Nous pouvons identifier des grands types de développement durable, à partir d’un certain nombre de variables, qui permettent partiellement de répondre aux trois questions précédentes : le mode de gouvernance, le type de durabilité et l’inventaire des ressources.

1. La question de la gouvernance

Dans le domaine du développement durable, il existe une injonction de « gouvernance ». En nous intéressant aux discours des différents acteurs, et notamment dans le cadre de la deuxième contradiction concernant le paradoxe entre le global et le local, nous nous apercevons que les interlocuteurs ne parlent absolument pas de la même chose. Nous avons une gouvernance plutôt participative, qui est souvent confondue avec une gouvernance locale, sur laquelle nos collègues économistes d’OMI pourront parler nettement mieux que moi, avec des processus de décision horizontaux… Mais il ne faut pas non plus oublier qu’il existe également une gouvernance normative qui est émise par des organisations telles le FMI ou l’Union Européenne. On en parle lorsqu’on parle de bonne gouvernance. Celle-ci vise à émettre un certain nombre de normes.

Dans le domaine du développement durable, il faudrait tout de même s’entendre sur ce que l’on fait. Une taxe carbone correspond à une gouvernance de type normatif, et non de type participatif. Ce qui sème la confusion dans le discours est que l’on mélange les deux. Je n’ai pas non plus de religion là-dessus.

Sur certains points, il est important de se saisir d’un problème et d’imposer volontairement un certain nombre de choses, quitte à ce qu’elles fassent débat après coup. Nous sommes donc dans une gouvernance de type normatif. Sur d’autres points, il est important de favoriser l’appropriation des problèmes et leur résolution en commun pour des raisons d’incertitude et autres, nous sommes alors plus dans une gouvernance participative. L’idéal serait de savoir dans quel type de gouvernance nous nous situons dans tel ou tel contexte, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Les principaux acteurs des politiques de développement durable oscillent couramment de l’un à l’autre au gré de leurs intérêts. Ils mettent en place une gouvernance participative lorsque cela les arrange et, à partir du moment où ils se rendent compte que cela ne fonctionne pas, ils imposent leur décision. C’est la meilleure manière de discréditer le système de décision et d’échouer dans la mise en place d’une politique cohérente.

Il existe donc au moins deux types de gouvernance, toutes deux aussi valables l’une que l’autre selon le contexte.

2. La question de la durabilité

En caricaturant à l’extrême, il existe deux types de durabilité, d’’un côté une durabilité dite faible et, d’un autre côté, une durabilité forte. A mon sens, le panachage des durabilités n’existe pas, même si certains pensent cela possible. Il existe une véritable cassure dans le référent théorique entre les deux.

Les tenants d’une durabilité faible soutiennent que nous pouvons remplacer du capital naturel par du capital construit. Même en utilisant des ressources rares, l’évolution de la société et des moyens techniques nous permettra de pérenniser cette ressource ou de la remplacer en cas d’épuisement. Les tenants d’une durabilité forte soutiennent, pour leur part, que les ressources naturelles sont absolument cruciales. Arrivé au delà d’un certain seuil, ces ressources seront irremplaçables. Nous ne réussirons jamais ni à nous adapter à l’épuisement de ces ressources, ni à remplacer ou à compenser ces ressources une fois épuisées.

Il n’existe pas de nuances entre ces deux conceptions. Soit on considère qu’on peut s’adapter en trouvant des ressources de substitution, soit on considère qu’on ne peut pas. Je n’ai pas d’avis tranché sur la question, les deux conceptions ayant du sens.

Prenons l’exemple des bocages qui, rappelons-le, sont apparus sans aucune préoccupation environnementale. La raison de leur création était liée, d’une part, à la nécessité de remplacer les forêts qui disparaissaient du fait de l’extension des cultures au moyen-âge afin de proposer du bois de chauffage à la population et, d’autre part, pour atténuer les conflits de voisinage entre les agriculteurs. Ainsi, nous disposons actuellement d’un paysage agricole très intéressant pour l’environnement puisqu’il permet de préserver la biodiversité des campagnes et protège les sols du ruissellement et de l’érosion. Bien que partant d’une situation critique, cette invention s’avère positive.

Dire que la durabilité faible est une espèce de cache-sexe à un libéralisme effréné est faux. Il existe des cas où cela fonctionne. A l’inverse, il est également indéniable que nous vivons dans un monde dans lequel les ressources sont limitées. Par conséquent, un certain nombre de cas évidents donnent du sens à une durabilité forte, notamment lorsque nous nous retrouvons dans un manque critique de ressources. Dans tous les cas, un arbitrage prenant en compte les caractéristiques locales est nécessaire. En mettant en place un développement durable sur une aire définie, qu’elle soit perçu localement ou non, il est nécessaire de s’interroger sur le type de durabilité à mettre en place. Nous ne traiterons pas les problèmes de la même manière dans le cadre d’une durabilité forte ou d’une durabilité faible.

3. L’inventaire des ressources

Revenons brièvement sur l’inventaire des ressources. Les ressources des sociétés évoluent en permanence selon les progrès techniques réalisées. Certaines ressources sont dites stratégiques puisqu’elles pourront être utilisées dans un avenir plus ou moins proches, d’autres ressources sont dites inutilisables pour différentes raisons (culturelles, techniques, sanitaires…) et d’autres ne sont pas encore connues. Définir un inventaire des ressources apparaît primordial.

Je pense que nous pouvons définir des types de développement durable à partir de ces trois variables. Nous pouvons donner une trajectoire cohérentes au développement durable sur un territoire donné à partir du moment où on peut répondre à ces trois questions : de quelle gouvernance s’agit-il ? De quel type de durabilité s’agit-il ? Quel est l’inventaire que j’ai fait des ressources disponibles ? En répondant à chacune de ces questions, une trajectoire se dessine.

Pour ceux que cela intéresse, un article publié dans Cybergéo (Des développements durables : Quel référentiel pour les politiques de développement durable en Europe ?) revient sur cette méthode en l’appliquant dans un certain nombre de pays européens.

Cyria Emelianoff a rédigé, pour sa part, un article très intéressant sur les agendas 21 (Les agendas 21 locaux : quels apports sous quelles latitudes ?), mais ce sujet est un peu plus large.

Débat :

Sébastien Piantoni

J’ai étudié le développement durable dans le cadre de mon mémoire de fin d’études. Au fil de mes lectures, la notion de développement durable était souvent liée au respect des trois piliers : les piliers économique, social et environnemental. Votre exposé n’a pas abordé cette notion et l’équilibre qui devrait être respecté entre ces trois piliers.

La plupart du temps, les projets dits durables concernent des projets prenant surtout en compte l’un des piliers, sans chercher à lier cela aux deux autres. Pour exemple, un séminaire portant sur les risques d’inondations a eut lieu ces derniers mois. Les risques d’inondations peuvent être abordés sous différents points de vue : économique pour les coûts que cela peut apporter, sociaux pour les problèmes que cela peut engendrer sur la vie de la population touchée ou bien environnementaux. L’une des interventions présentait un projet s’intéressant à la manière dont les entreprises pourraient prendre en compte ce risque écologique et l’anticiper, ce projet est donc clairement centré sur l’aspect économique sans s’intéresser aux deux autres piliers.

Je m’interroge sur un point. Ne pourrait-on pas chercher à équilibrer au maximum ces projets entre ces trois piliers, ce qui permettrait peut-être de pouvoir labelliser un projet « développement durable » afin que ce terme ne soit pas employé à tort et à travers ?

François Mancebo

Définir le développement durable à partir de ces trois piliers est une erreur. Ces trois piliers ont été construits après le développement durable afin de faciliter une interprétation plus aisée de cette notion. En science de la durabilité (Sustainability science), l’objet du développement durable correspond à un système complexe adaptatif. Par définition, un système complexe n’est pas comparable à un système compliqué. Un système compliqué peut être décomposé en composantes de plus en plus simples afin d’être explicité. Un système complexe perd tout son sens en étant décomposé en éléments de plus en plus simples. L’essence de ce système dépend autant des éléments qui le composent que des interactions entre eux.

Il est vrai que de nombreuses personnes ont tendance à simplifier les choses à l’extrême pour faciliter la portée d’un projet. C’est ce que l’on retrouve notamment dans certains diagnostics territoriaux qui scindent les caractéristiques d’un territoire en partie distinctes portant chacune sur l’un des piliers que l’on vient de citer. Mais ils ont tout faux puisque en décomposant tout cela, on ne comprend plus l’essence qui dépend avant tout des interactions entre les trois.

Sébastien Piantoni

L’idée pourrait être d’utiliser un curseur pour essayer d’appréhender à quel niveau le projet est lié à l’environnemental, à l’économique ou au social.

François Mancebo

Je n’ai pas l’impression qu’un curseur nous éclairerait davantage.

Marcel Bazin

Je m’attendais également, comme Sébastien, à entendre parler de ce curseur, et notamment lorsque nous avons abordé l’inventaire des ressources dont la qualification dépend en partie de ces points de vue. La forêt a notamment été évoquée en tant que ressource écologique, ressource économique ou ressource sociale. L’idée que je trouvais intéressante dans ces contradictions est qu’ils peuvent poser des problèmes structurels. Ces piliers ont été mis en place parce que nous nous sommes aperçus qu’en visant un des objectifs nous risquions de négliger les autres et de soulever des contradictions. Par exemple la contradiction entre des objectifs d’efficacité économique et de justice sociale.

L’idée du curseur mis en avant est intéressante. Il s’agit d’un système. Les différentes approches sont concernées et elles peuvent s’articuler les unes avec les autres de diverses manières. La mise en place d’un curseur aurait le mérite de donner des priorités.

Mais plutôt que de piliers, qui donnent l’impression qu’ils supportent quelque chose, je dirais plutôt qu’il s’agirait de pôles. Les projets sont ainsi attirés vers les uns ou vers les autres. Ils ont la possibilité de peser plus lourd dans un sens ou dans un autre mais sans oublier que les autres dimensions doivent être prises en compte. D’ailleurs, pourquoi rester seulement sur ces trois là, nous pourrions très bien dire qu’il en existe d’autre. Pourquoi ne pas prendre également en compte une qualité esthétique ? Finalement, cela ne ressort d’aucun des trois piliers.

L’intérêt de ce curseur et de ces piliers serait de nous aider à mettre le doigt sur certaines contradictions. Avancer dans la voie du développement durable consiste à avancer vers certains objectifs en s’apercevant qu’ils entrent en contradiction avec d’autres choses. Pour faire fonctionner le système, il faut surmonter ces contradictions.

François Mancebo

En effet, nous pouvons comprendre que les trois pôles soient une facilité de compréhension. Mais dans ce cas, pourquoi seulement trois pôles, et pas quatre ou plus ? Ensuite, il est vrai que la mise en place d’un curseur pourrait être intéressante, mais comment passerait-on alors de données qualitatives à des données quantitatives ? Le passage à des variables quantitatives est très compliqué.

En gros, pour revenir sur l’idée de curseur, il en existe un clairement explicité dans le rapport Bruntland. Ce rapport définit le développement durable comme un développement qui préserve l’avenir des générations futures tout en permettant de vivre dans certaines conditions de confort. Cette définition renvoie à un curseur très facile à mettre en place : équité intergénérationnelle / équité spatiale. Le développement durable doit donc à la fois assurer une justice intergénérationnelle et une justice spatiale. Nous pouvons, dans ce cas-là, utiliser un curseur qui permettrait d’identifier s’il y a équité ou non et les antagonismes dont nous parlions.

J’ai l’impression que les trois piliers ou pôles sont réellement une solution de facilité que tout le monde emprunte et qui amène souvent plus d’erreurs que d’intérêts. Le groupe de recherche que nous avions mis en place à Grenoble comprenait de nombreux économistes qui nous ont fait justement remarquer que ces trois pôles ne présentaient pas beaucoup d’intérêt, donnaient une image relativement caricaturale et n’apportaient rien sur le plan conceptuel.

Si nous voulons utiliser un curseur, je serais plutôt d’avis d’utiliser celui concernant l’équité intergénérationnelle et l’équité spatiale qui peut être quantifié. Sur les questions de capabilité et d’équité, nous avons tout de même A. Sen , sur les questions de régulation pour l’utilisation des ressources, nous avons tout de même E. Ostrom. Ces personnes-là donnent des variables d’économistes et de politologues qui sont formalisables.

Dans le cadre des stages des étudiants de M2 en collectivités territoriales ou en bureaux d’études, nous voyons passer des diagnostics territoriaux comprenant un inventaire de la faune, un inventaire des ressources forestières, un point sur la démographie… sans aucun lien entre ces différents thèmes. Je suis sûr que si les personnes en charge de ces politiques s’interdisaient de travailler à partir de ces trois piliers, et essayaient plutôt de porter une vision plus synthétique en se concentrant surtout sur les interrelations, ces diagnostics iraient plus loin. Ce serait beaucoup plus intéressant.

Sébastien Piantoni

C’est très pertinent, mais cela pose le problème de la définition. Ces trois piliers permettent, jusqu’à un certain point, de définir le développement durable.

François Mancebo

C’est comme cela que les personnes qui font le plus de bruit en France, sur le plan académique, définissent le développement durable. Ce n’est pas comme cela que le développement durable est défini en France ou ailleurs par les personnes qui réfléchissent réellement sur le sujet. Ce n’est pas comme cela que Dominique Bour ou Cyria Emelianoff parlent du développement durable. Ce n’est pas comme cela qu’un certain nombre d’autres personnes, comme Billa Clark ou Gil Jagger, parlent du développement durable.

Dans un contexte scolaire, de nombreuses personnes utilisent ces trois piliers pour travailler sur le développement durable. C’est vrai que c’est plus facile à enseigner, mais cela induit pas mal en erreur.

Sur un autre registre, je peux taquiner les biologistes en leur demandant si le développement durable va revenir à la vieille vague naturaliste de Maxime Lamotte et autres adeptes de la savane de Lamto dans laquelle nous allons jeter les cadrans pour faciliter le retour d’une biomasse plus importante. A partir de là, que fait-on des dynamiques adaptatives, des interactions entre les populations ? Comment fait-on ? C’est tout de même là que se joue le développement durable, même en hard. C’est tout de même dans ces dynamiques de population, dans les phénomènes de dérives génétiques, dans les phénomènes d’hybridation croisées. Voilà ce qui est intéressant, ce n’est pas forcément d’avoir une approche naturaliste de collection de différentes espèces. Nous voyons bien dans le développement durable la confusion colossale qui est faite entre richesse spécifique et biodiversité. Il ne s’agit pas de la même chose.

Elise David

C’est un problème que nous rencontrons en écologie et en science de l’écologie, l’utilisation à tort et à travers du terme de biodiversité dont les définitions ne correspondent pas du tout à ce que nous étudions. Nous avons le même souci avec d’autres notions purement écologiques. Nous savons de quoi nous parlons entre scientifiques, mais nous nous rendons vite compte que ces termes sont souvent galvaudés.

Karine Meslin

Le développement durable n’est-il pas fait également pour que le local puisse s’exprimer ? Le développement durable existe localement depuis longtemps, je pense notamment aux éco-quartiers et à l’exemple du quartier Vauban de Fribourg en Allemagne.

Par ailleurs, la loi Voynet de 1999 institue la notion de pays dont la dynamique existait bien avant.

Je me demande si la notion de développement durable n’est pas arrivée à point nommé pour permettre à toutes ces initiatives locales de se développer et de se regrouper en un projet global. Finalement, en reprenant vos réflexions sur l’échelle et la phrase déjà citée « penser globalement et agir localement », ne sommes nous pas obligés de penser globalement à cause de ces actions locales ?

François Mancebo

Il y a deux questionnements derrière ce raisonnement.

Tout d’abord, est-ce le local qui s’exprime dans le développement durable ? Il y a une chose dont je n’ai pas parlé, ou très peu. Le développement durable est né en réponse aux politiques environnementales et au mouvement écologique qui existaient auparavant. Le développement durable englobe donc un certain nombre de choses qui ont été initiées auparavant, ce qui n’est pas choquant puisque cette notion a été inventée pour cela.

Ensuite il y a la question du global et du local. Pour illustrer cela, l’exemple de la loi Voynet est tout à fait intéressant. Pourquoi est-ce que les pays sont devenus les lieux d’expérimentation du développement durable ? Ils le sont devenus par simple intérêt politicien.

En 1992, lors de la conférence de Rio, l’Agenda 21 se décline en Agendas 21 locaux. Parallèlement, l’un des grands piliers de la politique européenne est l’environnement, ce qui induit des possibilités de financement importants dans le cadre de programme européens (Leader, Interreg…). En obligeant, dans le cadre de la loi Voynet, tout contrat de pays à être un agenda 21 local afin de bénéficier au maximum des fonds européens correspondants, on a créé artificiellement des agendas locaux qui, dans la plupart des cas, ne fonctionnent pas puisqu’ils sont imposés légalement, et non volontairement mise en place à l’échelle locale. Cela aboutit donc à des agendas 21 locaux très formatés, très normés qui ne sont plus adaptés aux caractéristiques locales.

Karine Meslin

A l’échelle locale, le développement durable connaît une dynamique beaucoup plus saine. En effet, nous ne sommes pas à la recherche de modèle théorique mais à la recherche de méthodes de gouvernance qui permettraient aux citoyens de s’exprimer. Ce n’est pas toujours le cas, pour preuve les réactions suscitées par la mis en place d’une taxe carbone.

Finalement, faire du développement durable un concept transposable à plusieurs niveaux paraît difficile. Il faudrait plutôt partir des actions locales pour monter un projet global.

François Mancebo

Je doute que la fin de la taxe carbone soit liée à une levée de l’opposition, mais plutôt à un revirement de stratégie électorale suite à la déroute du parti majoritaire lors des élections régionales. Je suis d’accord sur un point, le développement durable devrait permettre que la société s’exprime.

Marcel Bazin

La gouvernance est déjà un critère à part entière du développement durable. Mais, en même temps, les actions locales ne sont pas forcément parées de toutes les vertus. Des égoïsmes locaux peuvent également exister. Pour ma part, je perçois le développement durable comme un moyen de pousser à un degré de généralité extrême l’idée d’intérêt général. L’intérêt général non pas pour nous qui sommes dans cette salle, mais pour le plus d’éléments possibles de l’écosystème terre. Forcément, des personnes sont dérangées par cette généralisation.

Dans les années 1990, nous avions réalisé une étude sur la prise en compte de l’environnement dans les schémas directeurs que nous avions sous-titrés « D’une contrainte à une valeur ». Les déclencheurs de la prise de conscience du volet environnemental étaient des catastrophes ou des accidents écologiques plutôt localisés qui ont induit des actions préventives ou coercitives. D’une certaine manière, l’objectif du développement durable est de dépasser cette vision plutôt défensive pour s’inscrire dans une vision de développement.

Martino Nieddu

Si vous posez la question du local, il faut également poser la question du sectoriel. Dans ce cas-là, il faudrait regarder si le modèle proposé « gouvernance – type de durabilité – ressources » peut fonctionner pour tel ou tel secteur. La question de la durabilité se pose notamment sur certains secteurs anciens, comme la chimie qui est le type de secteur dans lequel une question très discutée est posée. Rachel Carson a notamment ouvert le débat en dénonçant les méfaits des nouvelles molécules créées par l’industrie chimique. La chimie s’interroge maintenant sur la manière de redorer son blason. L’année 2011 sera l’année de la chimie et les chimistes se demandent de quelle manière faire leur aggiornamento et montrer qu’ils sont écologiques… Nous voyons bien qu’il existe des tentatives de déclinaison de formes institutionnelles de développement durable sur des secteurs existants. Je ne vais pas essayer de faire tester le modèle qui vient d’être présenté sur le secteur qui m’intéresse, celui de la chimie verte, mais je suis persuadé que nous pouvons utiliser cette grille analytique pour étudier la durabilité des secteurs économiques.

Ensuite, se pose également la question de la formation de nouveaux secteurs. Si, par exemple, nous voulons sortir du paradigme de la mobilité automobile, se pose alors la question de la reconversion du secteur automobile sous la forme d’un secteur prenant en charge la mobilité et articulant différents types de mobilité. Là aussi, peut-être que les étages ressources amont / ressources aval dans la partie inventaire des ressources peuvent être intéressants pour regarder comment un secteur peut évoluer. On peut également observer, dans les régimes socio-techniques, des transformations des secteurs sans aboutir à des transformations des modes de comportement en aval.

Nous pouvons effectivement poser les questions de l’adaptation locale, des Agendas 21…, mais je suis persuadé que les questions chaudes sont surtout liées à l’augmentation de la population mondiale, à l’intensification de la production agricole que cela induit, à la question de l’étalement urbain ou de la densification urbaine. De plus, il faudra également habiller et transporter cette population croissante grâce aux ressources naturelles, le territoire sera donc parsemé de bio-raffineries.

Au regard de toutes ces évolutions, la vision la plus probable du développement durable est une intensification agricole, un renforcement des dynamiques urbaines et une ré industrialisation sur certains territoires. Ces décisions relèvent avant tout de dynamiques sectorielles.

J’ai tout de même l’impression que l’avenir ressemblera plus à cela qu’à un paysage de Toscane avec la rangée d’arbres et le petit château en haut de la colline.

François Mancebo

Je trouve cette approche sectorielle assez intéressante à condition que l’on ne cherche pas à trop décomposer les éléments. Je vais rebondir là-dessus par une analogie qui vaut ce qu’elle vaut. Nous pouvons décider qu’une forêt est un écosystème, et nous pouvons décider que la feuille dans la forêt est un écosystème. Si nous intéressons à la feuille comme écosystème, cela signifie que nous nous intéressons à la feuille en elle-même, à la litière qui se trouve en dessous, etc. Se focaliser sur une chose en particulier est très intéressant, à condition de s’intéresser à l’ensemble du système autour, et non pas revenir à des analyses sectorieles par secteur et par branche.

Martino Nieddu

En effet, la focale pose immédiatement le problème de l’articulation avec le reste. Il est vrai qu’on est souvent tenté de boucler un système sur lui-même en considérant que le secteur est autonome et qu’il vous livre, à la sortie du secteur, des produits plus écologiques, biodégradables mais qui seront consommés de la même manière. En prenant l’exemple des sacs en plastique, l’évolution fait que nous sortons autant de sacs qu’auparavant mais biodégradables. Les acteurs auront ainsi joué sur les propriétés de décomposabilité du système pour ne changer qu’une partie des éléments du système.

Il s’agit d’un problème auquel nous sommes obligés de nous confronter. Comme on est dans des systèmes qui sont décomposables, chacun des acteurs essaie de minimiser son coût de changement propre en essayant de le reporter sur le module d’à côté.

En se focalisant sur un système, on ne peut pas occulter les problèmes que cela va poser sur le module d’à côté.
François Mancebo

Je suis d’accord sur ce point. Il faut prendre en compte toutes les interactions et ce qui entre et qui sort du système. Après, concernant l’histoire de la population, je ne suis pas sûr que la population mondiale va augmenter tant que cela. Par contre, l’urbanisation va s’accélérer. Mais cette urbanisation, qui relève de choix politiques et que l’on trouve surtout dans les pays développés, connaît une certaine évolution. En effet, la population devient urbaine, ce qui ne signifie pas qu’elle habite dans les villes. Les populations habitent de plus en plus dans des petits villages ou en périurbain éloigné mais ont des besoins de populations urbaines en termes de cultures, d’équipements ou de modes de vie. Ceci pose le problème différemment.

Ce n’est pas le cas pour 4/5ème de la population mondiale, notamment en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, qui tend vers une croissance urbaine avec agglomération typique. Si nous considérons que le développement durable est un objet de pays développés, il faut aussi prendre en compte les populations vivant dans le Perche ou dans les petits villages marnais qui sont également urbaines.

Karine Meslin

Le cas de la ville durable chinoise, Shenzen, est très intéressants puisqu’il souligne le fait que la conception que l’on peut se faire du développement durable est différente d’une culture à l’autre.

François Mancebo

C’est vrai qu’il y aurait un vrai travail à faire à ce sujet. Nous en parlerons notamment au mois de juin lors d’un colloque sur un aggiornamento de la planification dans le cadre du développement durable. Mais comment peut-on décrypter ces conceptions différentes. Pour ma part, j’ai tout de même l’impression que la Chine est à la recherche d’opportunités et je ne suis pas sûre que leur initiative soit réellement sincère. Par exemple, mon fils vit en Chine, à Chengdu, dans le Sichuan, où le soleil n’apparaît jamais et où la pollution urbaine est très importante. Mais cette ville se considère comme durable, ils trouvent toujours un exemple justifiant leur durabilité, mais c’est surtout de la communication.

Par contre, je suis convaincu que les Indonésiens qui replantent du bois pour replanter du bois d’exploitation sont sincères. Nous aurions tort de leur en vouloir puisque nous avons fait, nous même, de l’enrésinement dans les années 60 sans le moindre scrupule en considérant que nous faisions du boisement. Donc, en effet, la conception de la durabilité est parfois différente selon les cultures alors qu’il s’agit, dans d’autre cas, de « Green washing ».

Même en France, je me souviens du cas de l’étang de Maurepas. Les habitants trouvaient que les quelques algues dans l’étang ne faisaient pas propre. La commune, pour que cela fasse plus propre, a mis des anti-algues. Cela pose tout de même certaines questions.

Le développement durable apparaît comme un domaine dans lequel les problèmes de planification, qui sont passé à la trappe dans les vingt dernières années, peuvent ressurgir avec force.

Je rebondis deux secondes sur ce que disait Martino tout à l’heure. Finalement, ce dont nous parlions sur les secteurs, c’est le sujet d’Eleanor Ostrom lorsqu’elle travaille sur des systèmes de régulation interne qui ne sont ni le marché ni la régulation étatique, elle travaille sur des producteurs d’huitres, sur des pêcheurs de homard en Nouvelle-Angleterre. On est clairement dans ce genre de choses, nous travaillons sur des secteurs.

Pernette Grandjean.

De travailler sur des secteurs, c’est toujours une façon de se focaliser sur quelques choses. Dans une analyse systémique, même en essayant d’envisager tous les éléments en même temps, il ya toujours quelque chose qui est laissé de côté parce qu’il n’est pas possible d’approfondir à l’infini. Il y a toujours un aspect sur lequel nous nous focalisons dans une analyse systémique. La question du développement durable est tellement complexe que nous ne pourront jamais l’envisager de manière totalement globale.

François Mancebo

En effet, le fait de se focaliser sur un aspect particulier n’est pas incompatible avec une analyse systémique puisqu’on considère un point focal comme un système.

Il est vrai qu’il est compliqué de travailler sur un système parce qu’il est difficile d’entrer à l’intérieur. Nous travaillons actuellement avec l’INRIA de Grenoble, composé de mathématiciens et d’informaticiens, pour formaliser cela. Quel serait le mode de formalisation qui nous permettrait de représenter le système de manière un peu utile ?

Ce n’est pas gagné, mais nous avons du temps et des fonds. Nous sommes une demi-douzaine à travailler sur ce projet. Si cela intéresse quelqu’un, il sera le bienvenu. Il est vrai que c’est une dimension qui est beaucoup plus mathématisée, beaucoup plus formalisée, mais cela peut vous intéresser. Pour ma part, cela me passionne.

Présents :

Marcel Bazin, professeur émérite en Géographie, Aménagement et Urbanisme, EA 2076 HABITER

Jean-Maxime Bonin, étudiant en Master 2 Urbanisme à l’IATEUR, sujet de mémoire : la gouvernance dans les projets de développement durable (notamment à Dijon)

Elise David, Maître de conférences à l’UFR Sciences en Biologie, laboratoire d’Eco-toxicologie

Pernette Grandjean, professeur en Géographie sociale, EA 2076 HABITER

Mathieu Lemeurperron, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Arnaud Macquinat, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Sandra Mallet, maître de conférences à l’IATEUR, EA 2076 HABITER

François Mancebo, professeur, aménagement-urbanisme, IATEUR, HABITER

Etienne Martin, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Karine Meslin, professeur d’histoire-géo en lycée professionnel.

Martino Nieddu, Maître de conférences, EA 2065 OMI, ANR développement de la chimie dans la cadre d’un développement durable – substitution du pétrole par des ressources renouvelables : quelles évolutions dans l’organisation des procédés de fabrications.

Sébastien Piantoni, Ingénieur d’études, EA 2076 HABITER

Une nouvelle cosmologie pour un développement durable

Pour les physiciens, la cosmologie est la science de l’Univers. Mais cette acception est tributaire de la distinction préalable entre « sciences » (de la matière et de la vie) et sciences sociales et humaines. A l’amont de cette distinction propre à une certaine période de l’histoire humaine, ce terme a un sens plus large. Il désigne alors une façon de se représenter pratiquement, ou de concevoir théoriquement, l’humain dans le Cosmos, ou encore une façon de penser les continuités et les discontinuités entre tous les « existants » de l’Univers . En ce sens, la cosmologie qui s’est imposée avec l’avènement de la science en tant que démarche de connaissance distincte de la philosophie au-delà du XVIIIème siècle est cette cosmologie qui entérine le dualisme de la Nature et de la Société, c’est-à-dire « la réduction de la multitude des existants à deux ordres de réalité hétérogènes », la Nature se présentant alors comme « un domaine d’objets régi par des lois autonomes sur le fond duquel l’arbitraire des activités humaines pouvait déployer son séduisant chatoiement » ; autrement dit, comme « un décor du social » . Ainsi, cette cosmologie peut être qualifiée de dualiste (les gnosistes), de naturaliste (Philippe Descola) ou plus simplement de moderne (Hannah Arendt, Bruno Latour). Une proposition impliquant centralement cette cosmologie particulière va être défendue à la fin de ce papier. Elle se décline en trois temps : 1/ le caractère non durable depuis deux siècles du développement réellement existant est consubstantiel à cette cosmologie naturaliste moderne ; 2/ cette cosmologie est en crise en ce début du XXIème siècle ; 3/ l’avènement d’un développement durable implique, en conséquence, une rupture avec cette dernière : le passage à une nouvelle cosmologie, qualifiée d’écologique ; soit une cosmologie qui se distingue nettement, non seulement de la cosmologie naturaliste, mais aussi des cosmologies qui ont eu cours avant l’avènement de celle-ci et qui pour certaines retrouvent une certaine actualité dans le cadre de sa crise. Cette proposition est logiquement défendable sans problème s’il s’avère possible de construire une topologie en compréhension des cosmologies possibles comprenant à la fois les cosmologies passées et cette nouvelle cosmologie. C’est à l’établissement d’une telle topologie qu’est consacré l’essentiel de ce papier, ses implications concernant le développement durable étant tirées dans sa conclusion.

Il y a lieu, dans un premier temps, de revenir sur la caractérisation de la cosmologie naturaliste, en partant du principal argument qui a présidé à son adoption dans les sociétés modernes et en prenant en compte les principaux travaux qui ont critiqué cet argument. Comme le constat qui s’imposera à la fin de cette première partie est que ces diverses contestations posent des problèmes, tout particulièrement la topologie des cosmologies proposée par Philippe Descola, une seconde partie aura pour objet de tenter de résoudre ces problèmes en proposant une topologie qui réponde à l’exigence qui vient d’être indiquée, l’une des principales caractéristiques de cette topologie étant que sa compréhension met en jeu les modes de justification des institutions et des pratiques humaines.



Documents téléchargeables :

Article de B. Billaudot – une nouvelle cosmologie pour un développement durable


France et Brésil : possibilités et approches théorique-méthodologiques sur le Développement Territorial

Une nouvelle journée d’étude BABEL a eu lieu le 8 juillet à la Cité des Territoires à Grenoble.

Intervenants :

Paulo VIEIRA – CNPq – Université Fédérale de Santa Catarina – Brésil

Jean-Paul CARRIERE – UMR CITERES – Université de Tours – France

Bernard PECQUEUR – UMR PACTE-Territoires – Université Joseph Fourier – France

Les enjeux du Sommet de la terre de 2012 – La crise comme opportunité

Le mot « crise » dérive du Grec krisis, qui signifie ’’décision’’. A l’autre bout du monde, en Chine, il est composé de deux idéogrammes signifiant simultanément « danger » et « opportunité de changement ». Une crise est donc le moment précis où un certain état des choses bascule en révélant ses failles, mais aussi celui où un nouvel état des choses émerge. C’est le moment de la décision, des bifurcations radicales. Que dire alors lorsque plusieurs éléments convergent et finissent par se superposer. Tel est le cas aujourd’hui dans le monde : la crise financière a engendré une crise socio-économique majeure liée au modèle asymétrique de la mondialisation, une crise environnementale s’est amplifiée sous la menace immédiate du changement climatique.

En ce sens, le Sommet de la Terre de 2012, qui sera de retour à Rio vingt ans après celui qui intronisa le développement durable sur la scène mondiale, sera-t-il celui des décisions ? Saura-t-il se saisir des opportunités qu’ouvrent ces crises multiples ? S’il n’est pas possible de répondre par avance à cette question, on peut toutefois en identifier les grands enjeux. Articuler la réduction de l’empreinte écologique et l’amélioration de la biocapacité à l’amélioration du bien-être des populations est un de ceux-là. Le principe de responsabilité partagée et différenciée en est un autre, ce qui pourrait conduire à la création d’un fond, financé par les taxes-carbone des pays riches complété par le transfert de 0,5 % de leur PNB, au service des investissements nécessaires à la transition des pays pauvres vers une économie post-carbone.

Une vidéo de cette journée d’études sera bientôt disponible.

Genre et développement durable : « mise à l’Agenda » des utopies

Au 20 éme siècle, la transnationalisation a eu pour effet de porter à l’échelle internationale des revendications, des luttes, des coalitions, dont le féminisme et /ou l’écologisme. Les connivences entre les revendications, actions féministes et le combat écologiste se sont construites dans les années 1970, portées par le courant de la contre-culture californienne. Elles se sont exprimées dans la production du manifeste « Nous n’avons qu’une terre » – René Dubos et Barbara Ward- préparé pour la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain de Stockholm en 1972. Durant, la fin du 20ème siècle, les féministes libérales ont inscrits leurs visées émancipatrices dans le cadre de l’action internationale onusienne (UNIFEM), de la Banque mondiale, de la FAO, de l’Union Européenne, en vue « d’aider » les femmes à participer à la productivité mondiale et donc de valoriser le capital essentiellement économique que représentent les femmes. Les politiques de développement (I.F.D) destinées aux femmes, ont donc retranscrits ces volontés dans une perspective occidentale, excluant les féministes marxistes et les éco-féministes qui ont privilégiées les ONG et le secteur associatif. La conférence de Pékin (1995), a remis en question la construction de l’action internationale (politique de rattrapage) en proposant des alternatives dont les approches par genre (Joan W. Scott,1988) et l’éco-féminisme (Shiva, Mies, 1993). Ce dernier courant de pensée, organisé en lobbies, fluctue entre matérialisme et utopies, dénonce le pillage de semence, les impacts sur la biodiversité. Il dénonce également que « oppresseurs », « colonisateurs » des femmes et de la nature ne font qu’un. A ce jour les héritages de la modernité, du constructivisme sont encore nombreux et s’expriment en ce début de 21ème siècle dans le volet social, économique des politiques du développement durable (Agenda 21, PDADD, Eco-quartier). Les influences des utopies féministes, écologistes, se retrouvent sous couvert d’idéologie dans la construction du modèle de gouvernance (participation), dans le débat sur la sécurité alimentaire…

Dans le cadre de ce séminaire, une relecture de ces influences, productions de normes (« capabilities », microcrédit, empowerment, séxospécifique, politiques GED) est mise à jour pour éclairer les coalitions passées mais aussi pour distinguer les nouvelles perspectives qui intègrent le « care » (soin, assistance), « queer » (Butler, 1990) et les questions environnementales. Au-delà, il s’agira également de débattre du paradoxe entre une politique publique prônant une didactique du changement social, environnemental, politique en utilisant des modes de pensées et des outils d’une redoutable fixité pour les territoires en quête de réversibilité. David Harvey (2000), dans une critique des utopies autoritaires, des contre-utopies, invite à la construction de processus sociaux utopiens, de nouveaux agencements… comme formes du changement pour le 21ème siècle…



Documents téléchargeables :

Présentation de S.Louargant _ Genre et développement durable

Article de S.Louargant et alii – Ressources Territorialisées et problématique de genre


Les politiques de mobilité durable contemporaines : des impensés aux innovations de l’action collective urbaine

L’intervention s’est organisée autour de réflexions sur les recherches de Florence Paulhiac, maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Ses objets de recherche et de réflexion portent sur les politiques publiques des mobilités. Plus précisément, sur la façon dont les politiques publiques se saisissent des questions portant sur la mobilité. Au fur et à mesure s’est imposée à elle la question du « comment les politiques urbaines traitaient la question des déplacements et notamment les aspects sociaux des pratiques de déplacement ».

La référence de base sur la mobilité, c’est la mobilité quotidienne, celle des déplacements journaliers des individus dans l’espace. Ce sont des flux, des origines, des destinations, des motifs de déplacement. Mais parler de mobilité individuelle, ne se résume pas à parler de déplacements. Il y a d’autres composantes qui influent sur la mobilité. Par définition la mobilité n’est pas uniforme. Dans les pratiques, c’est une expérience personnelle. D’autre part, la mobilité est inégalement répartie entre individus. Nous sommes tous, plus ou moins bien dotés physiquement, cognitivement, économiquement, autant de facteurs qui vont induire nos mobilités. Cela génère des inégalités d’accès aux territoires et à ses aménités. Les politiques urbaines se posent-elles ces questions-là : c’est-à-dire, quel est le déterminant de la mobilité, dans quelle mesure intervient-il, comment, etc. ? La seconde approche définit la mobilité comme étant un bien intermédiaire. C’est-à-dire que la mobilité nous sert à faire quelque chose, à satisfaire des besoins, à réaliser un projet de vie ou des activités. La mobilité, c’est le résultat de nos arbitrages individuels (ou de ménages) qui résultent d’une série de contraintes à travers lesquelles, avec lesquels nous arbitrons pour organiser au mieux notre emploi du temps et de l’espace. Ces composantes de la mobilité renvoient à des travaux sur les capacités des individus à se déplacer. C’est des travaux provenant de la sociologie, anglo-saxonne avec John Urry, de Vincent Kaufmann qui a fondé le concept de « motilité », c’est-à-dire la capacité à se mouvoir pour réaliser un projet personnel. C’est également les travaux de Jean-Pierre Orfeuil sur la « mobilité potentielle » qui dans les faits se restreignent à une « mobilité effective », en deçà de notre mobilité potentielle. Cette approche de la mobilité, un peu complexe, est portée par des courants de sciences humaines et sociales et des travaux qui sont fondateurs. L’approche retenue, n’est ni géographique, ni économique, ce qui est privilégié ici, c’est de savoir comment les acteurs considèrent la mobilité, quels aspects vont-ils privilégier et quels enjeux vont-ils construire autour de ces facettes.

Les politiques urbaines ont aujourd’hui comme horizon le développement urbain durable. Mais il faut garder une posture critique par rapport au sens qu’il faut accorder à cette idée de développement durable. Il n’y a pas de définition à priori des contenus des politiques dites durables. Mais il y a un certain nombre d’enjeux qui correspondent à la mise en tensions des trois dimensions assez classiques (économiques, sociales et environnementales), auxquels s’ajoutent, en urbanisme, la mise en tension des échelles temporelles et spatiales. Les politiques publiques doivent pouvoir répondre aux problématiques des échelles locales aussi bien qu’à celles des échelles globales, et dans le même temps être capable de proposer des solutions aux enjeux de mobilité qui prennent en compte le temps court comme le temps long. La question qui se pose autour de la mobilité pourrait alors être la suivante : quels sont les enjeux, à quelles échelles, et à quelle temporalité ?

Ce questionnement, concernant la mobilité, intervient dans un cadre d’autant plus sensible que nous nous situons dans un contexte de « dépendance automobile ». Les travaux de Marc Wiel ont montré que cette pratique de la mobilité individuelle a eu un certain nombre d’impacts, d’externalités plutôt négatives sur notre système urbain. Cette focalisation sur les aspects négatifs de la dépendance automobile, occulte le fait que cela a été aussi un formidable progrès social. En prenant en compte la question des échelles, les enjeux diffèrent sensiblement. Les questions de santé publique ou de sécurité routière, qui ne sont pas forcement des enjeux locaux, apparaissent comme incontournables, et font apparaître une interrelation entre les échelles. La question du leadership devient une nécessité parce qu’il n’y a pas de politiques publiques efficaces sans maîtrise d’ouvrage. Et d’autre part, il n’y a pas de politiques publiques efficaces sans mobilisation de ressources intellectuelles, financières ou techniques. La question est alors de savoir comment mobiliser une action collective urbaine, qui pourrait se définir comme une action qui serait en capacité d’associer à la fois des acteurs publics et privés autour de la question de la gestion des déplacements et de la mobilité. La question sous jacente est de comprendre dans quelle mesure cette action collective à les moyens de concilier des enjeux qui aujourd’hui apparaissent comme incontournables : comment lier la productivité économique d’un système urbain et l’équité sociale dans les conditions de déplacement ?
Le développement durable se définit plus comme une question de mise en cohérence des enjeux de l’action sur le long terme, qu’une question de normes. Pour mettre en tensions les différentes dimensions du développement urbain et réfléchir aux échelles temporelles et spatiales, il y a déjà, certainement, dans les politiques publiques, des outils de pilotage comme par exemple le débat public. Si la norme semble nécessaire pour objectiver un certain nombre de stratégies, comme par exemple se fixer un objectif de réduction de nombre de voitures circulant en centre-ville, il faut se donner les moyens de garder un peu de souplesse pour s’adapter aux réalités.

En réinvestissant la question de tout ce qui s’impose à l’action publique aujourd’hui en termes de mobilité et de déplacement, nous nous sommes rendu compte, que cela faisait référence à de gros enjeux, comme l’offre de transport collectif à travers les PDU (le droit à la ville pour tous) et la protection de l’intégrité environnementale des systèmes urbains. Les questions sociales sont beaucoup plus implicites. Deuxième constat dans les travaux de Florence Paulhiac : le champ des transports évolue et fait également évoluer dans un même temps, les outils et les modalités d’action sur ce champ. La décentralisation, en organisant la répartition des compétences entre les collectivités locales, a fragmenté la question de l’action territoriale. Parallèlement, apparaissent des nouveaux outils de pilotage et de nouvelles façons de produire l’action. Des changements imposés par la loi ou mise en œuvre de façon plus informelle par l’acteur. C’est toute la question de l’intégration de l’évaluation dans la construction des politiques qui permet d’avoir un regard très réflexif sur son action. Ce qui nous intéresse ici, c’est la question du débat public. C’est un nouvel outil de pilotage de l’action qui peut être très efficaces ou inefficace, cela dépend de ce qui en est fait. Par le débat public, de nouvelles façons de construire du contenu sont permises. Il permet d’établir une transversalité entre les différentes cultures professionnelles, techniques, et les cultures politiques, pour produire des connaissances nouvelles. Ces nouvelles façons de produire l’action, au-delà des injonctions, sont en capacité d’innover.

En appui de l’impossibilité théorique de la ville durable ne faudrait-il pas penser « la ville désirable ». L’un des enjeux serait de rendre la ville plus attractive, non pas du point de vue économique, mais du point de vue résidentiel et non seulement de s’opposer à l’étalement urbain. Mais, les politiques publiques qui se mettent en place ne sont pas toujours adaptées aux problèmes qui se posent, révélant un problème d’échelle d’action. Car il n’y a pas de structure institutionnelle pour penser cela. La périurbanisation avec une densité faible est souvent présentée comme un fléau, mais en est-ce réellement un ? La question qui est posée est de savoir pourquoi à un moment donné il y a dépassement du cadre institutionnel pour permettre la mise en place d’une action collective.
Mais la décision est prise d’après ce que l’on observe et en plus ça sert à faire l’évaluation des politiques publiques. En même temps le contexte de crise, poussent les acteurs à raisonner en terme d’efficience. Aujourd’hui, nous sommes dans une forme d’entre deux, de nouvelles formes de partenariat public-privé apparaissent, non pas sur le financement mais sur les modalités de construire des réponses : les plans de déplacements entreprises en sont un exemple. La réflexion aujourd’hui, est menée autour de la gestion de la mobilité. Ce qui est scruté, c’est comment les individus organisent leurs activités, pour comprendre leur stratégie de mobilité. En croisant ces données avec la composition du ménage, le profil socioprofessionnel et l’âge une typologie des mobilités peut être réalisée. Stéphanie Vincent a fait une thèse sur la mobilité ou l’alter mobilité et elle montre deux choses très différentes : nos pratiques de déplacements sont fixés à l’âge adulte ; après, ce seront les « accidents de la vie » qui pourront les modifier.

La vulnérabilité urbaine, notre horizon ?

La vulnérabilité urbaine, notre horizon ?

Intervention de Michel Lussault :

Mes travaux sont plus axés sur des problématiques de sciences sociales, plus proches des philosophes de l’analyse pragmatique que des environnementalistes. Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est les questions posées par ce qui me paraît être un processus notable et que je nommerais le « processus d’environnementalisation » de la question urbaine. Cela étant, vous verrez que j’aborde cette question par le biais de la vulnérabilité et de la durabilité sociale. Par une analyse de la manière dont les politiques publiques urbaines, et plus globalement, la réflexion urbaine, sont peu à peu saisies par ce que j’appelle l’environnementalisation. C’est-à-dire par une sorte d’idée dominante, pour ne pas parler d’idéologie dominante, qui consiste à considérer que l’avenir de la question urbaine passe obligatoirement par la question des environnements urbains. Autrement dit, par la manière dont on peut trouver de nouvelles façons de considérer ces questions et de nouvelles techniques pour assumer la relation complexe entre l’individu et son environnement, ceci en l’inscrivant dans une perspective de développement durable. Ce qui m’intéresse c’est de constater qu’aujourd’hui il y a une sorte de consensus qui s’établit chez la plupart des experts, des analystes, et des acteurs politiques qui postulent que les organisations urbaines sont vulnérables. Et que cette vulnérabilité est à chercher plutôt dans la fragilité des dispositifs environnementaux que dans l’urbain qui les a produit.

Cette question de la vulnérabilité est une question qui m’apparaît comme centrale depuis maintenant quatre à cinq ans. Notamment à travers l’évolution de la représentation de la ville chez les acteurs sociaux. C’est ainsi qu’aujourd’hui, quand vous regardez la manière dont les organisations urbaines sont décrites, mises en scène, mises en image, que se soit par l’intermédiaire des expertises, de la presse, des médias ou via les œuvres de fiction, on est frappé de la constance d’une sorte de « stéréotype représentationnel », qui est celui de la catastrophe urbaine et de la destruction. Je suis extrêmement interloquée de voir qu’une bonne partie des imaginaires urbains du moment et des systèmes d’images qui les nourrissent est fondée sur l’idée que l’horizon de l’urbanité contemporaine sera forcément la catastrophe. De ce point de vue-là, pour essayer de bien mesurer à quel point le récit de mise en péril des organisations urbaines est fort, il suffit de reprendre tout ce qui a été produit avant Copenhague, pendant Copenhague et immédiatement après Copenhague. Le caractère inéluctable de la catastrophe est en place, et finalement, il n’y aurait pas de possibilité d’y échapper sauf si l’on remettait en question de manière radicale les formes de l’organisation urbaine.

Aujourd’hui, on ne peut que faire le constat de la vulnérabilité urbaine. Ce constat en lui-même n’est pas niable. Reste à savoir si cette vulnérabilité urbaine et nouvelle ou pas. C’est une question assez compliquée et peu travaillée. Cette vulnérabilité urbaine, incontournable, traduit surtout à mon sens non pas une fragilité nouvelle de nos sociétés par rapport à d’autres sociétés anciennes, mais peut-être plutôt une sensibilité nouvelle des sociétés à la question de la fragilité, ce qui n’est pas la même chose. La question de la fragilité et de la vulnérabilité n’est pas une question qui peut se traiter en valeur absolue mais plutôt comme une question faisant référence à un état global des imaginaires sociaux d’une société contemporaine. Il faut donc trouver les manières d’aborder ces questions et de nourrir le débat public en se fondant sur un certain nombre de principes, en particulier sur le principe de l’incertitude et du paradoxe. Il faut accepter que l’urbain contemporain est un urbain paradoxal. C’est-à-dire, fondé sur la mise en lien de phénomènes paradoxaux. Et ce paradoxe, on ne doit pas chercher à le supprimer, mais au contraire, à le reconnaître comme constitutif de l’organisation urbaine contemporaine. Je prends un exemple simple. Il y a un paradoxe à ce que le monde urbain se constitue d’un côté, comme fondé sur le développement de la mobilité généralisée (la mobilité généralisée promeut par essence et par nature un espace social lisse, sans entrave, ouvert, circulatoire) et de l’autre, qu’avec la même puissance, l’urbain contemporain se constitue aussi comme un monde de séparation, de délimitation, de ségrégation, de multiplication des barrières, des filtrages….

On peut considérer que ces tensions paradoxales sont les éléments organisateurs de l’urbain en même temps qu’elles sont organisées par l’urbain qui s’organise. On retrouve là, le jeu de l’institué et de l’instituant qui est assez classique mais qui est au cœur des systèmes sociétaux complexes. La vulnérabilité urbaine peut aussi être traitée sous la forme de tension paradoxale puisque la vulnérabilité urbaine semble croître à mesure que la puissance des systèmes urbains semble croître. C’est-à-dire que toute tentative pour rendre plus fort, plus résiliant et plus robustes les systèmes urbains paraît nourrir la vulnérabilité urbaine.
Donc premièrement, l’urbain est paradoxal et il faut faire avec.
Deuxièmement, si cette vulnérabilité est acceptée et parce que l’urbain est paradoxal, la seule manière de faire avec, n’est pas de vouloir rompre avec les paradoxes, mais de vouloir les assumer. Il faut donc constituer une expertise, une réflexion, une politique qui s’appuie sur le paradoxe et sur le principe d’incertitude . Il faut accepter l’idée que l’incertitude n’est pas simplement quelque chose qui est extérieur à notre action, qui est quelque chose qu’il faudrait maîtriser, résorber, mais que l’incertitude est au contraire une des données de base de toute notre réflexion et de toute notre action.

On ne peut donc apporter que des solutions incertaines. C’est-à-dire être confronté à la même rupture épistémologique que les scientifiques ont connu lorsqu’il a fallu sortir du monde certain de la prédiction scientifique (à partir des outils mathématiques et de la mécanique notamment), pour rentrer dans le monde incertain de la probabilité des phénomènes à partir des nouvelles mécaniques qui ont été inventé au tournant des années 1910-20. Cette révolution épistémologique a bouleversé les sciences mais n’a malheureusement que peu fait évoluer les systèmes experts et les systèmes politiques. Puisque le propre de la politique et qu’elle continue à s’organiser en prétendant proposer des solutions certaines à des problèmes qui sont marqués fondamentalement par l’incertitude et le paradoxe.

Alors partant de ces deux choses. La vulnérabilité urbaine est protéiforme et elle ne m’intéresse qu’à partir du moment que l’on ne la considère pas uniquement sous l’angle de la vulnérabilité environnementale. La vulnérabilité urbaine, c’est plutôt une caractéristique de base des systèmes urbains contemporains qu’on pourrait définir comme la probabilité qu’un système soit mis en cause lourdement par un incident, quel qu’en soit l’origine. La vulnérabilité urbaine est pour moi, quelque chose qui traverse les différents champs de la société et renvoient à une fragilité intrinsèque des systèmes urbains, c’est-à-dire une capacité des systèmes urbains à être impacté durablement par un incident même minime.

Cette vulnérabilité urbaine, nous pouvons la retrouver dans la vulnérabilité des systèmes techniques urbains. Elle s’accroît à raison même que ces systèmes se sophistiquent. Simplement, parce que plus un système se sophistique, plus il multiplie les liens entre les éléments qu’il associe ; et plus il multiplie les liens, plus il augmente les expositions aux risques et aux fragilités. Tous les discours de l’ingénierie classique, qui consiste à considérer que l’on va maîtriser l’incident par la sophistication technique, sont erronés comme Jean-Pierre Dupuy l’a bien montré. Toutes ces tentatives, de sortir de la fragilité ou de la vulnérabilité par la sophistication technique, ne font en fait que rajouter des risques au risque. Cette vulnérabilité des systèmes techniques est constante. L’avenir des sociétés humaines est d’assumer la vulnérabilité comme une composante centrale de la société et de son fonctionnement. C’est d’intégrer la vulnérabilité comme quelque chose qui doit faire partie de nos vies et de nos actions politique. Non pas pour la supprimer, mais pour la considérer comme un élément constituant de notre agir, de nos actions.
Il ne faut pas considérer pas la vulnérabilité comme quelque chose qui nous menace de disparition mais plus comme quelque chose qui fonde notre capacité à exister ce qui évidemment change un peu la donne. C’est parce qu’ils sont vulnérables que les systèmes seront dynamiques. C’est parce qu’ils sont exposés à la fragilité que les systèmes évoluent, développent, sophistiquent, créer de nouvelles compétences, de nouveaux savoirs, de nouveaux instruments,… La vulnérabilité est notre avenir et notre carburant.

Autre exemple, mais cette fois-ci de vulnérabilité environnementale. La nature n’est pas quelque chose qui est extérieure aux sociétés. C’est une production sociale complexe. Je veux bien admettre qu’il y ait des systèmes biologiques et physiques qui soient extérieur au monde social. Mais pas la nature. Parce que pour moi, la nature c’est le résultat de l’appropriation par les sociétés de ces systèmes physiques et biologiques. Pour moi ce que j’appelle la nature, c’est la façon dont un groupe social, à un moment ou un autre, se saisit des données biologiques et physiques pour en faire des faits de société. Pour moi il n’y a rien de plus sociale, de plus sociétale, que la nature. D’ailleurs pour moi, les vraies sciences de la nature sont les sciences sociales. C’est-à-dire les disciplines qui essaient de comprendre comment les systèmes biologiques et physiques sont en partie codés et transformés, en problèmes sociaux par la société elle-même. Un exemple, le virus. Il est en train de devenir un « acteur », au sens Latourien, des sociétés mondiales et pas simplement celui de la grippe. C’est sans doute celui du virus du sida qui a été le premier à étalonner cette époque où le virus devient un personnage central. Et quand on voit les interactions à toutes les échelles de cette question virale, c’est absolument prodigieux. Il n’y a pas de domaine humain qui ne soit plus travaillé est en tout cas plus source d’action que celui-ci.

À partir de ce constat, je me suis mis à m’intéresser plus globalement à la manière dont l’atmosphère, en tant que système physique et biologique, est en train de devenir un objet clef des politiques urbaines. Comment petit à petit, par ce processus d’environnementalisation que je parlais tout à l’heure, l’atmosphère redevient un objet central des politiques publiques. Aujourd’hui, il y a de nouveau une préoccupation autour de cette question.

Quels indices me permettent d’affirmer cela ? Premièrement, toute la réflexion sur la diffusion épidémique. Or maîtriser une épidémie, c’est à un moment ou à un autre, nécessairement se poser le problème de la contagion atmosphérique. Ce qui revient à se demander comment définir une norme qui permettra d’éviter que l’atmosphère soit propagateur du virus. Quand vous lisez les textes qui ont été fournis par l’État français au sujet de la grippe N1H1, les circulaires par exemple, il y a à ce propos, une définition de la bonne distance sociale. C’est-à-dire la distance qu’il faut conserver dans les relations sociales pour faire en sorte que le virus ne se transmette pas aisément d’une personne à une autre.
Deuxième indice. Tout le travail, qui d’ailleurs est un peu ancien, autour des pollutions atmosphériques et les risques épidémiologiques que cette pollution atmosphérique peut faire peser sur les individus. Troisième indice la réflexion sur l’îlot chaleur urbain. L’îlot de chaleur qui est aujourd’hui considérée comme un problème en soi. Et alors, dans le cadre du Grand Paris, par exemple, il y a des expérimentations qui sont faites pour savoir comment les forêts, les prairies, voire l’agriculture, c’est-à-dire, comment la gestion du foncier non battis peut-être utilisée pour essayer de diminuer l’îlot de chaleur. Cela signifie un retour assez violent sur la densification à outrance. C’est un autre paradoxe de l’urbain. Aujourd’hui tous ceux qui parlent de l’urbanisation et de son avenir insistent sur le fait, qu’un des espaces clefs pour la réflexion sur le devenir de l’urbanisme contemporain ce sont les espaces non battis (les espaces forestiers, friches, agricole). Quatrième indice, les ondes électromagnétiques. Tout le débat actuel sur les antennes, leur implantation, les risques supposés… Puisqu’elles font de l’atmosphère un espace, entièrement et en permanence, strié par les ondes alors qu’en même temps, il est occupé par des êtres humains qui interagissent avec les ondes. Nous sommes là, devant une problématique d’une extrême complexité et devant un autre paradoxe. Parce que nous avons besoin de plus en plus de données pour satisfaire nos vies quotidiennes, et nous avons parallèlement des gens qui sont de plus en plus inquiets sur l’impact des ondes, qui sont nécessaires pour transmettre ces données, sur notre propre santé. Dernier exemple de cette importance de cette montée en puissance de ce « fait atmosphérique » dans les débats publics urbains. Il y a quelque chose que l’on n’avait pas vu venir avec la contestation des éoliennes. On pensait au départ que celui-ci se limiterait aux problèmes de paysages. Ce qui est vrai dans les espaces paysagers et ruraux, notamment de montagne où sur les littoraux. Mais ailleurs, les entrées contestataires sont moins paysagères que sonores. Avec l’idée que les infrasons émis par les éoliennes sont nuisibles à la santé des riverains. À tel point qu’on travaille aujourd’hui avec une directive européenne qui consisterait et là aussi c’est merveilleux pour un géographe à définir la distance optimale qui devrait séparer une éolienne d’une résidence. C’est encore une distance sociale, mais également un nouvel indice de la progression du souci atmosphérique dans la réflexion urbaine. Le souci atmosphérique progresse par ce que l’atmosphère apparaît aujourd’hui comme une dimension spatiale de l’urbain au sein de laquelle se cristallise de nouvelles vulnérabilités. Et le traitement de ces vulnérabilités est un traitement spatial horizontal terrestre en même temps qu’un traitement atmosphérique. Donc cette politique de l’atmosphère en devenir, c’est quelque chose qui exprime le paradoxe, la vulnérabilité et la nécessité de nous en saisir.

Ce que j’ai voulu essayer de proposer en précisant bien qu’il s’agit pour moi d’un terrain de jeux que je défriche pas à pas avec les instruments qui sont les miens, se résume en trois points :

  • Ne cherchons pas à lever le caractère paradoxal des organisations urbaines. Cherchons plutôt à comprendre plutôt ce que signifie ces tensions paradoxales et en quoi elles nourrissent les dynamiques urbaines.
  • Les vulnérabilités, qui sont inhérentes à un système urbain paradoxal, sont de plus en plus complexes et se sophistiquent de plus en plus. Ces vulnérabilités ne cherchons pas à les maîtriser, les supprimer, mais plutôt à les considérer comme un élément de dynamisation du système sociétale.
  • Partant du premier et du deuxième point, comment pourrions-nous essayer de redéfinir une pensée scientifique de cet urbain paradoxale et vulnérable. Il faut travailler dessus, développer de nouveaux concepts, de nouvelles théories et de nouvelles méthodes.

On ne saisit pas ces choses-là avec des méthodes classiques et anciennes. C’est dans le sens développer par Latour d’un côté et Dupuis de l’autre, qu’il faut dégager des méthodes pour saisir les choses qui circulent dans les réseaux d’action des systèmes urbains. Comment ai-je été amené à considérer que les virus étaient des actants tout simplement en lisant Latour. On voit bien en lisant Latour que ce qui est opérateur et simplement…ce qui opère. Et quand vous regardez ce qui opère dans un champ social, vous prenez ce qui opère à priori, sans faire de distinction entre ce qui est humains ou non humain, et vous essayez de comprendre pourquoi. Il faut également trouver des expertises. Ce sont des savoirs un peu particulier, qui ne sont ni les savoirs politiques classiques, ni les savoirs scientifiques académiques, mais qui sont ces savoirs un peu baroque, composés d’un peu des uns et des autres. Et enfin, comment arriver à structurer des débats publics, assumant le caractère paradoxal et vulnérable, c’est-à-dire luttant contre la volonté de tous les acteurs sociaux à trouver des solutions déterminées et certaines. Il faut éloigner le déterminisme et la certitude face à ce qui est indéterminé et incertain. Ce qui nous renvoie à savoir comment inventer la politique et le système politique qui permettrait de mettre en scène tout ce que nous venons de dire…

Débat :

Il n’y a pas beaucoup de gens ici qui sont dans une logique de sciences dures. Parler de politique urbaine de l’atmosphère ça déjà eu lieu lorsque l’on a construit des quartiers au XIXe siècle : On a bien veillé à ce que les vents dominants épargne le sud-ouest parisien et on a sacrifié des endroits, comme la Seine-Saint-Denis, pour des questions de vents dominants et de pollution. Aujourd’hui, la différence, c’est qu’on est devant une diversification extraordinaire de l’origine de l’inquiétude atmosphérique : ondes, particules, virus,…

Le constat de la vulnérabilité dans la ville, renvoie au texte de François Ascher sur « la ville comme compromis urbain ». Et peut-être que si dans les politiques urbaines, les municipalités ou les collectivités territoriales, prenaient en charge, la politique d’urbanisation d’un bout à l’autre, c’est-à-dire en s’érigeant en maître d’ouvrage de ce quelles font, permettrait d’avoir une plus grande « efficacité » dans l’action envisagée. Jouer la carte de la proximité institutionnelle, de rester proche des individus au lieu de sous-traiter à des promoteurs un certain nombre de choses, privilégier la souplesse au lieu d’imposer des règles extrêmement normatives. Ce dernier point reflète d’ailleurs l’expression de notre volonté de maîtriser toute forme de péril et de vulnérabilité. Ce qui renvoie à un mécanisme de société complètement paradoxale, puisque la base même de l’évolution de la société, est fondée plutôt sur la vulnérabilité et de l’extension de ses champs de vulnérabilité, alors que dans un même temps s’affiche la volonté du « risque zéro » en terme de vulnérabilité urbaine.

Peut-être qu’assumer la vulnérabilité s’est nécessairement accepter un dialogique subtile entre le formel et l’informel, c’est accepter que tout n’est pas normé et aux standards dans un groupe social. Or, la préoccupation du développement durable ou de la préoccupation environnementale, se traduit aujourd’hui pratiquement toujours en injonctions normatives. Alors qu’au départ, les principes du développement durable étaient pensés de façon non normative, comme par exemple les agendas 21 locaux. Mais leurs introductions dans les politiques d’aménagement (LOADDT, PLU, SCOTT) les ont transformés en principes normatifs, extrêmement contraignant dans leurs applications et peu de résultats efficaces.
Même constat sur les discours. Latour a montré par exemple que la purification des discours était une grande stratégie des acteurs sociaux. Par exemple, lorsque les discours laissent penser que tout est unanimement défini par un décret. C’est plutôt du ressort du discours idéologique. C’est des discours purement rhétoriques et ils escamotent les tensions, les paradoxes, les contradictions qu’il y a au sein des discours. Et aujourd’hui qui est capable de dire ce qu’est le développement soutenable urbain. Personne. Pourquoi ? Pour une simple raison, parce que personne n’est capable de maîtriser les effets d’échelle. Aujourd’hui on connaît des personnes qui sont capables de définir un bâtiment de très haute qualité énergétique environnementale. D’autres qui sont capables de définir ce qu’est un îlot de haute qualité environnementale énergétique. Mais ça commence à devenir un peu plus complexe à mettre en œuvre. Mais que signifierait de construire entièrement un ensemble urbain vaste selon les préceptes de la haute qualité environnementale ? Ne serait-ce qu’en termes d’organisation du système productif. Parce que jusqu’à preuve du contraire pour que l’espace organise il faut qu’il y ait un système de production. L’espace ne se produit pas tout seul. Il y a systèmes de production qui reposent sur des entreprises formelles et informelles, des compétences diverses, des techniques et des expertises composites, des fonds et des circulations monétaires,…c’est une réalité urbaine complexe, incertaine, vulnérable auquel nous sommes confrontés. Et face à cela, la réponse serait des principes normatifs ? C’est plutôt de l’ordre de la conjecture. Mais ce qui est problématique, c’est que les discours présentent cette conjecture comme une certitude !

Aujourd’hui, les sociétés développées sont hantée par la question de la vulnérabilité. Cette hantise de la vulnérabilité se traduit en actes spatiaux. En particulier tous les actes d’emplacement, de mise à distance, d’épreuve de franchissement… sont aujourd’hui de plus en plus marqués par le souci de minimiser l’exposition au risque, et le premier risque, c’est autrui. Et en même temps, ce souci de se rendre moins vulnérable, va de pair avec la revendication de droits spécifiques, la volonté de coder des pratiques, des normes et des comportements, de définir des agendas, des profils d’individus, des profils culturels auxquels on se référence, etc. Comment se protège-t-on de la vulnérabilité ? En mettant les autres à distance, en posant des droits d’accès exorbitant, des épreuves de franchissement excessives. En résumé, parce que l’on se sent fragile, on produit des systèmes complexes pour nous protéger. Mais si on considère que les systèmes complexes produisent de la vulnérabilité en se complexifiant, ils produisent également de la redondance qui est synonyme de robustesse. La vulnérabilité renverrait donc autant à la fragilité qu’à la robustesse ?
Peut-être que les conditions de la robustesse passe par l’acceptation de la vulnérabilité. En fait finalement, ce que l’on est entrain de redécouvrir, c’est que les systèmes produisent de l’entropie. Il y a des moments où les choses se stabilisent, s’ankylosent, disparaissent, normalement ou non (cas des catastrophes) et d’autres qui redémarrent, se créent, évoluent. Et c’est ces tensions paradoxales là qu’il faut retravailler. Vouloir échapper à la catastrophe, c’est se condamner à échouer, parce qu’on n’échappera jamais à toutes les catastrophes. En revanche, définir en quoi la catastrophe peut-être être un horizon, parce que c’est un facteur qui est au cœur de l’expérience humaine (J.P. Dupuis), cela permet à mon sens de se préparer à saisir la catastrophe (le moins souvent possible !) pour lui donner la portée sociale, spatiale, organisationnels qu’elle pourrait avoir. C’est un peu compliqué, mais ce n’est pas la provocation. La catastrophe c’est bien sûr la ruine, le malheur, le délabrement mais en même temps il y a une puissance organisatrice qui est absolument incroyable, un facteur puissant de réorganisation de l’espace et des sociétés. Cela renvoie aux théories d’Atlan, sur la capacité du système organisationnel à acceptée, ou à intégrer le bruit, qui passé un certain seuil devient destructeur alors qu’avant cela avait un effet organisateur. En effet, ces théories ne sont pas mécanistes et elles montrent justement les échappements, les impasses, les bifurcations, les alliances incidentes qui se déroulent pour arriver effectivement à maîtriser la catastrophe. C’est quelque chose qui nécessite souvent de l’improvisation. Le paradoxe est que l’on ne se prépare jamais à cela. Et ceux qui arriveront le mieux à maîtriser les évènements, sont ceux qui improviseront le plus !

PRESENTS :
Albertin Christophe, Amilhat-Szary Anne-Laure, Aublet Benoît, Barthelemy Fabien, Beck Elise, Bertrand Nathalie, Brand Caroline, Créton-Cazanave Laurence, Cucarollo Jérome, Djevahirdjian Benoît, Garcia Pierre-Olivier, Gralepois Mathilde, Gras Harmony, Herrera Catherine, Lajarge Romain, Ligonie Pierre, Mancebo François, Marfin Jessie, Moyon Nathalie, Peyrache-Gadeau Véronique, Siméon Jean-Luc, Sossou-Agbo Lazare, Soubeyran Olivier, Tabourdeau Antoine, Tollis Claire, Tricot Anne, Vuillon Yolaine.

Le plan B de Lester Brown (environnement, développement humain et paradigmes économiques)

Astrophysicien, Pierre-Yves Longaretti partage recherches, depuis cinq ans entre des travaux théoriques d’astrophysique et de développement durable en particulier sous ses aspects et économiques. Il fait partie du groupe de recherche interdisciplinaire SOCLE3 (Soutenabilité, Organisation Collective Locale, Energie, Economie et Environnement), où se trouvent également des membres de PACTE Territoire, du Laboratoire Jean Kuntzman et de l’INRIA. Le groupe examine les conditions de transition à la durabilité d’espaces urbains et périurbains à l’échelle régionale ; particulièrement dans l’espace Alpin. Il a traduit en Français le livre de Lester Brown « Le plan B ». Ces soirs son intervention présente le cadre général de ses réflexions à l’issue de ce travail.

Selon Pierre-Yves Longaretti, la vraie question à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est de savoir si nous sommes dans une « dynamique d’effondrement » ou non. Du point de vue de la physique, lorsque l’on étudie la dynamique des systèmes complexes (mais pas seulement), en particulier la dynamique des populations et des milieux qui les soutiennent, on se rend compte que l’on peut donner une réponse quantitative, semi-quantitative ou qualitative, à ces questions. Quatre grands scénarii d’évolution en découlent :

  • Croissance indéfinie des populations et de leurs conditions de vie ;
  • équilibre entre populations et environnement, marqué par un caractère pseudo-stationnaire (mais non statique), de l’ensemble ;
  • dépassement de la population et des ses usages par rapport aux capacités de l’environnement ;
  • et enfin (variante du 3), un dépassement est tellement important que l’environnement se dégrade créant un effondrement physique. On peut discuter d’un effondrement « civilisationnel » qui ne serait pas suivi d’un effondrement physique. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, est l’effondrement physique en lui-même.

Il y a quatre conditions à réunir pour que ce dernier scénario se réalise :

  • Il faut une croissance forte (population, utilisation du milieu),
  • un dépassement de capacité,
  • un retard de réaction avec une prise de conscience tardive,
  • une érosion de la capacité du système physique.

La question est de savoir si nous (nos sociétés développés mais aussi le monde en général) sommes aujourd’hui dans une dynamique d’effondrement. Or si nous examinons les quatre conditions, nous pouvons clairement répondre par l’affirmative.

En ce sens Le Plan B prend en compte l’ensemble des problèmes constatés au niveau international et élabore trois axes d’intervention :

  • le développement humain avec l’éradication de la pauvreté et la stabilisation de la population (interdépendance très forte entre démographie forte et pauvreté),
  • la restauration de la qualité environnementale (climat, sols, biodiversité, eau…),
  • le changement de modèle économique (introduction des coûts environnementaux, transfert de la fiscalité du travail sur les impacts environnementaux,…), aller d’une économie globale à une économie locale, du jetable au recyclable,…

Le point intéressant de ce livre est de proposer un chiffrage, d’insister sur le fait que ces trois axes sont liés et que pour être efficace il faut les prendre en compte tous les trois en même temps. Deux grandes approches économiques sont aujourd’hui perceptibles :

  • Une économie dite écologique, où l’économie est considérée comme un sous-système qui doit s’insérer dans l’existant en respectant les grands équilibres écosystémiques et en prenant en compte les flux de matières et d’énergies
  • Une économie néo-classique, où le primat est donné aux échanges marchands au sein de nos sociétés, supposés inclure les dynamiques écosystémiques. Pour cela, il suffit d’adapter les coûts. L’économie environnementale s’appuie sur cette idée.

Il y a clairement une incompatibilité entre les deux approches :

    Pour la première, il faut limiter les flux, mieux les répartir et viser à l’équilibre de Pareto (optimiser l’allocation des ressources par le marché).

  • Pour le second, la priorité va à l’allocation des ressources par le marché. La visée régulatrice se fait par l’inclusion des externalités dans les prix de marché. Une grande substituabilité du capital naturel et artificiel (le progrès technologique permet (permettra) de résoudre une grande partie des problèmes) est présupposée.



Les points durs du dilemme :

Une approche uniquement économique implémente une vision utilitariste de l’environnement qui pose un problème d’éthique. Entre autre, peut-on réduire la valeur d’une ressource à un prix, dont la pertinence n’est, de surcroît, pas évidente à évaluer, en tout cas pour tous les « biens » ou « services » environnementaux (cas des biens « non rivaux » et « non exclusifs »). De plus, tant qu’une ressource est abondante, il peut y avoir substituabilité mais c’est moins vrai lorsque l’on atteint les limites de la ressource.

Ces réflexions conduisent à une remise en cause des mécanismes de l’économie de marché qui fonctionne sur un modèle d’équilibre, alors que la plupart des systèmes environnementaux fonctionnent avec un effet retard ? Comment anticiper dans ces conditions ?

La grande question qui se profile derrière ce débat est de savoir s’il y a conflit entre croissance et environnement. Et si oui, pourquoi ? Si l’on considère que la croissance correspond au coût de maintien de la société, alors il convient d’adopter une approche malthusienne où plus on dispose de moyens, plus la démographie est contrôlée. Car cette croissance n’est pas extensible. La productivité ou l’efficacité ne suffira pas à permettre un accroissement continu des richesses.

Un second point est le lien entre monnaie et croissance. Car le système monétaire crée de la monnaie, lorsque les banques accordent des prêts par exemple, sur une anticipation d’activité qui n’existe pas encore. Le problème c’est que si les prêts correspondent bien à une activité en devenir, tel ,n’est pas le cas des intérêts générés par ces emprunts. Ils se retrouvent dans le système et peuvent être prêtés de nouveau. Il y a un problème endémique structurel de manque permanent de liquidité qui impose constamment le recours à l’emprunt. Et ce recours ne peut avoir de sens que s’il ne se traduit pas par de l’inflation (la monnaie ne doit pas perdre de la valeur). Il faut donc que la croissance de la masse monétaire soit infinie, et du coup que la croissance physique des biens et services le soit également !

Quelle transition institutionnelle vers la soutenabilité ? Actuellement, on peut distinguer trois acteurs majeurs —nommés institutions par Pierre-Yves Longaretti— dans le fonctionnement des sociétés occidentales : l’état (centralisateur), les entreprises (compétition) et le système monétaire privé, qui a permis un progrès social indéniable dans les pays dits « du Nord », mais qui aujourd’hui atteint ses limites. Il pourrait être pertinent de le remplacer par trois nouveaux acteurs (institutions) sachant allier le jeu des échelles (prise en compte des territoires), avec l’idée de coopération (au lieu de compétition) et des systèmes monétaires multiples. Le problème c’est que cela est très complexe car il faut trouver de nouveaux équilibres entre intérêts privés et publiques et réinventer de nouveaux modes d’actions collectifs.



Débat :

Le rapport entre la monnaie et croissance pose le problème du contrôle du système : qui fixe les règles et qui les contrôle ? Les banques centrales indépendantes peuvent elles vraiment agir à la fois sur la croissance et la valeur de la monnaie lorsque l’on connait le poids du dollar dans les échanges internationaux ? Le dollar s’est imposé comme monnaie d’échange internationale et depuis il est constamment dévalué ce qui est l’équivalent d’une taxe pour les autres pays. D’ailleurs, il y a un lien entre monnaie et pouvoir. Si les États-Unis ont pu établir l’hégémonie du dollar, c’est parce qu’ils sont la puissance mondiale dominante.

Il faut faire la distinction entre les ressources renouvelables et non renouvelables dans la prise en compte de l’urgence environnementale. D’ailleurs, les stocks et les flux ne se gèrent pas de la même façon.

La transition institutionnelle et surtout les deux ensembles à 3 acteurs proposés font références à des notions qui sont plus complémentaires qu’opposables. L’état, dans l’un, et les territoires, dans l’autre, renvoie à la notion de pouvoir. Ce qui pose la question de leur articulation. L’entreprise et les formes coopératives posent la question de la production localisée, mais également celui de la péréquation entre les territoires qui ne disposent pas des mêmes ressources et des mêmes moyens.

Si l’autarcie n’a aucun intérêt, il convient quand même de penser un transfert de compétences plus fines pour permettre les innovations locales correspondant plus aux exigences locales que globales. De plus, si l’échelon local peut apparaitre comme une solution, il ne faut pas oublier l’échelon global qui en matière de sauvegarde environnementale est incontournable : une gouvernance mondiale doit s’affirmer pour qu’il puisse y avoir une régulation efficace des problèmes mondiaux. Les problèmes environnementaux se règlent donc à des échelles différentes, non exclusives mais complémentaires.



PRESENTS :
Emilie Debar, Harmony Gras, Catherine Herrera, Pierre-Yves Longaretti, François Mancebo, Vincent Plauchu, Lazare Sossou Agbo, Yolaine Vuillon.



Documents téléchargeables :

Présentation de PY Longaretti – Environnement_développement_économie


La ville durable est-elle soluble dans le changement climatique ?

Ces journées d’études franco-canadiennes, associant aménageurs, économistes, géographes et politistes de différents laboratoires grenoblois et canadiens, s’empare d’une question volontairement provocatrice : « La ville durable est-elle soluble dans le changement climatique ? » pour construire un groupe de recherche franco-canadien sur le sujet. En effet, ce thème, peu abordé, présente une véritable urgence alors que, de plus en plus, les politiques de développement durable se focalisent, voire se réduisent, à la composante climatique, au détriment de questions aussi importantes que les conditions de vie ou les inégalités environnementales par exemple. Or, il n’est pas évident que développement urbain durable et lutte contre le changement climatique se superposent, ni même se recoupent. Il y a parfois antinomie entre les impératifs de l’un et de l’autre : les interventions sur la densité ou la multifonctionnalité, les arbitrages dans l’usage des sols, l’illustrent.

L’idée même de développement urbain durable suppose une rupture dans les référentiels de l’action publique, dans les pratiques individuelles et collectives, dans l’ingénierie urbaine, porteuse d’innovation. Cela est évident avec les questions de l’adaptation au changement climatique et de la diminution des émissions de gaz à effet de serre préconisées dans les plans climats locaux. En effet, leur réussite est liée non seulement à l’amélioration de performances énergétiques —déjà porteuses d’innovations—, mais encore à une redéfinition des politiques de transport incluant la recherche de nouveaux modes et surtout la détermination de nouvelles configurations urbaines (utilisation des tics, jeu sur les temporalités, jeu sur la densité), de nouvelles formes urbaines s’il y a lieu. L’innovation passe, cet exemple le montre, par la mobilisation de nouveaux objets de l’environnement et de nouveaux usages qui parfois s’opposent entre eux, ce qui correspond à une métamorphose des ressources réelles, potentielles ou latentes, parfois contradictoires.

Ces questions sont au cœur des problématiques urbaines en France comme au Canada. Elles appellent des arbitrages délicats, qui ne sont pas nécessairement les mêmes des deux côtés de l’Atlantique. Ces journées d’étude ont pour objectif dans un premier temps de confronter nos pratiques urbaines, pour établir ensuite un programme franco-canadien conjoint de recherche de 4 ans sur ce thème. C’est la raison pour laquelle le Centre d’Etudes Canadiennes, qui soutient l’événement, en est partie prenante.

Chercheurs canadiens invités :

Christopher Bryant (Université de Montréal),
Sylvain Lefebvre (UQAM) et Romain Roult (UQAM),
Claire Poitras (INRS),
Isabelle Thomas Maret (Université de Montréal),
Christiane Gagnon et Olivier Riffon (Université du Québec à Chicoutimi).

Documents téléchargeables :

Programme de la journée d’étude 2009

Présentation de Christopher Bryant – Métropoles et changements climatiques

Présentation de S. Lefebre et R. Roux – La Nouvelle-Orléans, une ville en sursis

Présentation de Patrick Criqui – Plans locaux et villes post-carbone

Présentation de O. Riffon et C. Gagnon – Changements climatiques au Québec

Présentation de V. Peyrache-Gadeau et B. Pecqueur – Ressources territoriales et développement durable

Esthétique environnementale et politique des formes

Jacques Lolive présente une interrogation sur le contenu et la forme de l’environnement à partir de l’esthétique à plusieurs entrées. Une de ces entrées, à laquelle il s’attache ici, est « l’art écologique », c’est-à-dire l’intervention des artistes sur l’environnement.
 

Présentation du travail en cours

L’idée développée par Jacques Lolive est que l’intervention des artistes dans l’environnement —l’art écologique— est une manière de mettre en théorie des écosystèmes et de penser à la fois les contraintes et les opportunités environnementales à l’échelle locale. Sur le terrain, les endroits où il y a un petit peu de « jeu » dans la perception du rôle de l’écologie où des possibilités émergent, sont ceux où est mise en œuvre une « restauration écologique » dont la finalité est de re-construire une « nature », à partir d’écosystèmes fortement dégradés tels des friches industrielles, mais pas seulement. Il y quelque chose de simpliste voire de caricatural dans cette idée d’une fabrication de nature. Il est toutefois intéressant de se poser la question de ce que va être la plus-value et la singularité des artistes lorsqu’ils « produisent » de la nature.

Cette restauration écologique place nos sociétés face à ses contradictions habituelles, à notre référentiel de pensée habituel qui consiste à opposer nature et culture. A travers les interventions de différents artistes on peut se rendre compte qu’aucun d’entre eux ne respectent cette opposition. Autrement dit, la restauration écologique est le moment où les milieux se transforment en artefacts culturels mais également le moment où l’environnement devient art. L’environnement apparait alors comme le produit d’une activité de composition qui va associer les fonctionnements écologiques, les fonctionnements sociaux, les fonctionnements symboliques et les fonctionnements esthétiques.

Evolutions et tendances de la restauration écologique

En France, on est dans une représentation très naturaliste de la restauration écologique, même l’ingénierie écologique est encore très technicienne. A l’étranger, ce n’est souvent plus le cas. Il y a toutefois des évolutions à noter en France et notamment chez les professionnels du paysage et de la restauration. Au départ, ils s’appuyaient beaucoup sur la notion de milieu naturel, ce qui leurs permettaient de s’affranchir du contexte historico-sociale. Actuellement, la notion de milieu naturel est précisée par la notion historique et par la notion de commande publique. Il y a une espèce d’hybridation entre les trois. Les notions qui se développent aujourd’hui font référence à la notion de restauration « éco-sociétale » ou à celle de restauration « éco-culturelle ». C’est-à-dire qu’il y a un élargissement de la restauration écologique à la production des usages sociaux et à la mise en œuvre de ressources reconstituées.

Autre aspect nouveau dans la restauration écologique, les commandes publiques interviennent de plus en plus dans la définition des projets (appels d’offres et programmes, etc.). Les artistes qui interviennent dans ces cadres ont tendance à avoir un point de vue plus pragmatique. Ils ne se demandent plus comment restaurer à l’identique mais comment restaurer pour satisfaire des demandes publiques de sécurité, d’économie, de valorisation du patrimoine. On a, d’ailleurs, une commande de plus en plus multiforme.

Enfin, la restauration écologique n’est pas uniquement tournée vers le passé vers un écosystème originel mythique, non dégradé. De plus en plus, elle se promène entre le passé et l’avenir. C’est un processus socio-écologique de régénération territoriale qui est à la fois tourné vers le passé et l’avenir. Il ne s’agit plus seulement de trouver les bonnes références de restauration mais plutôt d’insérer un milieu naturel dans le cadre d’une reconstruction qui finalisée avec d’autres contraintes : ainsi de l’utilisation de l’héritage historique pour redéfinir le projet social. Avec cette conception là, on comprend mieux les finalités des interventions de l’artiste ou des professionnels de l’esthétique.

Derrière l’intérêt porté aux différentes postures de la restauration écologique, se constitue une demande à développer une collaboration active entre les aménageurs, les scientifiques et les artistes. Ceci afin d’introduire de l’humain, du sensible, dans la relation à l’environnement pour produire un imaginaire plus riche. Pour ré-enchanter le monde.

Débat :

Dans la restauration écologique la première question à se poser est de savoir se que l’on va restaurer. Car l’objet même joue un rôle majeur dans la définition du mode de restauration écologique et cela ramène à la question de la définition de la ressource. L’objet de l’environnement saisi pour recevoir une restauration écologique peut alors devenir une ressource. Mais est-ce la finalité de la restauration écologique ?

La place du public dans la restauration écologique est assez diverse. Pour mieux la cerner, il faut aborder la notion d’ »écovention » théorisée par Sue Spaid. Elle a travaillé sur les artistes qui transforment les écologies locales. et s’est rendue compte que les habitants —pour une partie des projets— devenaient en quelque sorte administrateurs, parfois même garants de l’esprit de ces nouvelles réalisations. L’insertion communautaire des projets est donc essentielle. Percevoir la réaction des communautés locales, qui s’approprient ou non la réalisation, est une phase cruciale mais qui, malheureusement, ne se retrouve pas dans tous les projets.

Le rapport de la restauration écologique à l’économie varie avec les réalisations : il y a, par exemple, le recyclage de l’existant pour inscrire l’idée de cycle dans les réalisations. D’une manière générale, la restauration écologique reste tributaire des schèmes de l’aménageur en re-fonctionnalisant l’existant. L’artiste qui est dans le détournement cherche, lui, à mettre en avant l’absurde de l’état initial des sites traités, en exacerbant ses « horreurs », en les scénarisant, en détournant l’objet du projet initial. L’artiste peut également recherche une osmose entre le tissu économique et l’environnement, dans une interprétation finalement assez proche développement durable. Enfin le projet peut être vu comme une lecture des vulnérabilités, objets de toutes les sollicitudes, à travers ses impacts économiques dans la vision de l’artiste. L’idée d’hybridation est de combiner d’autres approches que l’approche l’environnementale ou la vision écologique.

La question de la durabilé est transversale à la restauration écologique ; elle n’en est pas exclusive. Il est à noter qu’il existe, un peu partout dans le monde, de grosses équipes composées d’aménageurs, d’écologues, d’artistes, qui travaillent ensemble sur des projets, alors que cela est très rare en France. Ici, nous sommes trop resté dans l’opposition nature/culture.

Un des rôles de l’artiste est d’instaurer un nouveau mode de représentation, une nouvelle vision du monde. Pour cela ; il casse, il abîme, il triture la conception classique en créant un nouveau sens commun. On est autant dans l’ordre de l’inventivité que de la transgression.
La question de l’efficacité de l’art écologique est inévitable. Suzanne Paquet, chercheuse canadienne, pense que Internet joue un rôle primordial dans la diffusion et la fécondation croisée de l’art environnemental. Elle a ainsi montré que les images des réalisations de restauration écologique ont servi de mode d’emploi de l’art environnemental. Ils sont saisis comme des récits-images qui tournent sur le Net, et qui sont toujours commentés alors que les réalisations dont ils font état n’existent plus depuis bien longtemps. L’art écologique s’affirme comme un modèle virtuel de restauration, s’inscrivant dans la durabilité avec Internet, alors que les œuvres originales se sont révélées éphémères.

Présents :

Jacques Lolive, François Mancebo, Coralie Mounet, Véronique Peyrache-Gadeau, Emilie Debar, Catherine Herrera, Lazare Sosou-Agbo.

Documents téléchargeables :

Présentation de J. Lolive – Restauration écologique

Article de J. Lolive – Des forums hybrides à l’esthétisation des espaces publics

Temporalités pour une ville durable

Luc Gwiazdzinski organise sa contribution en 3 temps forts :

  • Le temps comme clef de lecture d’un contexte en mutation.
  • Analyse de contexte temps/espace/mobilité.
  • Le temps comme nouveau regard.

Selon lui, il semble nécessaire aujourd’hui d’aborder la question des territoires et de la ville à partir des temporalités. La clef des temps comme piste de réflexion autour de l’idée de ville malléable : étape d’une pensée en mouvement. La prise en compte du temps dans les politiques publiques a du mal à s’imposer. Certaines choses émergent dans les transports, par exemple, mais globalement la question est peu abordée. Il y a pourtant une actualité du temps, notamment autour de la « nuit » (nuit blanche) ou du travail du dimanche. Nous pouvons analyser l’évolution de nos sociétés modernes à partir de trois clefs de lecture : l’étalement, l’éclatement (fragmentation) et l’urgence.
L’étalement :
Quand on travaille avec des modèles « solides » comme le modèle gravitaire, on constate que les villes organisent leurs zones d’influences au-delà des frontières départementales, régionales ou étatiques. On peut dresser un constat : plus le pouvoir étatique se délite plus le pouvoir (également spatial) des villes émerge. Ce modèle gravitaire explique 95% du fonctionnement de ces espaces.
Mais si la ville s’étale dans l’espace, elle le fait aussi dans le temps. Nous observons des évolutions calendaires de ce deuxième point. L’activité économique est une de ses formes matérielles par lesquelles la ville à tendance à grignoter les temps dévolus habituellement au non-travail : pause repas, travail de nuit et du week-end, temps de repos nocturne… La figure de la ville contemporaine qui se dessine est la ville active en continu, 24h/24h.
L’éclatement :
Si nous réfléchissons à notre espace, vécu ou fonctionnel, nous constatons qu’il est formé d’îlots, des bouts de ville dans lesquels nous travaillons, consommons, nous amusons. Eclatement de notre vécu de la ville, qui peut être également lu sous forme de ségrégation : fonctionnement sous forme d’archipel.
Autre point : l’éclatement des temps sociaux. Auparavant, les temps sociaux étaient organisés par des segmentations collectives (horaires d’usines, cloche d’église, etc.). Aujourd’hui ce sont les temps individuels dont le téléphone portable est le parangon. Nous avons affaire à un temps collectif réduit à un « pivot » ou un indicateur, à partir duquel chacun organise ses temps.
Le temps est alors à l’image de la ville éclatée, ville polychronique qui fonctionne à différents horaires. Cela complique ses modalités de gestion, notamment dans les déplacements urbains.
La dictature de l’urgence et du temps réel :
Aujourd’hui la demande principale des personnes est l’immédiateté : Ville à la carte où il faudrait disposer de tout, tout de suite et partout.
Cela accroît et change la forme des mobilités : développement de mobilités multiples, non linéaire. Entre le trajet domicile-travail s’intercalent ou s’ajoutent d’autres points d’arrêts liés à la consommation, les loisirs, le sport…
Le « droit » à la mobilité s’impose aux collectivités locales (ne pas exclure, mais pas à n’importe quel prix). La mobilité est devenue une norme ; le sédentaire, une anomalie.
Les conséquences :
C’est la ville fragmentée qui impose des nouveaux repaires avec lesquels il va falloir s’adapter. Des tensions vont en résulter sur les systèmes économiques, sociaux et environnementaux. Elles vont créer des tensions sur les organisations, les territoires et les individus : les conflits émergent par inadéquation des temps, iniquité des espaces ou inégalité d’accès aux mobilités. Il y a une difficulté de se projeter dans un aménagement qui s’inscrit dans du temps long.
Adopter une approche systémique du territoire incluant le temps, ajuster les échelles d’action géographiques aux réalités de la ville, et enfin penser le territoire comme un système de flux et non un système de stock, c’est prendre en compte, dans la mise en place des systèmes participatifs, les populations « temporaires ». La « clef des temps », c’est une démarche transversale et partenariale car, le temps, c’est également une dimension sensible.
Pistes pour demain :
La notion de « ville malléable » est celle d’une ville que l’on peut façonner sans qu’elle se rompe, capable d’étendre ses possibles et de reprendre ses formes, dans l’espace et le temps. Un système souple à quatre dimensions, incluant les évolutions à court et à long terme. La question sous-jacente devient alors : comment mettre du temps dans les procédures d’aménagement (PLU, SCOT…). Quelques idées : différentes utilisations dans un même lieu ; passer de l’extraordinaire, de l’événementiel, à l’ordinaire, au quotidien. Cela suppose d’élargir l’idée d’espace public à celle d’espace collectif : nouvelles formes de partage de l’espace et des modalités de gouvernance. Cela suppose d’adopter également une approche chronotopique, qui mêle les dimensions spatiales et temporelles : établir des plans horaires comme on le fait avec les plans d’occupation des sols (certaines villes d’Italie en disposent déjà). Développer des outils de veille et d’observation pour l’aide à la décision territoriale. Développer un urbanisme sensible.
Puisque l’on va utiliser différents lieux à différents moments, cela veut dire qu’il faut repenser la qualité de ces espaces dans cette perspective. Cela interroge « l’hospitalité » des espaces publics et leur lisibilité pour les utilisateurs de la ville. Il convient tout particulièrement de penser au statut de la « citoyenneté éphémère » (Hannah Arendt), en temps réel, pour minimiser les conflits et améliorer la démocratie représentative. Mais comment prendre en compte les attentes des personnes ayant des horaires décalés par rapport aux instances démocratiques (Amsterdam a élu un maire de nuit). Il importe aussi de travailler sur la norme HQT (Haute Qualité Temporelle) qui permettrait de prendre en compte les projets d’aménagements 24h/24h, pour mieux les articuler avec les réalités de la ville d’aujourd’hui.

Débat :
Réflexion sur les multi-usages de la ville et notamment sur la question du « co- » : covoiturage, colocation et partage des bâtiments permettraient d’éviter une trop grande consommation d’espace et donc de favoriser une ville durable en jouant sur toute la palette du temps. Cela pose le problème de la régulation du système, et donc d’une nouvelle gouvernance, car le marché ne saurait pas être le seul maître d’œuvre dans les questions « d’aménagement malléables ».
L’idée est de mobiliser l’ensemble des acteurs le long des étapes de diagnostic, d’identification des problèmes, de formulation de questions globales sur des phénomènes disparates, qui servent ensuite à monter des projets. C’est une méthode d’approche qui peut intervenir également dans des territoires ruraux. Approche sensible qui permet de connaître l’ensemble des potentialités territoriales offertes.
Le mouvement « Slow-Food » (qui émerge en Italie) se retrouve dans le concept de « Slow-ville » pour les mobilités, mais aussi pour la co-construction de son environnement. Double demande de ralentissement, au niveau du temps et de la proximité : densification du temps et de l’espace ; règne du localisme. Dans le même temps, le développement durable induit un sens à nos actions : il y a de plus en plus une demande d’aménagement sur le long terme avec un retour de l’état comme arbitre capable d’imposer de nouvelles contraintes.
Les politiques temporelles sont très peu saisies par les acteurs politiques. Pourtant, l’idée d’une signature ou d’une identité temporelle d’un territoire serait intéressante à analyser. Les marqueurs temporels ont eux aussi une importance pour l’espace, mais ils sont encore peu pris en compte territorialement.
Cela interroge la logique de flux dans l’habitat temporaire. Cela peut être un plus pour le territoire s’il a la capacité de représenter territorialement les bénéfices d’une multi-appartenance. La question de l’identité devient celle d’une « couleur temporaire ». Il importe d’être en capacité de représenter la silhouette temporelle d’un territoire.
Cette approche pourrait permettre de connaître avec précision les fréquentations des espaces périurbains et éviter peut-être les conflits d’usages : adapter ce qui est accessible durant la semaine, le mois, la saison avec les désirs d’accès. Connaître les pulsations de la ville pour mieux gérer les flux. Mais cette approche ne s’établit pas encore de façon exhaustive sur un territoire. La question du temps est dans un entre-deux disciplinaire, elle reste difficile à aborder dans un seul champ théorique, ce qui joue en sa défaveur.

PRESENTS :
Mustapha Bakhi, Liliane Bensahel, Emilie Debar, Aurélien Esposito-Fava, Camara Fodé, Luc Gwiazdzinski, Catherine Herrera, François Mancebo, Yaye Saïdou Hadiara, Jen-Luc Siméon, Lazare Sossou-Agbo, Olivier Soubeyran.

Périurbanisation et développement durable, quelles clés de lecture ?

Martin Vanier présente une recherche collective (Duvillard S., Louargant S., Lajarge R., Roux E., Vanier M.) effectuée au sein du laboratoire PACTE. C’est un travail de prospective, commandé par la DIACT, sur les scénarii possibles d’évolution de la périurbanisation en France et en Europe à l’horizon 2030. Première question, comment définir le périurbain ? Selon Martin Vanier, la périurbanisation est la redistribution contemporaine des densités habitantes (populations + activités économiques). Une redistribution qui peut aller très loin dans les espaces ruraux, touristiques ou autour des métropoles : ville à travers la campagne.

Cinq scénarii sont ainsi proposés, chacun explorant le débat sur la périurbanisation et surtout les nouvelles normes qui se construisent pour former un périurbain « intelligent », intégrant les principes de la durabilité autour de trois mots clefs : « Densité-Mobilité-Biodiversité ». Ils adoptent tous une priorité environnementale.

Scénario 1 : Les principes du Grenelle deviennent opératoires, inscrits réglementairement. Situation de stress énergétique, où les mobilités sont coûteuses et difficiles, où les contraintes environnementales modifient les comportements collectifs (ménages + entreprises), ce qui remet en cause le bien fondé de la mobilité et de l’accessibilité généralisée, du vivre ensemble, du souhait d’habiter la nature. L’extension périurbaine cesse ; le périurbain se densifie : c’est le retour du monde bipolaire ville-campagne. Mais la question sociale reste posée bien que la question environnementale ait été traitée. Au-delà de l’aspect environnemental, la ville retrouve ce qui fait son fondement : sa capacité à créer de lien social, à vivre ensemble. Ce questionnement est peu débattu aujourd’hui, alors qu’en théorie le développement durable l’inclut.

Scénario 2 : Scénario inverse. La question de la durabilité organise le périurbain à 30 ans, mais les réponses ne sont pas des réponses collectives mais individuelles. Nouveaux paradigmes de l’action publique, ce sont des réponses organisées en amont par le support des nouveaux systèmes techniques, mais elles sont mises en œuvre par les individus. Elles sont donc technologiques : changement d’énergie motrice, meilleure gestion de l’eau et de l’énergie à l’échelle de l’habitat, micro-technologies. Scénario où les individus deviennent porteurs des solutions aux problèmes collectifs. Dans cette optique, la densité n’est plus un problème, et il y a donc toutes les chances que la dispersion s’accroisse. La France pays peu dense, très bien maillé, attractif, qui peut s’inscrire dans un schéma de migrations internationales, s’y prête. La dispersion devient la norme : scénario du confort spatial qui fait penser à l’utopie de « Broadacre city » de Franck Llyod Wright.

Scénario 3 : Ici, la question centrale n’est plus la mobilité et l’énergie, mais la « nature ». C’est cette valeur qui organisera la pensée urbaine, périurbaine et d’une manière plus générale, notre géographicité (relation établie entre l’homme et son habitat selon Éric Dardel « L’homme et la terre », 1952) et qui sera capable de reconstruire l’acte social. Une certaine condition de l’être humain passe par cette culture du rapport à la nature comme représentation, selon toutes ses dimensions : eau, biodiversité, paysage. Le désir est celui d’une insertion dans le vivant. Le périurbain constituera alors ce rivage entre l’urbain et cette « nature ». Il devient symboliquement important : il est préservé, il devient la valeur centrale, formant une organisation fine, un rivage où se gère l’interface avec les espaces urbains. Ces ressources centrales sont vides d’usages, mais pleines de valeurs. Le périurbain apparaît comme un espace étroit, une lisière à haute-qualité des activités qui sont destinées à labelliser ce contact. Situation péri-rurale, péri-naturelle. C’est le périurbain qui constitue la nouvelle frontière de nouvelles catégories sociales qui ont avec leur territoire un rapport très élaboré.

Scénario 4 : Ce scénario abandonne totalement l’impératif de durabilité. C’est le scénario de l’intercommunalité. Le périurbain devient l’intermédiation entre les pôles et les zones agglomérées. Les centres y jouent un rôle moteur classique : ils sont attractifs. Mais les acteurs économiques et sociaux ont autant d’intérêts à chercher les pôles médians que les centres eux-mêmes : des centrations au lieu de centralités. L’intermédiation est le moteur de cette position périphérique, une hybridation entre deux pôles. La périurbanisation devient alors, à 30 ans, un rendez-vous plus économique que résidentiel parce que les emplois rattrapent les ménages qui ont été la première étape de la périurbanisation. Ce scénario ne dit rien sur l’acceptabilité de la mobilité et des contraintes environnementales. Dans cette organisation des interfaces, c’est la figure des synapses qui est pertientne : les neurones sont les agglomérations, mais les neurones sans synapses ne fonctionnent pas.

Scénario 5 : Ce scénario table sur de possibilités très restreintes d’accès aux ressources au niveau mondial. C’est le retour à la proximité régionale avec un rayon de 200 km pour la captation de l’eau, des énergies : à cette aune se définit l’espace périurbain. Il s’agit d’un espace techniquequi constitue la réserve environnementale nécessaire aux agglomérations quasiment sous cloches. Un système de science-fiction ? Peutêtre, mais pas autant que nous pouvons l’imaginer au regard de ce qui se développe en Amérique avec les Gated-Communities.

En conclusion, il faut constater que le périurbain est extrêmement diversifié. Il varie d’un contexte à l’autre, d’une région à l’autre. Tous ces scénarii se déclinent de prés ou de loin dans la réalité. Il y a donc moyen de mettre en place des politiques publiques pertinentes en matière de périurbanisation. Mais dans la pratique, la périurbanisation n’apparaît pas comme un projet collectif (cela n’en a jamais été un). La question du développement durable apparaît, certes, comme structurante du projet périurbain, mais sans réellement l’être. Autrement dit, elle est omniprésente, mais n’apporte aucune solution concrète.

L’occupation de l’espace ne se résume pas à trois mots : Densité, Mobilité, Biodiversité, même si c’est à travers eux que les nouvelles normes vont se construire. Mais, si l’action publique se concentre sur des normes à respecter elle limite sont efficacité réelle : par exemple, pour la compacité où elle peut se focalise sur un nombre de logements à l’hectare alors que c’est le modèle de l’habitat qu’il faut questionner. Même constat sur la mobilité, il y a injonction à produire nouvelles formes de déplacements collectifs, alors que dans le même temps, il faut limiter le nombre de déplacements. Cette critique est également vraie pour la biodiversité, qui est une production culturelle à partir d’un stock naturel (constamment transformé, réinventé et non pas un état donné). Il faut offrir une possibilité de choisir et non pas une imposition du faire.

Débat :

Une vraie discussion sur la densité suppose de sortir du dogme de la densité forte. La périurbanisation, c’est une redistribution de la densité sur les marges. Une des solutions pour re-densifier les villes sans les étouffer serait de déplacer la densification sur le périurbain (densité faible 8-10 logements à l’hectare).

En France, le périurbain n’est pas apprécié par les acteurs institutionnels. Les scénarii interrogent l’acceptabilité des modèles d’habiter, mais également de la gouvernance locale. Pour certains, que la dimension historique n’est pas loin (Wright, Cristaller). Or, nous agissons encore avec un réflexe moderniste : nous constatons les dégâts. Mais avant d’agir, il faudrait prendre en compte le coût de la réversibilité des modèles d’aménagements ou celui du passage de l’un à l’autre. Depuis 40 ans, le discours stigmatise la périurbanisation comme un mode d’habiter non souhaitable, car non contrôlable (le fameux sprawl). Mais n’est-ce pas le prix à payer pour avoir un modèle de ville acceptable ? Que se passerait-il si la périurbanisation cessait d’exister ? Mettrait-elle en péril la ville ou la campagne ? Est-ce même imaginable ?

Le développement durable c’est l’eau, l’énergie, la mobilité, certes, mais rien ne peut être durable s’il n’est socialement acceptable. Il faut donc préserver l’hétérogénéité environnementale et sociale, car elle est source de production de biodiversité. Or aujourd’hui, nous avons des injonctions au développement durable très rigides. Avant le développement durable, l’injonction était la modernisation et le territoire national était travaillé en ce sens. Les décisions étaient prises au nom de la modernisation, et nous avons créé indirectement la périurbanisation (Ascher avec les Métapoles).

La question est de savoir quel produit va émerger du nouveau compromis social qui, lui, n’est pas productiviste : le développement durable peut apparaître comme une injonction planétaire à des distopies globales (Changement climatique, catastrophes possibles, …), face auquel des études américaines (Jim Proctor) montrent que des utopies très localisées se construisent dans des milieux particuliers sans se rattacher explicitement à une idéologie dominante. C’est une réponse locale à un problème global. Mais le fait qu’aujourd’hui le développement durable apparaisse parfois comme une idéologie, signifie qu’il y a de moins en moins la possibilité de discuter sur les idées, les principes ou les pratiques qu’il véhicule, indépendamment de son bien fondé.

Du coup, des débats peuvent être occultés, notamment sur les conséquences à moyen et long terme de cette orientation. Quand on imagine les scénarii, on le fait sur un champ de possibles qui peuvent se décliner d’un lieu à l’autre. Cependant, le type de scénario semble émaner du local, alors que ce qui va ordonner la décision du type de périurbanisation, c’est l’économie ou l’environnement qui a une logique globale. La question est de savoir quelle est la marge de manœuvre. Est-ce que le territoire aurait une place privilégiée en construisant le périurbain d’une façon spécifique ? Le problème est que pour construire un périurbain cohérent, il faut arriver à produire des normes collectives de représentation afin que l’action publique ait un sens. Or on ne finance pas l’exceptionnel.

Présents :

Olivier Alexandre, Reinaldo Correa Costa, Claude Courlet, Émilie Debar, Miranda Elflay, Aurélien Esposito-Fava, Hugues François, Yaye Saidou Hadiara, Catherine Herrera, Romain Lajarge, François Mancebo, Bernard Pecqueur, Célia Pecqueur, Olivier Soubeyran, Claire Tollis, Martin Vanier, Yolaine Vuillon.

Documents téléchargeables :

Présentation de Martin Vanier

Article de M. Vanier – Campagnes périurbaines

Article de M. Vanier – Prospective des nouvelles ruralités

Proximités, villes et territoires.

L’article de Lise Bourdeau-Lepage est téléchargables à la suite de ce compte-rendu.

Ce compte-rendu reprend le contenu du débat à partir de deux entrées.

Première entrée : la proximité.

Deux approches de la proximité s’affrontent, qui se distinguent à partir de la manière dont est comprise la « distance ». Elle peut-être conçue comme une distance entre deux points relevants —au sens mathématique— d’une métrique, et une distance qui relève plus de la question de la proxémique (ET Hall, La dimension cachée) c’est quelque chose qui représente ma proximité, mon voisinage à l’autre.

Le sujet devient vite brûlant, car il touche à des référentiels disciplinaires différents entre participants. Après des échanges assez animés, un certain nombre de points fait l’objet d’un accord :

1. La proximité n’est pas l’inverse de la distance. Quand on est dans la proximité, on est également dans une cospatialité et les interactions qui se jouent entre les individus ne sont pas forcément des interactions mues par des intérêts rationnels : Il y a une mémoire, des égoïsmes, des rancœurs. Cela est difficile à prendre en compte ; encore plus à quantifier par exemple en évaluant un coût. Ce point est essentiel, car l’échec des politiques d’aménagement et d’urbanisme résulte souvent de la négligence de ces « interactions fortes » qui plombent l’efficacité des actions entreprises. Les beaux principes conçus globalement ont bien du mal à s’articuler localement, s’il n’est pas tenu compte de ces interactions de proximité. Mais cette cospatialité est est très difficile de prendre en compte dans les politiques publiques avec les dispositifs actuels.

2. La proximité spatiale n’est pas la seule possible. Deux contre-exemples le montrent bien : celui de la diaspora, où une population éparpillée spatialement garde une proximité, au moins communautaire, forte malgré l’éloignement ; à l’inverse, celui, des espaces de banlieue souvent au voisinage de stations TER ou RER où des populations aisées sont au contact immédiat de populations pauvres ou d’espaces de relégations, sans qu’il y ait entre ces deux catégories ni échanges, ni proximité (professionnelle, réseaux sociaux, etc.). Les proximités peuvent donc se subdiviser entre deux types : celle induite par une logique d’appartenance et celle induite par un sentiment de ressemblance. Au cœur des deux, on trouve une communauté de valeurs et des ressources partagées.

Dans le débat, lorsque Lise Bourdeau-Lepage évoque diverses formes de proximité (géographiques, temporaire, permanente, etc.), elle fait référence aux définitions de l’école des proximités. L’ »appartenance » est une des entrées de l’école de la proximité (travaux sur les districts industriels, les SPL, les Clusters, etc.), qui a cherché avec la proximité à dépasser les observations ponctuelles (Choletais, District italien, etc.) pour prendre un peu de distance, pour tenter de construire un concept intégrateur.

Mais la proximité n’est pas forcément une ressemblance ou une similitude. Une intervention mentionne que cela appauvrit le contenu. Ce qui s’opposerait à la proximité, c’est serait le « loin » et ce qui mesure l’écart entre les deux, ce serait la distance. La proximité organisée correspondrait alors à une « communauté ». Mais le problème devient alors de comprendre ce qu’est cette proximité organisée, face à l’émergence d’une nouvelle forme de proximité : la proximité virtuelle. Il convient de ne pas oublier que cette dernière a un soubassement physique (le réseau TIC), c’est un moyen, une potentialité d’interaction et qu’elle est également organisée. A ce titre, elle peut apparaître comme un nouveau type de proximité qui interroge la pertinence de la définition d’une proximité organisée.
Lise Bourdeau-Lepage reprend alors les propos de l’école de la proximité pour indiquer que, selon elle, il y a trois formes de proximités : géographique, institutionnelle et organisationnelle. Finalement, institutionnelle et organisationnelle peuvent être considérées comme les deux facettes d’une même réalité. Du coup « organisée » correspondrait à cette agrégation des deux termes.

Un nouveau débat s’ensuit : peut-on se passer du caractère géographique de la proximité ? Car on est toujours dans un contexte physique, matériel, et le risque lorsque l’on supprime cette proximité géographique, c’est de tomber dans un des phantasmes de l’économie qui est celui d’être dans un éther, dans lequel il y aurait des connexions qui seraient hors contexte physique. Critique à laquelle les économistes réagissent vigoureusement.

Deuxième entrée : la ville.

Les modèles d’économie géographique nous disent que la localisation des personnes et des firmes dépend également de l’émergence des technologies de l’information et de la télécommunication. D’un autre côté, l’école de la proximité nous dit qu’il n’y a pas que de la proximité géographique permanente, il y a aussi la proximité géographique temporaire parce que tout ne se passe pas que dans l’agglomération en soi. Selon Lise Borudeau-Lepage, on a là deux éléments qui permettent d’expliquer ce qu’est la ville. La proximité organisée fait référence aux facteurs humains, elle s’appuie sur des réseaux physiques, alors que la proximité virtuelle non (même s’il existe un fondement physique).

L’économie des villes explique l’organisation des villes autour des lieux de marché, de loisir et de culte. La ville est le lieu privilégié d’échanges sous toutes ses formes. Dès lors, comment expliquer la superposition parfois abrupte des populations dans les villes et notamment dans les espaces suburbains ou périurbains là où, auparavant, la transition était plus douce. Comment expliquer cette dynamique à deux têtes gentrification vs relégation que nous pouvons observer aujourd’hui sur de toutes petites étendues. Les recompositions urbaines sont-elles, désormais, génératrices d’un renforcement des ségrégations sociospatiales et de création d’îlots de richesse et de pauvreté selon une logique d’archipel, avec des ruptures en lieu et place des continuums passés. Les gated communities, négation de la ville ?

Quelle que soit la réponse à la question précédente, sommes-nous en présence de logiques d’ignorance de l’autre ou de stigmatisation et de friction ? La recherche de contact avec l’autre existe à condition que l’autre soit comme nous. À la fin du 19e est apparu, avec les immeubles haussmanniens, un pseudo-mix où toutes les catégories sociales étaient présentes selon une hiérarchisation verticale dans le lieu d’habitation. Bien plus tard est réapparue une logique de fragmentation avec de logements ou d’ensemble de logements reflétant la catégorie sociale des personnes (HLM, immeuble de « standing », « de grand standing », etc.). En ces endroits, le conflit même est une forme de proximité ? Le conflit est généré par la proximité, qui y est géographique.

Ces regroupements entre personnes de même « qualité » —parfois abusivement qualifiés de « gentrification »— sont fondés sur des critères fort subjectifs de qualité de vie, souvent masqués par un alibi environnemental : un logement rue de Rivoli à Paris, qui ont les mêmes nuisances sonores, olfactives et la même pollution aérienne qu’un logement au-dessus du boulevard périphérique est pourtant bien plus attractif et considéré comme situé dans un meilleur environnement. Le prétexte environnemental masque aussi fréquemment des considérations économiques : arrivée de populations aisées dans des zones de déshérence au foncier bon marché dès que de nouvelles ressources (patrimoniales, environnementales, etc.) y sont définies.



Présents :

Nadir Boumaza, Lise Bourdeau-Lepage, Stéphane Cartier, Jean-Christophe Dissart, Yayé Saïdou Hadiara, Hugues François, Stéphane Héritier, François Mancebo, Bernard Pecqueur, Emilie Debar, Aurélien Esposito-Fava, Catherine Herrera, Marc Langenbach.



Documents téléchargeables :

Article de L. Bourdeau-Lepage et alli – Proximités_interactions et villes


Valeur(s) et développement(s)

La séance a été introduite par Liliane Bensahel, présentant son point de vue d’économiste sur la question de la valeur et du développement au regard du développement durable. Le power point support de la séance est disponible à la suite de ce compte rendu qui porte sur le débat qui en est résulté.

L’objectif de l’intervention était de comprendre l’évolution des approches de la valeur, en économie, dans une double perspective : nous permettre d’avoir des éléments pour identifier comment se construit un développement qui se conjuguerait au pluriel, comme des trajectoires différenciées ; articuler l’acception des valeurs en économie à l’usage qui en est fait en aménagement.

Le débat s’est engagé sur la notion de valeur, notion mobilisée initialement par les économistes, mais qui a rencontré les attentes d’autres champs disciplinaires dans le développement durable, notamment celle des aménageurs et des géographes. Premier point soulevé, la question des changements de valeur. Cela suppose de comprendre au préalable ce qui « fait » valeur, comment les valeurs se construisent, afin de percevoir les enjeux qu’elles dessinent. Comment les prendre en compte, les valider et les intégrer en contexte incertain.

Il existe un consensus sur le fait qu’une valeur n’est pas donnée per se : elle se construit. Il faut donc distinguer ce qui est de l’ordre du normatif et ce qui est de l’ordre du positif (ce qui est dénué de jugement de valeur) . Souvent la valeur se situe dans le normatif alors que l’indicateur choisi pour l’évaluer se situe dans le positif. Cela pose la question du type d’indicateurs choisi pour rendre compte de cette valeur. Si, pendant longtemps, le prix du marché a été perçu par la science économique comme l’indicateur par excellence de la valeur, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Cette réalité s’affirme dans le constat que le prix fixé par le marché ne prend pas en compte l’ensemble des coûts d’évaluation de la valeur de l’objet ou du service (problème des externalités ). Cette difficulté réside dans la difficulté qu’il y a à intégrer l’ensemble des faits et des relations, les externalités positives ou négatives, entre autres, qui couvre l’émergence d’une valeur, puisque cette dernière est construite contextuellement et dans un temps donné. Les conséquences s’en lisent donc, désormais, à l’échelle planétaire et sur un pas de temps qui ne se définit plus en termes de décennies, mais de générations.

Le développement durable, plus précisément par l’entrée environnementale, met à jour des transferts cachés de valeurs, de véritables « hold-ups », qui font que certaines personnes profitent de situations sans en payer le prix. Le système des prix ne permet donc pas de rendre compte de la valeur dans un monde complexe. Le problème est que nous ne disposons pas de signes permettant d’exprimer au mieux la valeur. Le développement durable avance plus de 800 indicateurs, comment les utiliser ? Le passage de l’objet « valeur » au processus, « valorisation » permet d’y voir plus clair. Dans le processus de valorisation, ce dont il est question c’est de l’injection de « qualitatif » à un bien ou à un service.

Tout cela oblige à considérer les glissements de valeurs, les processus de singularisation… et les acteurs qui les agissent, qu’ils soient publics ou privés. Le rôle des politiques publiques est d’ailleurs assez contradictoire sur ce point, puisqu’elles interviennent souvent en opposition de marché et contrarient donc la manière dont se fixe la valeur. Les politiques publiques font ou tentent de faire basculer l’appréciation individuelle de la valeur à une proposition d’appréciation collective. Cela pose un problème en introduisant un biais dans la détermination de ladite valeur collective. Cette approche de la valeur est primordiale en aménagement. En effet, une ressource, pour l’aménageur, fait, par définition, l’objet d’un usage, ce qui manifeste sa valeur. Mais cette valeur n’est pas théorisée. Pour hybrider les savoirs, il convient ici de définir ce que l’économie peut apporter à la géographie pour comprendre comment cela se passe lorsque nous faisons « usage » de l’environnement : comment définir cette valeur ?

Deuxième point débattu, celui du développement durable, avec une première interrogation sur son bien fondé. Si nous acceptons le fait que les valeurs changent, comment intégrer ce fait au présupposé du développement durable, selon lequel il convient d’anticiper aujourd’hui les conditions de vie des générations futures ? Ne risquons-nous pas d’imposer une trajectoire aux dites générations futures à partir de valeurs définies aujourd’hui. Au-delà du risque, bien évident, de se tromper du fait du changement des valeurs en question dans le temps, il y a celui d’imposer notre vision du monde au tiers absent, population des pays pauvres ou générations à venir. Deuxième constat, il est très difficile de cerner la signification du développement durable : trop de définitions, trop d’indicateurs. Mais si nous ne savons pas ce que c’est un développement durable, nous savons par contre ce qu’est un développement non durable en aménagement : le développement durable peut s’y dessiner en creux.

Les crises environnementales ont montré les limites d’une forme de pensée économique confondant développement durable et croissance durable. Mais, la quête de nouveaux référentiels est difficile. Il s’agit de les repérer, les intégrer dans un nouveau modèle de développement, les légitimer non plus au niveau du local, pour une temporalité définie comme « prévisible » (en économie, la période de validité est d’une trentaine d’années) avec des biens définis comme « homogènes », mais à une échelle globale, pour un pas de temps proche du siècle et avec des biens différenciés.



Présents :

Liliane Bensahel, Claude Courlet, Romain Lajarge, France Loubet, François Mancébo, Amédée Mollard, Eric Mollard, Bernard Pecqueur, Véronique Peyrache-Gadeau, Olivier Soubeyran, Tamara Stievens, Emilie Debar, Aurélien Esposito-Fava, Catherine Herrera.



Documents téléchargeables :

Présentation de L. Bensahel – Valeurs et développements


Biens publics, biens privés, externalités

La séance a été introduite par Amédée Mollard, présentant son point de vue d’économiste sur la question des biens publics/privés et des externalités. Le power point support de la séance est disponible à la suite de ce compte rendu qui porte sur le débat qui en est résulté.

La question introductive était de savoir s’il existait des équivalences potentielles entre la ressource territoriale, au sens des géographes et des aménageurs et les notions économiques —notamment la distinction entre biens publics/biens privés, entre flux et stock d’utilité/de bien être— avancées par la contribution d’Amédée Mollard. De telles équivalences seraient utiles pour constituer un corpus commun permettant ensuite de définir des stratégies d’acteurs et des politiques publiques.

La distinction entre les trois « Res » (res propria, res communis, res nullius) est délicate à saisir, et c’est souvent l’usage qui fait ressortir les droits (privés ou collectifs) attenants à une ressource. Son activation peut engendrer des conflits d’usage entre les droits sollicités, mais également entre les ressources convoitées. Le bien public peut ainsi ressortir du res communis ou res propria et non du res nullius comme l’usage le laissait sous-entendre (cas des terrains vagues, friches réappropriées par des individus tels des jardins ouvriers à Saint-Martin d’Hères). La frontière entre l’usage et son droit est ainsi toujours en mouvement. La seconde entrée, celle des externalités, renvoie à la théorie néoclassique en économie avec le primat du marché. Les externalités y sont perçues comme des flux d’utilité (positifs ou négatifs) hors marché.

Ces externalités sont cependant progressivement devenues centrales dans les réflexions sur les développements et le rôle des acteurs, interdépendants dans la création de ressources. Il y a donc, à ce niveau, un rapprochement à faire entre la création intentionnelle ou non de la ressource et le développement territorial.

Se pose alors la question d’une « internalisation » des externalités qui permettrait de réguler les problèmes de gestion des ressources. Des marchés spécifiques peuvent et favorisent l’internalisation des externalités positives par la création d’une plus-value (rente) sur la ressource. Les marchés génériques ont plus de mal à le faire, car ils se situent sur un marché concurrentiel où la recherche de prix bas empêche l’internalisation. Pour les externalités négatives, les moyens de régulations peuvent être d’ordre réglementaire ou financier (taxes, normes) avec une efficacité plus ou moins grande corrélée à la rigidité de la demande.

La relation entre bien public et externalité renvoie, en économie, à la relation entre stock et flux d’utilités ou de bien être. La ressource (naturelle, humaine ou financière) selon Amédée Mollard, serait plutôt représentée en économie par le capital : c’est un stock de biens que les géographes peuvent nommer ressource sans que cela pose de problème d’équivalence avec les divers discours de l’économie. Ce qui est intéressant, c’est la relative équivalence entre flux et d’externalités lorsque la notion de ressource est utilisée en géographie. C’est extrêmement important, car la relation stock-flux est à la base de l’usage des ressources et imprègne les stratégies d’acteurs pour se les approprier.

Le lien entre l’économie et la géographie sur la thématique des ressources est un peu dissymétrique. Il faut rappeler que la ressource territoriale n’est apparue dans la géographie que depuis une quinzaine d’années. La question du développement durable est intéressante pour comprendre le lien entre les deux. Le développement durable peut être considéré comme une « réponse programmatique » à des externalités générées, en partie, par des théories économiques en acte. Il interroge notre rapport aux conséquences non intentionnelles de l’action. Dans ce contexte, l’économie a réadapté son discours en focalisant les enjeux sur les biens publics. L’approche économique s’insère alors dans une théorie totalisante à laquelle rien ne peut échapper. Or le développement durable introduit un pas de temps peu pris en compte en économie, qui est celui du temps long. La temporalité habituelle se situant sur une période de 30 ans (amortissement du capital= une génération). Il y a donc des limites aux théories économiques. La ressource territoriale dessine ces limites.

Si nous revenons à la relation stock-flux d’utilité ou de bien-être, la question devient alors : comment la ressource de l’aménageur ou du géographe s’y articule-t-elle ?

Une réponse est que, dans l’environnement, il existe des objets qui peuvent, ou non, être construits en ressources, c’est le stock. C’est leur usage qui en fait des ressources. Or l’usage apparaît proche du flux. En économie, la ressource est proche du stock (capital) et en géographie, elle est liée au flux (usage). Il faut à ce niveau distinguer la ressource potentielle, qui est un stock et la ressource territoriale qui est un flux construit par des acteurs.

L’ambiguïté se déplace donc sur le terme de ressource au lieu de territoire. Ce qui importe, ce n’est pas le territoire, mais les territorialités, c’est-à-dire les modalités des relations entre acteurs qui leur permettent d’activer les ressources. L’intérêt est en amont de la ressource : dans son processus d’émergence. Ce qui peut paraître une ressource, parfois ne l’est pas, pourquoi ? Cette question est peu présente en économie. D’autre part, la ressource en façonnant le territoire peut expliquer comment s’opère le passage de stock à flux et ceci dans les deux sens. Les ressources potentielles peuvent donc être activées mais, ce qui fait problème aujourd’hui, c’est la capacité des territoires à fixer ces ressources, à les rendre pérennes. La territorialisation pourrait-elle se comprendre comme l’art de fixer de manière pérenne la ressource ? Cela pose la question de la circularité de la ressource (Stock-Flux-Stock ?) et de qui procède de qui ? Ce débat renvoie au type de développement.

Aujourd’hui, ce qui est plébiscité, encouragé par la société, c’est le développement durable. Quid de la ressource durable ?



Présents :

Liliane Bensahel, Nadir Boumaza, Claude Courlet, Luc Gwiazdzinski, Romain Lajarge, France Loubet, François Mancébo, Amédée Mollard, Bernard Pecqueur, Olivier Soubeyran, Aurélien Esposito-Fava, Catherine Herrera, Jean-Luc Siméon, Claire Tollis.



Documents téléchargeables :

Présentation de A. Mollard – Ecosystème et écodéveloppement


Écosystèmes, SPL, Systèmes territoriaux, quelles relations ?

La séance a été introduite par Claude Courlet autour de trois questions :
— Les Systèmes Productifs Locaux (SPL) et observations scientifiques ;
— Qu’est-ce qu’on entend par SPL ?
— SPL et Développement Durable (DD) ?

Les SPL (Systèmes productifs localisés) peuvent être considérés comme des objets invisibles (Jean Saglio) par rapport aux catégories habituelles de la macroéconomie comme de la microéconomie. Ils ont donc eu du mal à s’affirmer dans les courants d’analyses économiques. Et pourtant, ils sont particulièrement intéressants à étudier, car ils fonctionnent comme des petits laboratoires économiques, sociaux ou mettant en œuvre la gouvernance. Cependant, il est encore très difficile d’en stabiliser l’analyse car elle est, pour le géographe, en interférence avec l’analyse en termes de développement autochtone, et pour l’économiste, avec celles relevant de l’économie industrielle et spatiale, de l’économie du développement et de l’économie publique. Finalement, ce qui est intéressant, au-delà même des SPL, c’est qu’ils éclairent la question du développement.

L’analyse des SPL est très marquée par ses origines Marshalliennes et par les District industriels italiens. Un SPL se définit comme un complexe productif, parfois très complet tel Prato en Toscane (Textile), à la base d’externalités positives organisées et fondé sur la proximité géographique. Actuellement, cette analyse est au centre d’un débat lancé par le CEPREMAP qui remet en cause les effets des externalités positives sur la productivité des entreprises (avec une approche économétrique (fonction Cobb-Douglas qui mesure lien entre intrants et extrants) effaçant toute la signification à la notion d’atmosphère industrielle). La question est de savoir si la mesure d’un effet cluster « pur » est possible, et si un effet territorial ne serait pas plus à même d’expliquer l’émergence de ces SPL ? Au-delà de ce débat, l’étude des SPL d’abord centrée sur l’Italie et sur l’industrie, s’est élargie à d’autres territoires et d’autres activités : SPL touristique (en montagne), SPL agroalimentaire (avec une insistance sur le lien géographique entre ressources utilisées et processus de développement).

Le SPL peut donc se définir comme un ensemble caractérisé par la proximité d’unités productives, au sens large du terme, qui entretiennent entre-elles des interactions plus ou moins fortes. La dimension organisationnelle et institutionnelle et la notion de système sont essentielles dans la compréhension de ces rapports, mais aussi pour leur mise en œuvre.

Pour qu’il y ait SPL, il faut qu’il y ait une agglomération d’entreprises dans un lieu ; d’où l’idée de densité et de concentration : Prato regroupe 12 000 entreprises, en France la Vallée de l’Arve en compte 1000. De surcroît, un SPL suppose une spécialisation plus ou moins forte, significative au niveau national ou international et ayant une incidence territoriale marquée : dans la Vallée de l’Arve se trouve 2/3 du décolletage français. Mais agglomération + spécialisation à elles seules ne signent pas une SPL. Il manque trois conditions :

La première est la complémentarité entre entreprises, que G. Garofoli appelle l’intégration productive (Flux de biens et de services entre les entreprises, ou entre les entreprises et leurs environnements).

La seconde est une coordination qui s’impose face à la division du travail entre les secteurs.

Enfin, il faut une compétence distinctive (activités particulières, savoirs faire, actifs externes) (Pecqueur, Colletis). Cela induit des configurations différentes entre SPL et rend difficile leur analyse, car dans ces conditions comment prouver la coordination des systèmes locaux et mesurer leur performance ?

Si l’on veut aborder les relations entre SPL et développement durable, la question est de savoir comment un SPL peut évoluer face aux mutations du marché (face à la globalisation), aux mutations technologiques et aux questions environnementales. Ce qui est important, c’est de comprendre si c’est systèmes peuvent se concevoir dans la durée. Mais l’analyse des SPL est trop centrée sur le SPL en tant que « moment du développement territorial » pour aborder la thématique de la durabilité. D’où l’importance de l’analyse des trajectoires (E. Marcelpoil). Il faudrait étudier les permanences des développements dans le temps sur certains territoires : n’y a-t-il pas un « code génétique local » ? Si oui, comment permet-il de s’adapter aux crises ? Cela reste très difficile à identifier car, s’il existe des ressorts territoriaux, ils bénéficient parfois d’apports extérieurs (Etat, Europe).

Synthèse du débat :

L’analyse des SPL peut être un cadre de lecture du développement durable en ce qu’il elle permet de saisir avec acuité ce qui va ou non dans le système de développement en le resituant dans son contexte local. L’exemple de la fabrication du biodiesel en est l’illustration : Fabriquer du biodiesel au Brésil à partir d’une plante toxique pour les troupeaux et inutilisée autrement (la mamona) a une autre signification que celle de fabriquer du biodiesel à partir des céréales de la Beauce.

Se pose, bien entendu, le problème de la mesure de la performance de ces SPL. Les indicateurs de mesure sont-ils fiables ? Devons-nous raisonner en chiffre d’affaires, en termes relations avec le territoire dans lequel elles s’insèrent ? D’ailleurs, doit-on nécessairement en mesurer les performances ? Ici, c’est le développement durable qui peut donner un cadre de lecture des SPL. Concernant l’évolution dans le temps des SPL, ce qui est intéressant c’est de comprendre quelles sont les alternatives qui s’offrent à eux. Leur pérennité est-elle peut-elle envisageable et sous qu’elle forme, continuité ou diversification ? Les SPL sont très liés aux attentes du territoire, notamment en matière d’environnement, non seulement en termes de qualité (lutte contre pollution, traçabilité…) mais aussi en termes de relations avec d’autres territoires, voisins ou non.

La « création » d’un SPL prend du temps, une organisation, des volontés. Ce n’est, de surcroît, pas un dispositif « clef en main ». Le processus n’est pas spontané, il doit être construit. En cela, il ne doit pas être confondu avec un développement autochtone.

L’idée de proximité, présente dans les SPL comme dans le développement durable, doit par conséquent s’entendre dans la cadre de relations construisant les territoires. Ce qui signifie que si elles peuvent inclure des particularités locales, elles ne sont pas prédéterminées. Cette proximité, géographique, permet notamment la transmission des savoirs faire, des connaissances, des modes d’organisation. L’étude des SPL introduit une dimension « mésoéconomique », c’est-à-dire s’intéressant au développement des territoires.

Or l’économie territoriale est particulièrement pertinente à considérer pour un géographe. Encore faut-il s’y retrouver dans le foisonnement de constructions de type méso : économie de proximité, l’économie présentielle (L. Davezies) etc. Toujours est-il que cette économie territoriale en construction rejoint les préoccupations de nombres de géographes dont et aménageurs comme C. Raffestin ou Y. Barel. Elle est assez proche de la nouvelle économie spatiale (P. Krugman) et de l’économie résidentielle.

Se pose alors le problème de la définition du développement. Qu’il s’agisse de développement durable ou de SPL, il faut qu’elle puisse prendre compte différents dimensions (productive, temporelle, etc.). Il ne peut donner une définition universelle du développement. Dans le développement, ce qui est intéressant, c’est le rôle des acteurs dans ce développement. Les territoires qui se développent sont ceux où les acteurs arrivent à coordonner leurs attentes sur un territoire. Le développement n’est pas une obligation, c’est le cas des territoires bénéficiant d’une économie de rente.

PRÉSENTS :

Liliane Bensahel, Claude Courlet, Romain Lajarge, François Mancebo, Amédée Mollard, Théo Blanchard, Rabih Bana, Catherine Herrera, Bashar Ma’aiah, Lazare Sossou-Agbo.

Ressources, Nature vs Environnement.

RESSOURCE :

Deux approches de la notion de ressource sont discutées, liées indubitablement aux disciplines des chercheurs présents, pour aboutir finalement à une définition construite sur un « socle commun » acceptable par l’ensemble des participants.

Le ton du débat est donné par les économistes, qui comprennent la ressource comme un actif (ou un « capital ») auquel des flux d’externalités (positives ou négatives) sont attachés. Ces flux circulent entre capitaux constitués d’un actif ou un ensemble d’actifs. Ces flux peuvent être monétaires ou non, mais ils sont toujours associés à des interactions, des activités… Ils peuvent se lire comme des externalités positives s’il y a création de valeur (qui ne doit pas se concevoir uniquement en termes monétaires) ou négatives s’il y a perte de valeur par destruction ou pollution… Peut-on considérer que la ressource est assimilable à un capital avec ses actifs, pouvant être activé ou rester latent ? Il semblerait que, pour un économiste, la ressource soit plus proche du revenu que du capital. C’est-à-dire, plus du domaine du « résultat » que de celui de la « production du résultat ». Les géographes et aménageurs s’interrogent sur la manière dont une telle approche peut se traduire concrètement en territoires d’action. Il en ressort une autre approche de la ressource. Ici, l’homme vit dans un « environnement » qu’il créée par sa présence et transforme par son action, peuplé d’objets dont il va se saisir ou non. Lorsqu’il fait usage d’un objet, celui-ci devient une ressource. Et c’est parce qu’il y a un certain nombre d’objets érigés en ressource que l’être humain va pouvoir se repérer, s’approprier et délimiter son espace de vie et d’action. Ces ressources sont toujours construites, au moins en ce qu’elles résultent d’un choix de les utiliser et de les nommer ressources. Ici, l’inventaire des ressources se transforme sans cesse, reflet d’une prise des représentations que les sociétés se font de leur environnement, des échelles d’observation et des savoir-faire techniques.

Le débat aborde alors la question de la valeur, ou plutôt des valeurs des ressources. Une différenciation des valeurs en quatre catégories est validée par tous les présents :

  • La valeur d’échange de la ressource, souvent monétaire mais pas nécessairement.
  • Sa valeur d’usage, lié à l’intérêt de son utilisation.
  • Sa valeur d’option, lorsque la ressource est préservée aujourd’hui pour rendre possible un usage ultérieur (ex de réserves foncières).
  • Sa valeur d’existence, où la simple présence de la ressource crée des externalités positives alentours (forêt d’agrément).

Mais cette différenciation même soulève de nouvelles questions. En effet, il n’y a pas de valeurs « données », que ce soit sur un plan éthique ou monétaire. Lorsque les valeurs de la ressource sont déterminées, alors la ressource en est modifiée dans son contenu comme dans son statut. D’où un effort d’ajustement permanent. Or, le marché a tendance à assimiler le statut de la ressource avec sa valeur. Cela pose le problème de la substituabilité des valeurs entre elles : si toute ressource peut-être identifiée par ses valeurs et si chaque valeur est substituable sur un marché, pouvons nous en conclure que toute ressource est substituable disent les économistes présents ?

Si tel était le cas, une telle proposition irait à l’encontre de la notion de capital naturel critique désignant des ressources irremplaçables, intangibles et donc non-substituables.
En résumé, les objets sont érigés en ressource par leur usage et cet usage les affecte de valeurs. L’articulation entre ces valeurs et les ressources reste à définir. De plus de choix de l’usage n’est pas seulement utilitaire, il dépend aussi des représentations et, en conséquence, il est une tentative pour imposer un ordre au monde. Il s’agit donc d’un acte politique qui nécessite une réflexion sur les accords, les attentes, les conventions qu’il y a entre les acteurs pour que les représentations invoquées et les ressources soient celles-là plutôt que d’autres.

Vu sous cet angle une ressource est-elle un bien ? Les deux termes désignent-ils une seule et même chose ?

Un accord est trouvé sur le fait qu’une ressource est plus large qu’un bien. Et un bien est souvent susceptible d’échange marchand ; une ressource, pas forcément.

La référence aux différents biens –res communis, res nullius, res propria – permet de clarifier la situation. Par exemple res communis est l’objet d’une appropriation ou d’une gestion collective alors que res nullius n’appartient à personne. En cela on peut considérer que le bien est une qualification de la ressource. Ainsi, derrière l’idée de l’existence d’une ressource collective émerge la question de sa gestion et de son gestionnaire, c.a.d, en fin de compte, sa qualification de res nullius ou communis.

On peut spécifier les ressources selon qu’elles se réfèrent à des objets physiques ou non, à usage collectif ou non, et selon les valeurs qu’elles possèdent.

NATURE VERSUS ENVIRONNEMENT.

Le groupe a du mal à aborder la notion de nature, et démarre par celle d’environnement, qui, ramené à sa dimension écosystémique occupe le plus clair du débat. C’est la réflexion en termes de systèmes qui permet de faire le lien entre économie et environnement. Entre écosystèmes et systèmes économiques il y a eu une forte cohérence, amplifiée par le fait que l’homme en fait partie intégrante. Les flux de matière et d’information sont communs aux deux. Les flux énergétiques des écosystèmes sont une clef de lecture des écosystèmes au même titre que les flux monétaires dans les systèmes économiques. L’approche par les flux énergétiques est une approche de l’écologie portée dès le début des années 60 par les frères Odum (Eugene et Howard), qui a évolué vers une approche plus dynamique en introduisant la notion de stratégie adaptative. Nous sommes passés, là, d’une approche systémique simple à boucles de rétroaction, à une approche en commande de servo-mécanisme, adaptative, où s’observe le fonctionnement des variables de contrôle après introduction d’une perturbation dans le système. Si les calculs de biomasse ou de flux, ici et maintenant, sont importants pour donner une image des systèmes, les perturbations existent (changement climatique) la question devient : comment agir pour tenir compte de ces perturbations et mettre en place les régulations nécessaires ? Nous sommes devant des réflexions qui sont celles du développement durable mais aussi, l’actualité le montre amplement ces dernières semaines, du domaine économique.

Mais le développement durable, introduit aussi une césure entre Economie, Social et Environnement qui a peu de sens, est peu compatible avec une vision systémique. Ces domaines avec leurs frontières ne devraient pas être posés a priori mais s’imposer au cas par cas à partir de l’expérience du terrain. Les trois sphères ne devraient donc se combiner. Sur le plan théorique, le développement durable reste une sorte de narration permanente. En caricaturant à peine, il y a aujourd’hui autant de définitions que de personnes travaillant sur ce thème. Pourtant, le développement durable ouvre une conscience et un champ de réflexion politique qui sont particulièrement intéressants pour les aménageurs. Il peut s’en dégager de nouveaux outils d’action si la construction théorique s’élabore en concertation avec l’ensemble des disciplines concernées. Le développement durable s’est imposé dans le débat, il faut s’en saisir sans le réduire.

PRESENTS :

François Mancebo, Amédée Mollard, Véronique Peyrache-Gadeau, Olivier Soubeyran, Catherine Herrera et Lazare Sossou-Agbo.