Archives pour la catégorie Tous comptes faits : les comptes-rendus de Babel

Les villes intelligentes chinoises, entre pilotage national et coalition de croissance locale

Les villes intelligentes chinoises, entre pilotage national et coalition de croissance locale

Le jeudi 21 avril 2016 de 16h à 18h – Université de Reims, Campus Croix-Rouge, Salle de réunion 139 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon

Carine HENRIOT
Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme
Sorbonne Universités – Université de Technologie de Compiègne
EA 7284 AVENUES & chercheur associé à l’UMR 8586 PRODIG

Le développement des villes intelligentes en Chine continentale est un phénomène récent qui s’inscrit dans un contexte de transition écologique et énergétique, mais également de financiarisation de la ville et de ses services. Dès lors, les politiques de villes intelligentes rendent compte des conditions de la production urbaine chinoise, caractérisées par un encadrement fort des pouvoirs centraux et locaux, ainsi que la mise en place de coalitions de croissance locales. Cette contribution se propose de montrer comment le numérique devient un référentiel important des politiques territoriales avant d’en interroger la réalité au-delà des seules mises en scène.

 

Les spécificités agricoles du processus d’internalisation

Elodie Brûlé-Gapihan (URCA – Regards),
Audrey Laude-Depezay (URCA – Regards),
Etienne Maclouf (Paris II – MNHN)

Le processus d’internalisation en aval procède généralement d’une volonté de contourner le pouvoir de négociation des clients. Le développement des circuits courts agricoles ne déroge pas à la règle. Seulement, pour les exploitants agricoles, l’internalisation de la vente de leurs produits engendre une redéfinition de leur cœur de métier, contraint qu’ils sont par l’extension des ressources et des compétences de leur exploitation. Ainsi pouvons-nous nous interroger sur les atouts et limites de l’internalisation en agriculture. L’étude de quatre exploitations agricoles en circuit court révèle quatre configurations spécifiques d’internalisation, sources selon nous du poids du contexte conjoncturel dans les opportunités de développement, et des particularités des logiques de fonctionnement du circuit court agricole.

 
Cette session s’est déroulée le jeudi 24 mars 2016 2016 de 16h à 18h dans la salle 139 de la bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon du Campus Croix-Rouge (Université de Reims).

La ville émergente face aux défis de la durabilité

Marc Dumont
Professeur en urbanisme et aménagement de l’espace – Université Lille 1

Au-delà des nombreuses interprétations et des générations successives de significations qu’il a pu porter, le développement durable possède une portée opératoire. C’est un instrument autant qu’un concept qui permet aujourd’hui de penser des modèles de planification spatiale dans le développement territorial, spécialement dans le cadre de la ville émergente.
De manière conjoncturelle, deux domaines apparaîssent aujourd’hui comme plus significatifs que d’autres : la planification de l’énergie et la planification des mobilités.
Pour alimenter les travaux du séminaire sur le développement durable, nous proposerons une réflexion entre trois temps : une proposition théorique exprimant sous la forme de modèles les différentes modalités de croisement entre le développement durable et l’urbanisme ; un exposé sur la variété et l’actualité des réalités recouvertes par le régime de la ville émergente (des interstices urbains, corridors de développement aux espaces périphériques) ; un parcours de quelques exemples de planification et des enjeux de réflexion qu’elles soulèvent.
Notre perspective a été pour partie cognitive (analyse des politiques publiques) et pour une large part inscrite dans les sciences de l’intervention (aménagement).

 
Cette session s’est déroulée le jeudi 21 janvier 2016 de 16h à 18h dans la salle 139 de la bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon du Campus Croix-Rouge (Université de Reims).

La Biorégion urbaine : l’auto-soutenabilité comme projet de territoire

Emmanuelle Bonneau
Paysagiste, urbaniste et chercheure

Diaporama présenté durant cette session

Diaporama Emmanuelle Bonneau - Babel 40 - Décembre 2015
 

Résumé de la présentation

Alors que la soutenabilité de notre développement économique et urbain continue de faire débat, les recherches et les projets de l’école territorialiste italienne en faveur d’une Biorégion urbaine polycentrique et auto-soutenable apportent un éclairage critique et opérationnel qui ouvre de nouvelles perspectives. Expérimentée dans la région des Pouilles et en Toscane par l’équipe d’Alberto Magnaghi, chef de file historique de ce mouvement, la Biorégion est une utopie concrète qui propose une méthodologie de planification favorable à la restauration d’un équilibre environnemental, économique et politique entre ville et campagne. Adossée au préalable de la reconnaissance collective du patrimoine local d’un territoire conçu comme une oeuvre d’art, sa mise en oeuvre via les plans de paysage et les parcs agro-éco-urbains multifonctionnels commence à nourrir, non sans quelques résistances, plusieurs démarches françaises, dont le SCOT « Grenelle » de la métropole bordelaise.

 
Cette session s’est déroulée le jeudi 17 décembre 2015 de 16h à 18h dans la salle BM 11-8 du Campus Croix-Rouge (Université de Reims).

Des villages qui se livrent : réinventer un urbanisme rural

Marc VERDIER – Architecte-Urbaniste
Maître Assistant « Ville et territoire » – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de NANCY

Diaporama présenté durant cette session

Diaporama Marc Verdier - Babel 39 - Novembre 2015
 

Résumé de la présentation

La France des sous-préfectures, celle des bourgs centres et des territoires ruraux, armature historiquement puissante, mais affaiblie par la montée en puissance des métropoles et d’une structure à dominante urbaine  considérée comme« durable » des territoires, résiste et reviens au devant de la scène. Si il est évident que des villes fortes et compactes sont indispensables à un monde plus efficient en matière économique, énergétique et sans doute écologique, la trame de nos 32 000 communes de mois de 2000 habitants, doit faire l’objet d’un « projet », nouveau, collectif certes (et les politiques de centre-bourgs qui se dessinent  localement portés par une ambition nationale nous le démontre), mais également très local, situé, adapté aux ressources et valeurs de chaque « pays ».

La ville fait l‘objet de recherches, de débats, de publications importantes sur ces sujets de « transition » et d’éco-attitudes. Le « monde rural » est encore nettement en retrait de ces travaux.

Le constat est sévère. Les villages se sont « livrés » globalement, à une forme de banalisation urbaine et paysagère généralisée dont certains auront du mal à se remettre. Au delà de l’enjeu d’un « urbanisme rural » spécifique, c’est bien la question du rôle et de la place d’une forme de vie, d’économie, et de contribution aux complémentarités territoriales ville/campagne qu’il s’agit de réfléchir.

L’intervention, fondée sur l’observation attentive de situations spécifiques pendant 10 ans d’ateliers territoriaux en matière de projet paysager et urbain menés au sein de l’Ecole Nationale Supérieure d’architecture de NANCY en  partenariat avec le réseau des Parcs naturels régionaux, s’est attaché à contribuer à poser quelques hypothèses de travail pour repenser la façon de faire « projet » dans des petites communes.

 
Cette session s’est déroulée le jeudi 19 novembre 2015 de 16h à 18h dans la salle BM 11-8 du Campus Croix-Rouge (Université de Reims).

La ville n’est pas figée…. Elle évolue

Jeudi 2 avril 2015

Jean-Yves Chapuis, Consultant en stratégie urbaine, enseignant à l’école d’architecture de Val de Seine à Paris dans le domaine de l’urbanisme et du projet urbain, chargé de cours à institut d’urbanisme de Lyon et de Rennes, chargé de cours à l’IATEUR

16h00 à 18h00 – Salle de réunion 140 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

« La ville n’est pas durable, c’est le développement qui doit être durable. La ville ce sont des relations humaines qui doivent être les meilleurs possibles. La ville doit pouvoir s’adapter aux évolutions sociétales » La ville doit être désirable.
On n’habite pas un PLUI, un PLH, un SCOT, on habite un quartier une rue ….
Cet atelier Babel a été l’occasion de discuter de la manière de créer une vision urbaine partagée par tous les citoyens qui ont une citoyenneté communale et métropolitaine ?
Construire un récit politique dans lequel chacune chacun puisse s’exprimer : le besoin d’une démocratie narrative comme le dit Pierre Rosanvallon.

Jean-Yves Chapuis est Consultant en stratégie urbaine et projet urbain depuis Janvier 2003. Il travaille sur les villes et agglomérations d’Amiens, Bordeaux, La roche sur Yon, Lyon, Marseille, Metz, Strasbourg……

 

Biographie :

chapuisJEAN-YVES CHAPUIS est né le 14 janvier 1952 à Lyon. Il a fait des études de droit, de sociologie et d’urbanisme. Depuis 1979 il travaille dans l’urbanisme opérationnel. D’abord dans des sociétés d’économie mixte en Bretagne (la S.E.MA.E.B et la S2R), puis à la Caisse des Dépôts en région Picardie. De 1989 à 1991 il travaille à la Délégation interministérielle à la ville placée sous l’autorité d’Yves Dauge. Parallèlement il devient élu à la ville de Rennes en 1983 d’abord à l’aménagement des quartiers et en 1989 renouvelé en 1995, délégué à l’urbanisme et à l’aménagement, et vice-président de l’agglomération rennaise. Il a mis en place la démarche quartier dans la ville pour rapprocher les habitants de leurs élus et permettre une meilleure compréhension des attentes des citoyens. Sous son impulsion la ville de Rennes a développé une démarche exigeante dans l’urbanisme opérationnel, avec la mise en place d’un projet urbain et la définition de la maîtrise d’ouvrage urbaine. Le ministère de l’ Equipement a organisé un atelier Projet Urbain à Rennes en 1998 sous la direction d’Ariella Masboungi. Cette méthode permet de faire de l’urbanisme opérationnel de qualité : travail en atelier, partenariat entre les acteurs privés et publics, management d’équipes pluridisciplinaires et transversalité. Il est membre de la commission nationale des secteurs sauvegardés au ministère de la culture, et membre du comité d’orientation du plan urbanisme construction et architecture (PUCA) du ministère de l’équipement et du logement depuis 1998. A ce titre il préside le programme « la ville pour tous »Il est expert pour les appels d’offre concernant la ville. Il a participé également à l’équipe qui a réalisé le tramway d’Orléans. Il a été Directeur de l’Ecole d’Architecture de Bretagne de 1997 à 2002. Il a enseigné à l’I.F.U. (institut français d’urbanisme) de 2000 à 2013. Il a été de Mars 2001 à Mars 2014 vice-président de Rennes Métropole chargé des formes urbaines. Il a été aussi pendant la même période vice-président de l’AUDIAR (l’Agence d’urbanisme de Rennes Métropole) et délégué de l’agglomération à la FNAU. Il est expert auprès de l’Unesco sur le thème de la stratégie urbaine et de la maîtrise d’ouvrage urbaine. Après 5 mandats il a mis fin à son activité d’élu (1983/2014). Il a été de 2002 à 2008 membre de la commission supérieure des monuments historiques. Il est enseignant à l’école d’architecture de Val de Seine à Paris depuis Octobre 2002 dans le domaine de l’urbanisme et du projet urbain. Il a été membre du conseil d’administration de L’A.D.E.F d’Avril 2003 à décembre 2008. Il est chargé de cours à institut d’urbanisme de Lyon et de Rennes.

 

 

Mettre en œuvre des politiques territoriales de DD à l’échelle locale en France : Agendas 21 locaux et Plans Climat-Energie Territoire

Intervenante : Anne Jégou – Maître de conférences en géographie, aménagement de l’espace et urbanisme – Université de Bourgogne – Laboratoire Théma
Courriel : anne.jegou@u-bourgogne.fr
Date : jeudi 6 novembre 2014
Retranscription : Sébastien Piantoni

Introduction

Je tiens d’abord à remercier Sandra Mallet pour cette invitation. Cela me fait plaisir de la rencontrer, de vous rencontrer, de pouvoir discuter avec vous. Je suis également très heureuse qu’elle ait demandé que j’intervienne sur les politiques territoriales de développement durable, et plus spécifiquement sur l’association entre Agenda 21 et Plan Climat-Énergie Territorial. Il m’arrive d’associer les éco quartiers à ces deux politiques dans mes présentations, mais nous n’allons pas aborder ce point aujourd’hui.

Je vais rappeler un certain nombre de choses sur les agendas 21 et les plans climats. Ces politiques ont été conçues par une association qui s’appelle ICLEI lors de deux programmes préparatoires à la campagne européenne des villes durables. Cyria Emelianoff explique cela très bien dans sa thèse. Je vous invite à la consulter si vous souhaitez en savoir plus sur l’origine de ces deux outils.

Ce que je trouve le plus intéressant dans ces politiques dédiées est qu’elles sont basées sur cette stratégie d’amélioration continue qui consiste à faire la boucle entre un diagnostic, une stratégie, des actions et une évaluation pour atteindre ces objectifs, même si l’évaluation est finalement continue.

Figure_1

Les notions centrales de cette stratégie d’amélioration continue sont transversalité, participation (ou concertation) entre les acteurs sociaux et évaluation, notions qui doivent être menées en continue dans cette démarche.

Figure_2

Les terrains d’études sur lesquels je travaille sont locaux, c’est à dire qu’il se situe à proximité de l’endroit où je réside. Cela me permet de rester en contact avec ces terrains et les acteurs qui œuvrent pour ces territoires. Pour cela, j’assiste régulièrement aux réunions publiques ou aux réunions en mairie (conseils municipaux, conseils communautaires, ateliers sur le PLU…) et je m’entretiens avec les différents acteurs (élus, chefs de projet, habitants…). Cette proximité me semble très importante. Il me paraît beaucoup plus compliqué de travailler sur un terrain d’études distant.

Mes travaux se sont concentrés jusqu’ici sur deux principaux terrains d’études. J’ai étudié, dans le cadre de ma thèse, des cas de la métropole parisienne, plus spécifiquement ceux de la Ville de Paris et de la Communauté d’Agglomération Plaine Communes. Je réside depuis désormais deux ans en Bourgogne où j’occupe un poste de Maître de Conférence. Je me suis donc tout naturellement intéressée à de nouveaux terrains d’études. Je reviendrais avec vous sur deux cas bourguignon : la ville de Quetigny et la communauté d’agglomération du Grand Chalons.

J’ai pu suivre les politiques de la métropole parisienne jusqu’en 2011. Je n’ai malheureusement pas réussi à garder ce contact après cette date à cause de l’éloignement qui ne facilite pas les prises de rendez-vous et participations aux réunions. Je me consacre désormais à la région Bourgogne depuis 2012.

Concernant la méthodologie, même si je pratique une recherche « classique » en menant des entretiens semi-directifs, je me positionne également moins classiquement en recherche action. C’est-à-dire que je participe à l’élaboration des politiques menées en alimentant les diagnostics des Agendas 21 par des enquêtes quantitatives et qualitatives. Mes recherches sont également enrichies par les observations que je peux faire des méthodes de concertations employées dans le cadre des coordinations régionales. Même si je suis présente lors des différentes réunions, j’essaie de rester avant tout observatrice pour ne pas trop influencer les débats. Enfin, ce positionnement au sein de ces instances de concertation me permette de tester une grille d’analyses que j’élabore au fil de mes travaux.

Figure_3

Mon travail de recherche se centre donc sur les jeux d’acteurs, l’historique, les éléments qui font avancer ou bien qui bloquent un projet. Cela apporte pas mal de choses. Je m’intéresse également à la manière dont on entre dans ces documents qui sont très vastes. Pour ma part, je mène mes recherches en m’intéressant avant tout aux ambitions, aux leviers, aux champs d’action et d’inaction, aux questions de gouvernance (portage, partenariats, concertation avec les citoyens, partenariats avec les acteurs socio-économiques, articulation des décisions entre les territoires). J’observe également la dimension projet du territoire et bien sûr les limites de ces dispositifs. Mon objectif principal serait d’identifier des seuils afin de déterminer le niveau d’engagement d’une collectivité au travers de sa politique territorial de développement durable.

Cette intervention vise à vous montrer ce que peuvent apporter ces politiques au territoire par leur diffusion et leur mise en place dans les collectivités dans le cadre du cheminement vers la durabilité (je considère effectivement la durabilité comme un cheminement plutôt qu’un état idéalisé, un état fini). Insistons sur le fait que je n’évalue pas l’impact des politiques. À mon sens, cela se fait à partir de données quantitatives et avec des outils dédiés à ce type de données (système d’information géographique). Mais je ne travaille pas du tout avec ces types de donnée, je ne peux donc pas mesurer l’impact proprement dit.

Je reprendrais tout d’abord les éléments de cadrage nationaux et la diffusion de ces outils politiques territorialisés. Nous verrons ensuite un certain nombre d’études de cas avant de prendre un peu de recul en proposant une réflexion globale sur l’ensemble de ces politiques.

1. Éléments de cadrage nationaux et diffusion des outils politiques territorialisés

1.1. Les Agendas 21

Les agendas 21 ont tout d’abord bénéficié de trois appels à projets entre 1997 et 2003. La matière qui est ressorti de ces appels à projet a permis de mettre en place un référentiel en 2006. Un label a été créé cette même année suite à la mise en place de ce cadre de références.

À partir de 2011, l’accompagnement des Agendas 21 locaux est confié au Bureau des Territoires du Commissariat Général du Développement Durable (Ministère de l’écologie). Ce bureau propose désormais un référentiel d’évaluation disponible en ligne.

Le Ministère réfléchit actuellement à une refonte du dispositif de labellisation. Il s’agit visiblement de simplifier cette procédure. En décembre 2014 se déroule le colloque des Agendas 21 dans l’objectif de revenir sur la dynamique des Agenda 21, outil qui n’est plus réellement au centre des politiques nationales ces derniers temps. Jusque maintenant, huit sessions de reconnaissance des agendas 21 locaux ont été menées. La 9ème est en cours.

Figure_4

Les Agendas 21 français s’appuient sur le référentiel mis en place en 2006. Les bureaux d’études et les collectivités ont à cœur de respecter ses finalités et ses éléments de démarches.

Figure_5

Les agendas 21 sont avant tout des politiques volontaires. Le plus compliqué dans cette procédure est de faire en sorte que ces projets de territoire soient déployés sur l’ensemble du territoire. Ils doivent donc, pour cela, être territorialisés et ne pas prendre exclusivement en compte les compétences de la collectivité mais répondre aux enjeux du territoire, être participatifs, globaux et transversales.

Figure_6

Avant les Agendas 21, rappelons qu’il existait les chartes de développement durable et les chartes d’écologie urbaine qui se sont ensuite fondues dans le moule Agendas 21. Les premiers Agendas 21 date de 1996.

Le comité 21 recense les Agendas 21 locaux depuis leur création ce qui permet de connaître leur progression. Le nombre d’Agendas 21 locaux est relativement faible au regard du nombre de collectivités locales françaises. Parmi les 1027 Agendas 21 qui sont déclarés sur la plateforme du Comité 21, 302 communes et 90 intercommunalités ont été reconnues par le ministère depuis 2006, soit seulement un peu plus d’un tiers.

Figure_7

En France, les Agendas 21 connaissent un relatif dynamisme par rapport aux autres pays européens, et de plus en plus se font labelliser et essaye ainsi de correspondre au référentiel mis en place. Cette évolution positive va au rebours de la dynamique européenne qui semble s’essouffler.

Figure_8

1.2. Les Plans Climat territoriaux

Les plans climat ne bénéficient pas du tout du même dispositif d’accompagnement et d’obligations. Des politiques énergétiques existaient déjà dans les années 70 et des outils ayant les mêmes finalités ont été initiés dans les années 90 (Chartes Cités-vie, Contrats ATEnEE).

Les premiers Plans climats, tels que nous les connaissons aujourd’hui, datent de la période 2003-2006 durant laquelle un premier guide de l’ADEME a été publié. L’élaboration de Plans climat se formalise et devient plus volontaire à partir de 2007, ce qui permet de commencer à les comparer entre eux.

Le label Cit’ergie apparaît en 2007. Sa particularité est qu’il est issu d’un label européen qui ne colle pas tout à fait au plan-climat français. Ce label prend tout de même une importance avéré dans les procédures françaises malgré un certain décalage. Des colloques nationaux « Plans-Climat énérgie territoriaux » se déroulent depuis 2010 et participent à cette formalisation.

Depuis la loi Grenelle II, les plans climat deviennent partiellement obligatoires pour les collectivités de plus de 50 000 habitants. Cette obligation ne porte que sur le volet patrimoine et service, et non pas sur le volet territoire puisque l’ADEME considère que ce volet territoire doit avant tout garder son esprit « volontaire ».

Figure_9

Même si le Plan climat n’est pas une particularité française, il n’existe pas réellement de dispositif équivalent en Europe même si il existe par ailleurs des politiques climatiques municipales. On peut considérer le plan climat local comme le petit frère de l’Agenda 21 puisqu’il a été conçu sur son modèle. Il répond à la même stratégie d’amélioration continue et aux mêmes éléments de démarches. Le plan climat peut également être l’un des volets de l’Agenda 21. Il semble également important de souligner que le Plan climat ne doit pas être confondu avec un plan de prévention de risque de changements climatiques. Il ne s’agit aucunement d’un document de prévention du risque climatique.

Finalement, le plan climat présente un certains nombre de différences avec l’Agenda 21. Il répond à une culture plus technique et plus chiffrée. Il se réfère notamment au « 3X20 » et s’appuie avant tout sur le bilan carbone, outil mis en place par l’ADEME permettant de calculer le bilan des émissions de gaz à effet de serre.

Le Plan climat apparaît également plus formaté que l’Agenda 21. Il doit être en cohérence avec le Schéma Régionale du Climat, de l’Air et de l’Énergie (SRCAE) qui est aussi issu de la loi Grenelle II. Cette obligation de cohérence peut souligner les contradictions existantes entre ces deux outils en termes d’objectifs.

Il est également intéressant de noter que le plan climat implique moins de participations citoyennes.

Au final, les Plans climat se sont beaucoup moins développés en France que l’Agenda 21 et ils sont très peu à être labélisé Cit’érgie. La plupart des Plans climat ont été mis en place au sein de Communautés Urbaines et de Communautés d’agglomération. Selon le recensement effectué par l’ADEME, ils sont actuellement au nombre de 458 et 156 ont été adoptés depuis 2012.

Figure_10
Figure_11

2. La mise en place d’Agendas 21 et de PCET dans plusieurs collectivités franciliennes et bourguignonnes

2.1. Les collectivités franciliennes

Gouvernance des Agendas 21 et des PCET locaux
La Ville de Paris

La Ville de Paris a abandonné son agenda 21 qui était porté par 2 élus : Yves Contassot (Adjoint Vert à l’Environnement) et Anne Hidalgo (Première adjointe PS).

La préparation de cet agenda 21 était de la responsabilité d’un seul chargé de mission épaulé par des référents Agenda 21 dans chacune des directions. Il faut noter que la position de ce chargé de mission était relativement isolée au milieu d’une municipalité regroupant près de 45000 agents.

Un réseau de partenaires porteurs d’actions pilotes labellisées Agenda 21 est également mis à contribution.

Le plan climat, voté en 2007, était porté par un trois élus successifs : Yves Contassot, Denis Baupin et Célia Blauel.

Le montage de ce plan climat est confié à l’Agence de l’écologie urbaine rattachée à la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement (DEVE) de la Ville de Paris. Le fait que ce plan climat soit développé à l’intérieur de cette Agence de l’Ecologie Urbaine, qui est une cellule autonome à l’intérieur de la Ville de Paris, lui a donnée plus de poids pour se développer.

Une agence parisienne du Climat a été créé avec, à sa tête, l’ancienne directrice de l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO), Anne Ged. Un club Climat a également vu le jour pour que les partenaires puissent débattre ensemble lors de la préparation de ce plan climat.

Enfin, une charte d’engagement a été créé sous le nom de « Paris Action Climat ».

La Communauté de Communes Plaine Commune

A la Plaine Commune, les choses se sont déroulées plus simplement. L’Agenda 21 et le Plan Climat coexistent et sont gérés tout deux au sein de la Direction Générale à l’Ecologie Urbaine.

Un seul et même élu porte ces deux projets : Michel Bourgain (4ème VP Vert à l’écologie urbaine au sin de la Communauté Plaine Commune).

Le Plan Climat est secondaire, ce qui est souvent le cas. Il est emboîté dans l’Agendas qui prend plus de place politiquement et en termes de réseau.

Temporalités de mise en place

Les personnes avec qui je me suis entretenue à ce sujet, qui font partie de la majorité socialiste, soulignent évidemment que le tournant environnemental a commencé en 2001. Même si nous pouvons nous demander s’il s’agit simplement d’un discours partisan, il est vrai que les actions en faveur de l’environnement ont été assez claires à partir de cette date.

Le premier Bilan Carbone a été réalisé en 2004. Les actions ont ensuite pris de l’ampleur en 2005 puisqu’ils ont lancé, dans le même temps, l’Agendas 21 et le Plan Climat et qu’ils ont voté l’autorisation de la signature de la Charte D’Aalborg (qu’Anne Hidalgo a signée à Séville en 2007).

De nombreuses actions se sont ensuite enchainées dans le cadre du Plan Climat dont un livre blanc qui a été publié en 2007 (un document très intéressant mais qui a malheureusement disparu d’Internet), un diagnostic partagé, des procédures de concertation. En 2008, une conférence de presse s’est tenue afin de présenter des actions labellisées.

Même si la Ville de Paris n’a jamais annoncé officiellement qu’elle avait abandonné son Agenda 21, la Mission Agenda 21 a été dissoute cette même année 2008. Depuis, tout ce qui concernait cet Agenda 21 a disparu de son site Internet. Le Plan Climat a continué sans l’Agenda 21.

Depuis 2008, des Journées Parisiennes du Climat et de l’Énergie sont organisée annuellement et font l’objet d’un rapport annuel appelé « Bleus climat ».

Figure_12

Diagnostics : Bilans Carbone, des outils trop techniques et estimatifs

Les diagnostics réalisés dans le cadre des Bilans Carbone sont très techniques. Ils sont avant tout basés sur des estimations et connaissent de nombreuses lacunes.

Dans le cas de Plaine Commune, les Bilans Carbone sont complétés par des bilans énergétiques et des bilans de l’éclairage publics. La Ville de Paris a proposé ensuite, assez tardivement, des bilans énergétiques.

En reprenant les données concernant les émissions de GES indiquées dans les documents et en les rapportant au nombre d’habitants, nous pouvons très facilement calculer les tonnes équivalent C02 par habitant. Ce type de calcul n’est évidemment pas mis en avant dans ces documents alors qu’il est très parlant : 17 tonnes par habitant pour la Ville de Paris et 4,9 tonnes pour Plaine Commune.

Figure_13

On peut également souligner que la Ville de Paris « triche » sur son Bilan Carbone puisqu’elle ne prend volontairement pas en compte le carbone produit en grande quantité par l’aviation (4 050 000 Teq carbone pour l’aviation contre 220 000 Teq pour les automobiles). Ils ont essuyé de fortes critiques des élus Verts pour cette omission volontaire.

Pour information, le Bilan Carbone des visiteurs (touristes…) correspond à environ 40% du bilan Carbone total (Calcul personnel).

Figure_14

Si on compare les principaux postes émetteurs, 70% des émissions calculées pour Paris sont liées aux transports, alors que cela ne correspond qu’à 50% des émissions à Plaine Commune. Les bâtiments émettent seulement 16% à Paris contre 41% à Plaine Commune. Le Bilan Carbone à Paris comprenait également un bilan pour l’administration qui n’a pas été fait à Plaine Commune.

Figure_15

En fonction des collectivités, il existe des différences notables sur la réalisation des diagnostics.

Ambitions, champs d’action et d’inaction

En reprenant une grille d’analyse chère à Cyria Emelianoff, nous pouvons nous intéresser aux ambitions, champs d’action et champs d’inaction des plans climat et Agendas 21.

Objectif des 3X20

Par rapport à l’objectif des « 3X20 » expliqué précédemment (qui est postérieur au Plan Climat de la Ville de Paris puisqu’il a été adopté en 2008 avec le paquet Climat Energie alors que le Plan Climat l’a été en 2007), la Ville de Paris a été plus ambitieuse puisqu’elle a annoncé des objectifs de « 3X 25 » pour le territoire et « 3X 30 » pour l’administration.

Plaine Commune a souhaité prendre des objectifs moins ambitieux en fixant la barre à moins 20% concernant les émissions de GES et moins 16% concernant la consommation énergétique. Elle n’a fixé aucun objectif concernant les Énergies Renouvelables.

Adaptation aux changements climatiques

La Ville de Paris ne met pas en avant une politique importante d’adaptation aux changements climatiques. Deux aléas sont notamment pris en compte, la canicule et la crue centennale de la Seine, mais aucune analyse en termes de vulnérabilité n’est explicitée. C’est un manque important mais il faut noter qu’ils ne font pas exception puisque les collectivités territoriales ont souvent des difficultés à réaliser ce type d’analyse.

Sectorisation

Le secteur principalement traité dans les deux collectivités étudiées est le bâtiment, alors que nous savons très bien qu’il ne s’agit pas du secteur le plus émetteur. De plus, l’accent est mis sur le logement des particuliers, ce qui est gênant puisque les autorités locales demandent souvent aux particuliers de faire l’effort de mieux isoler leur logement alors qu’ils ne sont pas responsables de tant d’émissions de GES qu’on voudrait le faire croire.

Plaine Commune s’est également fortement intéressée à la pollution lumineuse, aux mobilités douces, au Plan de Déplacements des Entreprises et à la logistique mais elle ne s’est pas du tout penchée sur la problématique de l’adaptation aux changements climatiques.

Mobilisation

Concernant la mobilisation, les deux collectivités étudiées n’ont pas permis une participation importante des citoyens et des acteurs du territoire, même si un livre blanc est créé à Paris et un Comité citoyen à Plaine Commune. Notons également que Plaine Commune semble s’être mieux organisée administrativement.

Transversalité

Enfin, le Plan Climat des deux collectivités étudiées ne répond à aucune transversalités. Ils répondent à une logique très sectorielle en présentant, tour à tour, les résultats pour les logements, le tertiaire, le transport de voyageur, le transport de marchandise, la production de déchet…

Il faut savoir que ces deux collectivités ne dispose pas de labellisation Cit’ergie et je ne sais pas si elles ont sollicité l’ADEME pour cela.

Actualisation : le cas de la Ville de Paris

Il est intéressant de constater que la Ville de Paris a actualisé son Plan climat.

Le Bilan Carbone a été actualisé au bout de 5 ans afin de répondre à l’une des obligations de la loi Grenelle 2. Cette actualisation est tout de même lacunaire puisque de nouvelles données (fret par exemple) n’ont pas pu être récoltées durant cette période de 5 ans, ce qui soulève le problème des délais nécessaires pour effectuer une actualisation sérieuse.

En revanche, concernant leur bilan énergétique, l’actualisation souligne une baisse de la consommation. Cette baisse touche surtout le logement ce qui souligne les efforts engagés dans ce secteur. Autre point positif, la part des énergies renouvelables a augmenté de 2 points durant cette période de 5 ans.

Cette actualisation débouche sur un plan d’action qui indique que la Ville de Paris maintient ces objectifs de « 3X25 » et « 3X30 » par rapport à 2004, date correspondant à leur premier bilan carbone. Il est intéressant de constater que cet objectif se base sur 2004 alors que les textes prévoient normalement de s’appuyer sur l’année 1990. Les politiques et techniciens discutent peu de ce biais concernant les dates à partir desquelles fixer les objectifs et à quel horizon.

Ce plan d’action prévoit également la mise en place d’une charte partenariale et un meilleur traitement de l’adaptation aux changements climatiques. Des carnets stratégiques par secteurs sont également proposés (sous forme de carte postale ce qui est assez originale et sympathique) et de nouveaux secteurs apparaissent : le petit commerce, les bureaux, le tourisme durable.

Une partie sur la logistique urbaine est également intégrée à ce plan d’action alors que cette thématique avait été retirée de la proposition de loi Grenelle 2 par le gouvernement de l’époque.

2.2. Le contexte Bourguignon

À mon arrivée en Bourgogne, j’ai découvert l’existence des coordinations régionales. Cela ne signifie pas qu’elles n’existent pas en Île de France, mais je n’en avais jamais entendu parler. Par contre, elles sont bien présentes en région Bourgogne et tiennent réellement ce rôle de lieux de discussion entre les acteurs.

Des coordinations régionales distinctes
Le Comité Régional Agenda 21

Le Comité Régional Agenda 21 est animé par la DREAL Bourgogne et ALTERRE Bourgogne (qui est une association s’intéressant aux problématiques liées au développement soutenable à l’échelle de la Région, assurant un rôle d’agence régionale de l’environnement).

Ce comité se réunit assez régulièrement (environ tous les 2 mois) durant toute une journée à différents endroits dans la Région. Chacune de ces réunions est l’occasion d’une visite de terrain afin de connaître les actions et aménagements initiés dans la Région.

Ces réunions du comité sont ouvertes à tous, que ce soit les élus, techniciens, stagiaires… et toutes les personnes ont droit à la parole.

L’une de leur dernière action a été d’ouvrir l’Agenda 21 à l’internationale en travaillant sur les partenariats déjà noués avec les jumelages, pour les élargir aux questions de politiques territoriales de DD. Ils organisent ainsi des partages d’expériences qui font désormais de ce comité un lieu de discussion extrêmement important.

Les Rencontres des chefs de projet Plan Climat

Un second réseau mis en place dans le cadre de ces coordinations régionales correspond aux « Rencontres des chefs de projet Plan Climat ». Il ne faut pas mélanger ces deux réseaux de coordinations même si certaines personnes participent aux deux. Ces Rencontres sont plus professorales puisqu’elles ne sont ouvertes qu’aux chefs de projet. Elles sont également itinérantes.

Un PCET intercommunal et un agenda 21 communal

Nous allons nous intéresser au cas du Plan Climat Énergie Territorial du Grand Chalon et de l’Agenda 21 de Quetigny, ville nouvelle de Dijon.

Le PCET du Grand Chalon

Les éléments que lesquels nous nous appuyons ont été apportés, en majeure partie, par Mathilde Huguenin qui a réalisé en 2014 un mémoire de M1 que j’ai encadré.

La communauté d’agglomération du Grand Chalon est composée de 110 000 habitants avec une ville centre (Chalon sur Saône) comptant 46 000 habitants. Elle correspond au deuxième pôle de la région Bourgogne et à un territoire essentiellement périurbain et de transit.

Cette collectivité est intéressante à étudier puisque, depuis quelques années, elle mène une politique de lutte contre le changement climatique dans le cadre d’un premier programme européen en 2002 (Programme Privilèges) puis d’un plan communal de maîtrise de l’effet de Serre grâce auquel Chalon sur Saône a été primée en 2003.

Au regard de cela, il paraît étonnant que cette collectivité n’ait pas beaucoup capitalisé sur leur ancienneté dans la lutte contre le changement climatique en communiquant un peu plus sur ces deux précédentes initiatives. Mais cela peut s’expliquer par le fait que la gestion de ces politiques soit passée d’un échelon communal (Chalon sur Saône) à un échelon intercommunal (Grand Chalon). Du coup, les enjeux ne sont pas les mêmes.

En termes d’émission de GES, le fret est le secteur le plus polluant. Sur ce point, il est intéressant de noter que le fret est également l’un des principaux émetteurs de GES à Dijon mais que ce secteur est exclu des Bilan carbone (comme le fait la Ville de Paris pour le transport aérien).

Figure_16

L’une des particularités du Plan climat de Dijon est qu’ils ont calculé leur marge d’action en tant que collectivité locale sur les émissions de GES. Je n’avais jamais observé ce type de calcul dans d’autres plans climat. Selon ce calcul, les collectivités territoriales de ce territoire produisent directement 12% des GES et peuvent agir sur 50% des émissions de GES sur l’ensemble de leur territoire (par le biais de leurs politiques d’aménagement et de l’engagement des acteurs socio-économiques).

Le Grand Chalon est allé jusqu’à calculer leur potentiel d’intervention en distinguant les impacts lisibles et les impacts peu lisibles. Pour exemple, ils considèrent qu’ils peuvent agir sur seulement 5% des GES concernant le fret et sur 43% concernant le transport de personne. Au total, ils ont calculé qu’ils peuvent concrètement agir sur 25% des émissions de GES.

Figure_17

Selon l’ADEME, le Grand Chalon est un territoire pilote en Bourgogne pour la mise en place d’un Plan climat. Celui du Grand Chalon apparaît ainsi, pour l’agence en question, comme un plan « abouti, très opérationnel, l’un des plus ambitieux et actifs en Bourgogne ».

Mais, dans les faits, ce plan ne paraît pas si ambitieux que cela. En termes de mobilisation tout d’abord, la participation des acteurs économiques est relativement faible puisque la Charte ne compte qu’une quinzaine de signatures. Aucune mobilisation auprès des habitants ni de communication à leur destination n’est mis en avant.

De plus, ce plan climat ne comprend que peu d’adaptation aux changements climatiques. Il s’agit là de choix du réseau Bourguignon et de l’accompagnement de l’ADEME et de la Région qui préfèrent communiquer sur les actions plutôt que sur le plan climat.

Cette collectivité rencontre également des difficultés pour mener l’évaluation nécessaire suite à la mise en place d’un Plan climat.

Elle prévoyait la labellisation Cit’ergie (CAP Cit’ergie) sans que cela soit assurée. Je ne sais pas si la nouvelle municipalité, qui a été élu en mai 2014, souhaite toujours s’impliquer dans ce processus de labellisation qui a été initié par la précédente équipe.

Ce Plan climat du Grand Chalon comprend tout de même de nombreuses choses intéressantes. Ils ont notamment mené une analyse ex-ante du programme d’actions qui a permis de souligner « une difficile appréciations des objectifs du 3X20 en raison d’une estimation quantitative difficile d’une grande partie des actions » (Stratégie, p. 16). Il s’agit là d’une des difficultés majeures des Plans climat qui soulève une question à laquelle il est difficile de répondre : de quelle manière la mise en place de telle ou telle action va permettre d’atteindre le 3X20 ?

Ils ont également souhaité mettre en regard la part des émissions par secteurs et les actions menées dans chacun de ces secteurs. Cela souligne notamment que de nombreuses actions ont été menées dans les secteurs du bâtiment et des déplacements, mais très peu dans le secteur du fret (seules 2 actions ont été menées) qui est clairement l’un des secteurs les plus émetteurs de GES sur le territoire.

Figure_18

Pour exemple, de nombreuses actions ont été menées dans le secteur des déplacements de personnes, mais le bilan est très mitigé.

  • Un réseau de vélo en libre-service (Réseau Réflex) a été mis en place. Cette initiative, qui était pionnière dans une ville de cette taille, n’a pas connu le succès escompté. Ils ont relancé une nouvelle fois ce projet en effectuant des modifications mais cela n’a pas fonctionné non plus. Il apparaît finalement que cette ville est trop petite et que le nombre de stations trop peu importante pour que ce type d’initiative fonctionne.
  • Des parkings-relais ont également été mis en place mais ils sont très mal situés. Pour exemple, le parking Saint-Rémy n’est pas desservi par les transports en commun de la Ville mais par un car départemental du réseau Buscéphale. Ce problème de mauvaise implantation géographique se rencontre également à Dijon ce qui provoque, au final, une sous-utilisation de ces parkings-relais.
  • Le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) connait un certain succès. De nombreux scolaires l’utilisent en raison de la gratuité de ce transport. Mais la mise en place de ce réseau de bus a été mal vécue par de nombreux automobilistes.
  • D’autres soucis ont été relevés, et notamment un fonctionnement administratif encore trop sectoriel. La direction des transports ne semble pas avoir défini leur politique de déplacement au regard du Plan climat alors que ce dernier a défini sa stratégie en fonction des déplacements.
  • La STAC, correspondant au réseau des transports publics de Chalon, anime les cinq Plans de Déplacement des Entreprises (PDE) mis en place. Elle incite, au travers de ces plans, les employés des entreprises concernées à prendre les transports en commun sans proposer l’utilisation d’autres modes de déplacement alternatif (co-voiturage, vélo, marche…).

Cette politique de transport mal pensée serait l’une des raisons avancées de la défaite de l’ancienne municipalité. En effet, cette politique semble inadaptée pour une communauté avant tout périurbaine dont la population utilise beaucoup l’automobile.

Quétigny, la ville nouvelle de l’agglomération dijonnaise

Quétigny est une commune très originale. Même si je l’appelle « ville nouvelle de l’agglomération dijonnaise », il ne s’agit pas d’une ville nouvelle issue de la politique étatique des années 60-70 mais d’un village des années 50 qui a décidé de passer à 10 000 habitants.

En fait, Quétigny était séparée de Dijon par une voie ferrée. Ce village se retrouvait donc en dehors de l’agglomération et ne connaissait pas de développement urbain lié à l’essor de la Ville de Dijon. Alors que de grands ensembles étaient construits par ailleurs, un nouveau conseil municipal est élu en 1959 et décide de prendre en main le développement de la commune. Il craignait de devenir la proie des promoteurs et de connaître un développement non maîtrisé.

L’État avait déjà planifié le développement de cette commune en ciblant l’objectif de 40 000 à 45 000 habitants. Le Conseil Municipal planchait pour sa part sur un objectif démographique de 3 000 habitants. La négociation entre les deux parties a permis de fixer un objectif réaliste de 10 000 habitants sur la base d’un projet urbanistique visant 1 arbre, 1 habitant, 1 emploi. Ils ne sont actuellement pas loin de cet objectif puisqu’ils ont recensé, en 2011, près de 10 000 habitants, 8 000 arbres et 6 000 emplois.

Figure_19

Le paysage urbain de Quétigny se compose majoritairement de bâtiments bas (le projet initial prévoyait que les bâtiments ne dépassent pas la hauteur des arbres), d’une trame urbaine relativement ouverte avec de nombreux parcs, de nombreuses voies piétonnes et des équipements communaux situés à proximité des logements sociaux. Des quartiers pavillonnaires relativement classiques se sont ensuite installés autour de cette zone centrale regroupant logements sociaux et équipements.

Figure_20

Quétigny a mis en place un Agenda 21 à partir de 2011. Le premier chargé de mission Agenda 21 de la Ville a rapidement quitté son poste qui est resté vacant durant une année. Le recrutement d’un nouveau chargé de mission très dynamique a permis une labellisation de l’Agenda 21 en 2013.

Par ailleurs, l’élaboration du PADD (dans le cadre de la révision du PLU) a été réalisée en parallèle entre décembre 2013 et juin 2014. Les résultats des travaux menées dans le cadre de l’élaboration du PADD et de l’Agenda 21 se trouvent donc emboîtés, ce qui favorise la mise en place d’une dynamique urbaine plus durable.

L’équipe municipale de Quétigny ne sont pas réellement dans l’affichage mais dans la mise en place d’actions concrètes, comme l’a souligné le maire de cette ville lors d’un entretien : « Quétigny est labellisé agenda 21 mais ce n’est pas que le durable, c’est la transversalité, le lien entre les habitants, le lien social. Quetigny s’est construit dans cet esprit-là ». Ce message souligne donc que l’Agenda 21 porte l’identité quétignoise et qu’il prolonge les actions précédentes en faveur de l’environnement et de la solidarité.

Figure_21

On ne peut pas non plus affirmer que l’Agenda 21 porte tout le projet urbain, mais il existe une dynamique commune entre les politiques urbaines et les Agendas 21 mis en place.

3. Quelle portée pour ces politiques ?

3.1. Des politiques mobilisatrices

Les PCET et Agenda 21 connaissent souvent une mobilisation limitée. Il s’agit, la plupart du temps, d’outils de dialogue et de transversalité au sein des collectivités, mais à des degrés variables selon les cas. Ces différences s’expliquent notamment par le poids de la culture sectorielle de la collectivité, par la taille de cette collectivité mais également par le portage politique et administratif.

Les concertations menées dans le cadre de la mise en place de ces outils sont souvent insuffisantes même si de gros efforts sont déployés pour cela. Il faut croire que la France n’a pas une culture très développée de la démocratie participative. À ce sujet, nous pouvons également nous demander dans quelle mesure ces concertations sont souhaitées de part et d’autre. On peut notamment remarquer que peu d’habitants se présentent aux réunions organisées.

À Quétigny, les personnes enquêtées annonçaient qu’ils trouvaient que l’organisation de ces réunions publiques était une très bonne chose même s’ils ne s’y rendaient pas.

Ces réunions publiques font parfois penser à un théâtre qui se répète. En effet, les techniciens et élus s’adressent à des salles quasiment vide, ce qui ne permet pas d’apporter de réponses à toutes les questions qui se posent. Les mêmes questions reviennent donc souvent dans différentes réunions. De plus, ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui viennent à ces réunions, ce qui ajoutent à la répétition de ces réunions pour poser le contexte et les interrogations. Et enfin, il existe un réel décalage entre les questions pertinentes qui devraient être traitées et celles qui sont réellement traitées.

D’un autre côté, il semble souvent difficile, de la part des élus, de se placer véritablement à l’écoute. Pour exemple, cela a notamment pu être observé plus à Plaine Commune. J’avais mené une grosse enquête quantitative sur l’utilisation des espaces publics sur le territoire de cette collectivité et les chiffres ont été déformés par un directeur de la Ville avant d’être utilisé en conseil communautaire et dans un livre blanc.

Il semblerait également qu’on ne place pas les citoyens dans des conditions suffisamment favorables pour que les débats soient constructifs. Les questions posées dans le cadre de ces réunions publiques ne sont pas forcément intéressantes. Ces moments ne sont alors pas mis à profit pour écouter ce qu’ils ont à dire sur les sujets importants. On insiste notamment trop sur des recommandations de mise en place d’éco-geste, recommandations qui ont plus tendance à culpabiliser les citoyens. Je trouve qu’il y a des tendances fortes là dessus qui consistent à réduire le citoyen à un habitant sans lui donner le poids politique qu’il pourrait avoir.

3.2. Des politiques à la fois trop vastes et trop lacunaires.

Les Agendas 21 traitent de très nombreuses questions alors que, dans le même temps, de nombreux aspects sont omis. Sur ce point-là, il est intéressant de souligner que le TEDDIF (Réseau d’études sur le Développement Durable en Ile de France) a étudié le contenu de différents documents mis en place dans le cadre de politiques de développement durable. Il a notamment dégagé des thèmes émergeants, des thèmes sur lesquels les choses progressent et des thèmes qui ne sont pas traités. Les Agendas 21 et les Plans climat correspondent, la plupart du temps, et des listes d’action à la Prévert, à des catalogues de bonnes pratiques un peu copiées-collées.

De nombreux champs d’inaction sont également identifiés : l’adaptation dans les Plans climat, l’économie sociale et solidaire, etc. De plus, la culture sectorielle reste malheureusement omniprésente dans les plans climat.

Figure_22

Au regard de toutes ces critiques, il s’avère que ces outils ne renouvellent pas tant que cela les politiques classiques et se superposent surtout aux autres politiques.

3.3. Comment les suivre et les évaluer ?

Malgré de fortes incitations, les collectivités rencontrent beaucoup de difficultés à mettre en place le suivi et l’évaluation de ces politiques.

La Ville de Paris a mis en place les rapports d’activités « Bleus Climat » qui sont finalement assez lisibles, mais il s’agit avant tout de documents de communication sur les actions menées et non pas d’analyse permettant d’évaluer la progression par rapport aux objectifs fixés. De plus, la communication concernant la publication de ces rapports reste partielle, disparate et destinée à un public informé.

Les diagnostics concernant ces politiques sont soit, pour les Agendas 21, trop vaste et ne suivent pas une méthodologie prédéterminée, soit trop restrictif et estimatoire pour les Plans climat (Bilan carbone). La culture de l’évaluation est donc difficile à mettre en place, les ambitions et les actions trop rarement reliées et les outils d’évaluation soit trop lourd, soit trop simple.

Au final, il n’existe pas réellement d’observatoires locaux associés aux politiques de développement durable.

La capitalisation des savoirs faires en matière d’Agenda 21 et de Plan Climat n’est pas encore développée pour plusieurs raisons :

  • ces outils sont très récents,
  • ils se composent le plus souvent de multiples projets qu’il faut ensuite mettre en œuvre,
  • ils se déclinent à de nombreuses échelles et niveaux territoriaux,
  • les bilans réalisés sont très disparates,
  • les observatoires du Comité 21 et de l’ADEME sont très denses et leur mise à jour délicate.

3.4. Des outils qui doivent s’articuler avec d’autres outils et se concurrencent entre eux

Le Plan climat doit désormais s’articuler avec le Schéma Régionale du Climat, de l’Air et de l’Énergie (SRCAE). Cette obligation souligne, d’une part, l’importance d’intégrer la qualité de l’air dans les Plan climat et, d’autre part, la planification des énergies renouvelables, et notamment éoliennes. Il s’agit là d’apports importants.

Il est vrai que le SRCAE de la région Bourgogne est relativement difficile à lire. Sa lecture souligne qu’il n’existe pas réellement d’articulations entre ce document et le Plan climat, mais ce n’est pas non plus au SRCAE de s’adapter au Plan climat, mais l’inverse.

La loi Grenelle 2 a également mis en place un certain nombre de dispositif au sein du volet « Climat-énergie » obligeant une articulation entre les documents d’urbanisme (PLU, interPLU, SCoT et InterSCoT) et les Plans climat. Le PLU peut ainsi être utilisé comme le pendant réglementaire du Plan climat, mais leur articulation reste le plus souvent à construire. Lorsque cette articulation est effectivement construite, il s’agit le plus souvent d’une articulation relativement rhétorique. Le plan climat peut ainsi aborder les questions concernant les éco-quartiers et la ville en général sans qu’il y ait d’articulation entre les deux politiques qui sont, la plupart du temps, menées séparément.

Il s’avère que l’État délègue de plus en plus aux collectivités territoriales des obligations liées au développement durable et à la lutte contre le changement climatique, mais les échelles d’actions des collectivités ne sont pas réellement adaptées pour peser sur les objectifs identifiés en amont.

Des Agendas 21 concurrencés par les Plans climat

Ces outils ne visent pas forcément les mêmes objectifs qui se révèlent parfois contradictoires.

Les Plans climat sont conçus comme des politiques de développement durable mais ne peuvent être appliqués tels quels puisque, dès leur conception, ils manquent de transversalité et de participation citoyenne.

De plus, ces deux politiques ont souvent beaucoup de mal à coexister dans une même collectivité. L’une prend souvent le pas sur l’autre pour finalement l’intégrer.

Les Plans climat semblent finalement avantagés. D’une part, ils sont plus institutionnalisés que les Agendas 21, et donc rendu partiellement obligatoires, alors qu’ils sont pourtant moins matures. Et d’autre part, les PCET sont directement liés, depuis la loi Grenelle 2, aux outils réglementaires (PLU, SCoT…).

Travers des chiffres, actions peu pertinentes : un PCET plus critiquables que l’A21 ?

Même si les Plans climat peuvent paraître plus opérationnels que les Agendas 21, ils connaissent certains travers :

  • ils ont plutôt tendance à chiffrer pour chiffrer.
  • ils ne comprennent pas d’articulation entre le climat et l’énergie.
  • les actions menées et l’impact climatique connaissent un écart important. Pour exemple, les actions qui sont menées efficacement dans le cadre de PCET du Grand Chalon concernent le logement, mais ces actions ont peu d’impact sur les émissions de GES, ou dans tout les cas moins d’impacts que les déplacements.
  • la pertinence de ces politiques pose questions puiqu’elles se concentrent sur la lutte contre le carbone.
  • il n’y a pas de prise en compte sur l’incertitude concernant le changement climatique alors qu’il s’agit sûrement d’un sujet sur lequel la population souhaiterait débattre, notamment sur les effets régionaux des changements climatiques et sur le fait que les négociations internationales sont en pannes.
L’arrivée des TEPOS (Territoires à Énergies Positives) : un esprit différent ?

Les TEPOS (Territoires à Énergies Positives) existent depuis 2011. Nous ne disposons pas encore du recul nécessaire pour évaluer la pertinence et l’efficacité de ce nouveau dispositif. Mais en s’attardant sur le vocabulaire employé, il semblerait qu’il concerne avant tout les territoires ruraux et qu’il se concentre sur le thème de l’énergie en intégrant la notion de réseau.

De nombreux objectifs apparaissent nouveaux par rapport à ceux identifiés lors de la mise en place des PCET et des A21 :

  • les actions concrètes ;
  • la mobilisation de tous ;
  • l’interpellation des pouvoirs locaux, nationaux et européens ;
  • la subsidiarité active ;
  • la nécessité de couvrir les besoins énergétiques du territoire par des sources renouvelables locales.

Toutes ces nouveautés répondent effectivement aux lacunes des Plans climat.

Figure_23

Les TEPOS sont regroupés au sein d’un réseau européen, également animés par un réseau français, dont les objectifs sont : se connaître, se faire connaître, se reconnaître, se faire reconnaître, catalyser.

Actuellement, 40 territoires sont concernés par ce réseau qui manque tout de même d’une définition claire et explicitée.

En Bourgogne, un appel à candidatures pour intégrer ce réseau ciblait clairement des communautés de communes rurales puisqu’il ne fallait notamment pas dépasser un seuil d’habitants.

Ce nouveau dispositif permet ainsi de répondre à la difficulté, pour des territoires ruraux, de mettre en place des outils aussi complexes que les Agendas 21 ou les PCET qui sont, pour leur part, obligatoires pour des collectivités de plus de 50 000 habitants.

Deux réseaux différents coexistent déjà en Bourgogne, celui des Agendas 21 et celui des Plans climat. Un troisième réseau, le réseau TEPOS, se met actuellement en place animé par l’ADEME et le Conseil Régional.

Nous disposons donc de trois outils aux mots d’ordre et aux cultures différentes. Ceci peut être considéré, d’un point de vue positif, comme une manière de s’orienter vers un rétrécissement du positionnement ou une opérationnalisation de la démarche. Mais nous pouvons également considérer cette superposition des politiques comme une nouvelle difficulté pour favoriser le bilan de chacune d’entre elles et l’adaptation locale des projets.

Figure_24

Conclusion : Comment améliorer la portée de ces politiques ?

A la question « dans quelle mesure ces politiques sont-elles susceptibles de guider les autres ? », des chefs de projet Agenda 21 m’ont répondu que cet outil n’avait pas réellement vocation à porter toutes les politiques de l’agglomération. Mais nous pouvons considérer au contraire, suite à cet exposé, que l’Agenda 21 est l’outil le plus à même de porter le projet du territoire des collectivités le mettant en place.

Enfin, il semblerait également que ces outils ne soient pas suffisamment territoriaux et territorialisés. L’une des pistes d’amélioration serait de favoriser l’implication des entreprises et des citoyens afin d’améliorer leur portée et d’ancrer davantage ces politiques dans leurs territoires et leurs milieux.

Les grands projets industriels en Inde : Quels enjeux locaux ?

Jeudi 19 mars 2015

Roxane de Flore – Lab’Urba – Institut Français d’Urbanisme / Université Paris-Est Marne-la-Vallée

16h00 à 18h00 – Salle de réunion 139 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

Avec l’ouverture aux investissements étrangers, les programmes résidentiels haut de gamme, le développement concomitant de mégaprojets d’infrastructures, un nouveau modèle de développement s’impose à la lisière des grandes métropoles du Sud. L’Inde en fait partie et ces projets sont symbole d’un développement global et de croissance économique (8% de 2003 à 2011, Le Monde, 2014).

Dans les faits, ces projets font l’objet de conflits et sont controversés car ils provoquent le déplacement d’habitants et la destruction de leurs moyens de subsistance. Ces conflits maintiennent l’attention de l’opinion publique, mais ils ne devraient pas constituer des œillères pour l’analyste. Pour comprendre le conflit, l’analyse des relations d’acteurs dans le détail est essentielle. Ce qui conduit la réalisation effective ou l’abandon des projets n’est pas la simple acceptation des populations ou l’autorité affirmée des Etats. Il existe une multitude de causes, d’hétérogénéités qu’il faut analyser pour comprendre dans quelle mesure ces développements peuvent s’implanter de façon durable, autrement dit en tenant compte des enjeux sociaux et politiques locaux.
Comment ces projets s’implantent-ils et dans quelle mesure les forces locales s’approprient-elles ces vecteurs de développement ?

L’objectif de la séance consistera à décrire l’action locale en relatant les différentes étapes du processus de montage opérationnel à travers le récit d’habitants. Il sera question d’interroger les pratiques d’acteurs existantes, leurs anticipations et les dynamiques qui émergent suite à ces implantations. L’objectif de la séance sera d’interroger la mise en œuvre des politiques publiques d’aménagement à large échelle trop souvent analysées dans leur globalité. Au-delà des cadres règlementaires et des intentions publiques, en quoi l’analyse micro permet-elle de rendre compte d’un certain nombre de variables assurant la recomposition de ces politiques ? Il s’agira d’observer l’aménagement du point de vue des localités concernées.

Roxane de Flore est ATER à l’IATEUR (Université de Reims Champagne-Ardenne). Elle étudie l’implantation des grands projets en Inde dans le cadre d’une thèse en urbanisme dirigé par le Lab’Urba, l’Institut Français de Pondichéry, soutenue par le Conseil régional de La Réunion. Ses travaux portent sur les stratégies d’acteurs locaux dans le cadre des transactions foncières conduisant aux projets industriels de la région de Chennai (Tamil Nadu, Inde).

 

 

La participation à ces journées de séminaire est libre et gratuite.

Merci d’indiquer votre présence par mail à labo-habiter@univ-reims.fr

 

 
 

Les inégalités environnementales : quels enjeux pour la recherche et l’action publique ?

Jeudi 5 février 2015

Julie Gobert – CREIDD, UTT – Chercheure associée au Lab’Urba

16h00 à 18h00 – Salle de réunion 140 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

La thématique de la justice environnementale fait florès aux Etats-Unis depuis une trentaine d’années, après avoir émergé au travers du travail conjoint entre des associations, des communautés et des chercheurs activistes.

Les inégalités environnementales constituent une problématique émergente dans le contexte français. Après quelques hésitations terminologiques (environnementales vs. écologiques) (Chaumel, La Branche, 2008 ; Emelianoff, 2006), les chercheurs s’approprient peu à peu la question. Cette problématique devient de plus en plus prégnante en France dans les recherches en géographie, en urbanisme (droit à la ville, droit à un environnement sain, droit aux transports…), en santé publique… Cependant, bien que différents programmes de recherche aient été financés par le CNRS ou le ministère dédié au développement durable pour définir, observer et objectiver de possibles situations d’inégalités environnementales dans le contexte français, cela n’engendre pas de réel débat public et de transformation en problème social à même d’être traité par la puissance publique. Les pouvoirs publics s’emparent de la question de manière sectorielle et fragmentée, au travers notamment de la précarité énergétique ou de la santé environnementale. Il semble que l’écueil principal à une appropriation des enjeux par la société se situe dans la capacité à définir ce que sont les inégalités environnementale et à réfléchir à l’échelle pertinente pour les étudier et pour potentiellement les traiter.

La typologie des inégalités environnementales élaborée par Walker en 2003 qui distingue :

  • l’exposition à un impact environnemental (distribution des coûts environnementaux) comme la pollution de l’air, le risque d’inondations, etc.
  • l’accès aux ressources/aménités environnementales (distribution des bénéfices et aménités environnementales).
  • la capacité à influencer les décisions affectant l’environnement : implication de la communauté/du citoyen dans le processus de prise de décision, éducation et pédagogie, transparence…
  • la justice à l’égard de l’environnement (distribution des coûts et des bénéfices entre les usagers anthropiques et écologiques).

semble pertinente mais elle passe sous silence une forme d’inégalités environnementales : les effets différenciés et potentiellement sources d’inégalités des politiques environnementales en fonction des populations à qui elles s’adressent et s’imposent. En outre, elle tait ce qui est lié aux représentations, or la justice n’est pas un donné abstrait et général mais une construction sociale qui se nourrit de valeurs, de perceptions collectives et individuelles du juste dans un contexte et une époque données (Walser, 1983 ; Dobson, 1998).

Au travers de la présentation d’une recherche que nous avons menée sur les conséquences sociales d’une mesure environnementale (mise en place des Zones d’actions prioritaires pour l’air), nous exposerons les apories de la recherche sur la question des inégalités environnementales et les potentielles pistes de recherche dans le domaine de l’aménagement de l’espace et des politiques publiques.

 

 

Espaces publics et développement durable. Retour sur deux expériences de recherche

Antoine Fleury – Géographe, chargé de recherche au CNRS – Geographie-Cités (UMR 8504) – Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris Diderot

Session du jeudi 4 décembre 2014

Diaporama

Fleury-Espaces-publics-et-développement-durable

Résumé de l’intervention

Au cours des deux dernières décennies, les villes européennes ont mis en œuvre des politiques ambitieuses dans le domaine des espaces publics, tant en termes d’aménagement que de gestion et d’animation. L’objectif d’améliorer l’environnement urbain, que ce soit pour changer les modes de déplacement ou revaloriser le cadre de vie, n’a cessé de prendre de l’importance dans ces politiques, si bien que les espaces publics semblent être devenus aujourd’hui l’un des éléments-clés des politiques de développement durable au niveau local. De quelle manière la référence à l’environnement a-t-elle transformé les modes d’aménagement et de gestion des espaces publics, aussi bien que leur gouvernance ? Dans quelle mesure l’action sur les espaces publics peut-elle contribuer à la durabilité des espaces urbains plus généralement ? Pour répondre à ces questions, cette intervention s’appuiera en les confrontant sur deux expériences de recherche : l’une portant sur les espaces publics situés au cœur des métropoles, l’autre sur ceux de leurs franges métropolitaines, principalement dans la métropole parisienne et sur ses franges. Il s’agira d’une part de montrer comment, dans une perspective de développement durable, les politiques d’espaces publics tentent aujourd’hui d’organiser la densité et la diversité propres aux espaces publics des centres urbains, tout en promouvant l’écologie urbaine et les démarches participatives ; d’autre part d’attirer l’attention sur les espaces publics périurbains et sur leur potentiel en termes de durabilité, dont la prise en compte par les politiques publiques ne fait que s’ébaucher. La confrontation de ces deux types d’espaces publics invite à repenser la catégorie même d’espace public et à imaginer des politiques d’aménagement et de gestion adaptées aux différents contextes mais qui peuvent aussi s’enrichir mutuellement. Dans les deux cas, la réflexion doit cependant aussi intégrer les enjeux voire les effets sociaux de l’action publique et ce faisant envisager la question de l’accessibilité aux espaces publics, même si celle-ci ne se pose évidemment pas de la même manière dans les deux types de contextes.

Présentation de l’intervenant

Antoine Fleury est géographe et chargé de recherche au CNRS (UMR Géographie-cités). Ses recherches portent sur les espaces publics urbains et périurbains, ainsi que sur les recompositions des espaces métropolitains, en particulier au prisme de la composition sociale, du commerce et des mobilités.

Page perso : http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article114

Bibliographie indicative

Desjardins X., Fleury A., 2014, « Les espaces publics dans les territoires de densités intermédiaires : conceptions, usages et potentialités », Revue géographique de l’Est, à paraître.
Fleury A., 2007, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines. Réflexions au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul, thèse de doctorat en géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 685 p.
Fleury A., 2009, « Espaces publics et environnement dans les politiques urbaines à Paris et à Berlin », Annales de Géographie, n°669-9, p. 522-542.
Fleury A., Froment-Meurice M., 2014, « Embellir et dissuader : les politiques d’espaces publics à Paris », in Da Cunha A. et Guinand S. (dir.), 2014, Qualité urbaine, justice spatiale et projet, Lausanne, PPUR, p. 67-79.

 

La ville et ses empreintes environnementales

Jeudi 16 octobre 2014

Sabine Barles – Professeur, Geographie-Cités (UMR 8504) – Institut de géographie – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
16h à 18h – Salle de réunion 140 de la Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims – Campus Croix-Rouge)

Les villes dépendent largement de territoires, d’infrastructures et de milieux qui leurs sont extérieurs : leur métabolisme, en tant qu’ensemble des flux d’énergie et de matières qui permettent leur fonctionnement, est en grande partie externalisé et se traduit par l’existence d’aires d’approvisionnement et d’aires d’émission plus ou moins vastes, éclatées et lointaines. Par conséquent, les impacts environnementaux des villes sont aussi bien locaux que différés dans l’espace – bien que l’essentiel des politiques environnementales soient dédié aux premiers.
Ce constat fait, il est important de pouvoir caractériser ces externalités urbaines. On verra qu’une ville est ainsi dotée d’un jeu d’empreintes, dont la profondeur, la localisation et l’étendue varient ; que ces externalités impliquent une forme d’urbanisation extra-urbaine et se traduisent dans certains cas par la création de dépendances, voire d’extraterritorialités, qui traduisent une forme d’appropriation des ressources (entendues au sens large).

Sabine Barles est professeur d’urbanisme-aménagement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur à l’UMR Géographie-Cités. Ses travaux de recherche portent sur l’écologie territoriale, le métabolisme urbain, l’histoire des techniques et de l’environnement urbains. Elle a notamment publié :

  • (avec P. Repellin et B. Duret) Comptabilité des flux de matières dans les régions et les départements. Guide méthodologique. La Défense : Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie – CGDD (coll. « Repères »), 2014. 114 p. (en ligne).
  • « L’écologie territoriale et les enjeux de la dématérialisation des sociétés : l’apport de l’analyse des flux de matières », Développement durable des territoires 5(1), 2014 (en ligne)
  • (avec G. Billen et J. Garnier) (dir.) Special issue « History of the urban environmental imprint », Regional Environmental Change 12(2), 2012 (en ligne)
  • L’invention des déchets urbains, France, 1790-1970. Seyssel : Champ Vallon (coll. « Milieux »), 2005.

 

 

L’agriculture biologique, un outil au service du développement durable des territoires ?

Jeudi 27 février 2014

Camille Hochedez – Maître de conférences en géographie – Université de Poitiers / EA RURALITES
 

L’agriculture biologique et les circuits courts se développent en Europe et sont de plus en plus encouragés par les politiques à différentes échelles. Perçus comme les garants d’un développement durable local, ils sont censés favoriser une agriculture locale, de proximité, de qualité, voire biologique. Pourtant, ce lien systématique entre agriculture biologique, circuits courts et développement durable ne va pas de soi et demande à être démontré.

Notre propos s’est focalisé sur la question de l’invention de nouvelles modalités d’action fondées à la fois sur des politiques publiques volontaristes et des initiatives locales, qui visent à une meilleure intégration des liens entre villes et agriculture. Cela répond à l’hypothèse politique soulevée dans le travail de thèse, qui tient à la place de l’agriculteur dans la cité. L’hypothèse à vérifier était celle de l’implication de l’agriculteur biologique dans les projets locaux de développement durable. Elle permettait d’analyser les mécanismes de gouvernance à l’œuvre dans la territorialisation du développement durable, c’est –à-dire dans le passage de l’injonction politique à son application à l’échelle locale. Cela permettait de comprendre comment s’intègrent les dynamiques urbaines et les dynamiques agricoles, et de savoir si les réseaux d’agriculteurs biologiques inventaient de nouvelles façons de lier systèmes agricoles et systèmes urbains, et de nouvelles façons de produire de la durabilité.

Le travail a été guidé par un parti-pris fort, qui a été de considérer le développement durable comme un résidu. La thèse était en effet de dire que le développement durable apparaît plus comme une somme d’actions individuelles que comme une finalité résultant d’actions coordonnées entre différents acteurs locaux. Autrement dit, le développement durable ne résulterait pas d’une co-construction volontaire ou d’une volonté politique, mais d’un croisement d’intérêts différents voire divergents. Par croisement, j’entends la rencontre, en certains nœuds, des initiatives d’en-bas avec les politiques, croisements qui se font à différents niveaux d’échelles.

La thèse et les hypothèses ont été testées dans la région du Grand Stockholm, qui permet d’explorer une série de malentendus liés à l’application du développement durable dans le contexte du modèle suédois. Ce terrain paraît d’autant plus pertinent que la Suède présente une forte proportion de SAU en mode de production biologique par rapport à ses voisins européens, et un marché du bio important. En 2010, la Suède arrivait en 2ème position au sein de l’UE derrière l’Autriche pour part de SAU certifiée bio (10,7% de sa SAU), et même 14,2% si on y ajoute la SAU en conversion. L’AB semble par ailleurs surtout développée à proximité des plus grandes agglomérations. La production est soutenue par un marché du bio développé et en croissance : les dépenses annuelles en produits alimentaires biologiques équivalaient à 76 €/habitant/an en 2009 (alors que la moyenne européenne était de 36,5 €/habitant/an). Pourtant, les réseaux de vente directe y sont encore peu développés comparativement à la France. Les modes de commercialisation du bio sont dominés par la grande distribution. Le terrain suédois est également intéressant en raison des politiques précoces de soutien au développement de l’AB, en particulier à travers la nouvelle politique alimentaire, Sverige-Det nya matlandet, financée par le programme de développement rural européen. Le choix d’un terrain métropolitain se justifie également par le fait que s’y inventent de nouvelles formes d’agriculture et de nouvelles formes de dialogues entre collectivités locales et agriculteurs. Le terrain métropolitain, dans sa dimension politique, a été exploré en zoomant sur trois communes plus ou moins proches de Stockholm : Huddinge, Södertälje et Enköping, pour étudier plus spécifiquement la place des agriculteurs biologiques et des réseaux de vente directe dans les projets de territoire à l’échelle locale. L’action alimentaire communale a été confrontée aux pratiques des acteurs privés (agriculteurs biologiques, chefs cuisiniers dans les cantines scolaires). Il s’agissait d’interroger la place des différents acteurs dans la mise en place de politiques alimentaires locales, vues comme un moyen de parvenir à un processus de développement durable par les communes.

 

Trois idées sont ressorties de l’analyse :

  • le glissement d’une politique strictement agricole à une politique alimentaire. Cela traduit une instrumentalisation de l’AB et de l’agriculture en général par l’action publique au profit d’objectifs beaucoup plus pragmatiques de développement tout court (économique, attractivité démographique…). Cela traduit aussi une intégration de la question agro-alimentaire à des projets de territoire, dans le domaine de l’action publique. L’AB est effectivement vue comme un outil d’aménagement des villes ;
  • une faible réception des projets communaux de la part des agriculteurs. Ces derniers apparaissent en retrait alors qu’ils sont placés au cœur des projets dans le discours communal.
  • un consensus se dégage autour de la viabilité économique des exploitations et des cantines scolaires. En ce sens, le développement durable apparaît bien comme le fruit d’une rencontre imparfaite entre acteurs privés et action publique.

 

Le travail de terrain dans les 3 communes a révélé que malgré des leviers d’action formatés par l’organisation politique des communes, les outils à disposition de ces dernières sont loin d’être également mobilisés : aucune ne respecte le « modèle de la commune suédoise interventionniste ». Huddinge, commune de proche banlieue, présente la politique agricole et alimentaire la plus ambitieuse. Elle a explicitement choisi d’orienter son agriculture vers une production biologique, pour des raisons de protection de la nature. Elle s’est ainsi dotée d’un programme agricole et sylvicole dès 1994 qui prévoit des investissements de la commune sur les exploitations qu’elle détient en propriété, surtout pour améliorer leur viabilité économique et les équiper en vue d’une certification biologique. À Södertälje, commune industrielle de grande banlieue (40 km de Stockholm), l’action publique porte plutôt sur la mise en place d’une politique alimentaire communale, et non sur le soutien à l’activité agricole (pas d’action sur le foncier). Les projets alimentaires relèvent davantage d’initiatives privées autour des institutions biodynamiques présentes dans le district de Järna. L’action de la commune se concentre sur le volet « sensibilisation à l’alimentation ». Enfin, à Enköping, commune périurbaine distante de 80 km de la capitale, la politique agricole et alimentaire est inexistante et réduite à son simple volet gestionnaire.

3 déterminants ont été identifiés pour expliquer l’inégale conciliation entre mesures politiques innovantes et volonté entrepreneuriale individuelle des agriculteurs et des cantiniers :

  • les communes où le système de gouvernance alimentaire est le plus cohérent sont celles où il existe des leaders ayant une vision forte du rôle de l’alimentaire pour le développement durable de leur territoire, capables de fédérer les différents acteurs autour de projets répondant à cette vision ;
  • le parcours biographique, la personnalité et les convictions personnelles des leaders expliquent aussi les variations observées d’une commune à l’autre. Par exemple, les variations d’achats de produits bio dans les cantines scolaires s’expliquent par l’engagement différencié des chefs cuisiniers, dont certains sont capables de contrecarrer les impératifs budgétaires et le coût plus élevé des produits biologiques par leur capacité d’organisation : la préparation des repas à partir des matières brutes ainsi qu’une bonne planification des menus permettent de planifier les coûts à long terme et d’équilibrer le budget.
  • enfin, l’existence d’un projet global est la condition nécessaire pour réguler et coordonner les actions entre communes et acteurs privés. Un projet alimentaire fort sur un territoire cadre la coordination entre acteurs, en particulier par le biais des investissements publics et des moyens à disposition des acteurs privés pour réaliser ce projet. À l’échelle communale, l’existence d’une vision générale pour les espaces agricoles et l’alimentation peut ainsi justifier des investissements publics pour améliorer les performances des exploitations par exemples. À l’échelle de l’établissement scolaire, les achats de produits biologiques sont plus importants là où cette action s’intègre à un véritable projet d’établissement, et où elle est soutenue par le recteur et l’équipe pédagogique.

 

Au final se pose la question de la complémentarité ou de la concurrence des initiatives collectives ou individuelles émanant des agriculteurs avec la politique alimentaire menée par les municipalités. Il semble plutôt y avoir concurrence : l’action sur la partie productive des systèmes alimentaires locaux relève plus d’initiatives émanant de réseaux informels de coopération, de voisinage, de liens amicaux ou de réseaux de commercialisation, que d’injonctions politiques. En effet, malgré les efforts de certains territoires pour construire une gouvernance alimentaire participative, la commune apparaît pour les agriculteurs comme une institution contraignante et distante, les contacts étant de nature essentiellement gestionnaire. Les agriculteurs peinent à s’intégrer dans les circuits de décision politiques existants et comblent les vides des politiques locales, voire les concurrencent, par trois formes d’action : les réseaux de vente directe, les stratégies foncières élaborées par les fondations ou les associations privées, et les stratégies de partenariat professionnel entre agriculteurs sur la base du voisinage.

Cependant, un consensus semble se dégager autour de la viabilité de l’activité agricole ou alimentaire. Les acteurs privés sont plus réceptifs à certains dispositifs mis en place par les politiques publiques qu’à d’autres, s’ils leur permettent de réaliser certains de leurs intérêts individuels. Ces derniers semblent rejoindre les intérêts collectifs autour de la préservation du paysage, considéré comme bien commun. Par exemple, certaines communes ont instauré des dispositifs économiques incitant les exploitations à pratiquer des activités improductives et non-rentables, ou investissent pour améliorer leur viabilité économique, dans le but de préserver ce bien commun. Les agriculteurs s’accommodent du classement en périmètre protégé pour plusieurs raisons : cela permet de protéger les terres agricoles des constructions et de diminuer les nuisances grâce à la restriction du trafic automobile ; ils perçoivent aussi des indemnités en échange de certaines pratiques agricoles non-rentables pour eux, dans le seul but de satisfaire des objectifs paysagers publics. Ces pratiques vont du maintien de parcelles forestières attenantes à l’exploitation, à la pratique de l’élevage pour maintenir un paysage ouvert.

Ces dispositifs de préservation du paysage par l’agriculture servent en fait des intérêts plus pragmatiques pour chacun des acteurs, qui semblent bien loin du bien commun alimentaire, mais qui y contribuent malgré tout au final. Ce faisant, le jeu collectif des intérêts individuels conduit à l’intérêt général (Dardot et Laval, 2009) et, in fine, à la construction de systèmes alimentaires locaux plus durables. Du côté des communes, les dispositifs mis en place pour soutenir une alimentation et une agriculture durables traduisent une vision « paysagère » de la question alimentaire. La mission paysagère, imposée par la commune aux agriculteurs souvent aux dépens de toute rationalité économique, interroge d’ailleurs le métier d’agriculteur, qui semble avoir le statut d’« agriculteur-fonctionnaire » dans les communes les plus volontaristes. De leur côté, les agriculteurs profitent du discours communal sur le développement durable pour asseoir la viabilité de leur exploitation, en accueillant par exemple des personnes en réinsertion professionnelle sur leur exploitation dont le salaire est versé en partie par la municipalité et par la caisse d’assurance-chômage, sous couvert de participer à des objectifs sociaux (maintien de campagnes vivantes). Du côté des établissements scolaires enfin, l’approvisionnement alimentaire biologique masque des intérêts plus pragmatiques. Proposer une bonne alimentation est une vitrine pour l’école qui lui permet d’attirer des élèves dans un pays où la carte scolaire est très souple voire inexistante. L’alimentation biologique participe en grande partie d’une rhétorique sur le bien-être des élèves et sur la qualité de l’environnement scolaire. La politique alimentaire d’un établissement fait alors partir d’une stratégie d’individualisation et de différenciation au sein d’un système scolaire concurrentiel et privatisé.

 

L’intervention se conclut sur l’idée de la construction du développement durable par les malentendus. D’un côté, la constitution de l’alimentation et de l’agriculture en bien commun, par le biais de l’action publique, semble apparemment faire consensus pour les citoyens, les acteurs privés, les communes, à travers la reconnaissance du caractère multidimensionnel et multifonctionnel de l’alimentation des villes. Celle-ci est utilisée comme un levier d’action pour agir conjointement sur la protection des terres agricoles, sur la relocalisation des systèmes agro-alimentaires et sur les questions de justice sociale, d’éducation, de santé, de gestion de l’environnement… L’étude montre que la question alimentaire fait bouger les références en termes de gouvernance, notamment par une intervention accrue des collectivités locales, ce qui reflète une nouvelle « prise de compétence » des acteurs publics. Mais d’un autre côté, les actions collectives en matière d’alimentation masquent un décalage entre la vision de la question alimentaire par la commune, instrumentalisée à des fins d’attractivité économique et démographique, et la vision économique des acteurs privés, qui, paradoxalement, semblent en retrait des projets publics. Ces derniers se saisissent néanmoins de certains dispositifs (incitations économiques, investissements communaux, formations) pour satisfaire des intérêts individuels qui, au final, participent à la gestion et à la préservation du bien commun, sans que cela ne soit un objectif clairement énoncé ni recherché par eux.

 
 

Consulter la présentation

Présentation Hochedez - Agriculture biologique
 

Deux essais d’interprétation des approches critiques du développement durable

Jeudi 30 janvier 2014

Jérôme Boissonade – Architecte – Maître de Conférences en sociologie – Université du Littoral (ULCO) – UMR 7218 LAVUE

Pour Jérôme Boissonade, le développement durable semble être d’abord un instrument de gouvernement politique, économique et environnemental, à la fois critique vis-à-vis d’un développement irresponsable et en mesure de désamorcer une critique plus radicale.

L’intervenant présente tout d’abord deux hypothèses qui vont constituer le point de départ de sa réflexion sur les approches critiques du développement durable :

Première hypothèse : malgré son omniprésence, le volontarisme institutionnel qui porte le développement durable repose aujourd’hui sur une ambition de maîtrise des processus et une défiance vis-à-vis des populations qui va le rendre de plus en plus fragile. Pour confirmer sa légitimité, les acteurs qui le portent devront adopter une approche pragmatique à même de repérer et de réinterpréter les expériences des individus, les prises et les compétences éventuelles que les situations leur donnent pour répondre aux épreuves qu’ils rencontrent, par exemple l’inconfort provoqué par tel ou tel équipement technique.

Deuxième hypothèse : La reprise de ces expériences par les institutions, dans le but de formuler un nouveau récit – le “bâtiment BBC”, les “circulations douces”, etc. – renforcerait alors leur hégémonie. En revanche, l’appropriation critique de ces expériences par les individus ou les collectifs leur permettrait d’accroitre leur émancipation. Une telle approche pragmatique des concepts de développement et de ville durables, totalisants et performatifs, peut donc servir deux objectifs antagoniques. Ce mouvement de reprise des expériences, bien souvent impulsé par la critique peut en effet favoriser l’émancipation, mais aussi, paradoxalement, conduire à affuter le « cadre qui détermine aussi bien les orientations politiques légitimes que les justifications ordinaires »1 . Face à la critique, cette grammaire2 du développement durable peut alors s’actualiser et élaborer une nouvelle histoire pour se survivre à elle-même (« transition énergétique », « croissance verte », etc.).

Après une introduction au cours de laquelle il a présenté rapidement l’écoquartier Grand Large (Dunkerque), la première partie de la présentation a été consacrée à cet enjeu pragmatique de captation et d’interprétation des expériences, que se disputent les acteurs lorsqu’ils réalisent un travail critique ou au contraire défendent le développement durable. Pour travailler cette dispute, il s’est appuyé directement dans un premier temps, sur une sociologie de la justification3 qui interroge l’opposition entre grammaire4 et critique, ainsi que la dimension morale de cette opposition idéal-typique, même si, dans la pratique, ces pôles sont bien souvent mis en œuvre alternativement par les mêmes personnes.

Dans cette hypothèse, un accord conclu entre une grammaire du développement durable et ses critiques, conduisant par exemple à l’amélioration de dispositifs de concertation, constitue-t-il la fin d’un mouvement, un aboutissement de la critique ?

Pour avancer sur cette question, Jérôme Boissonade a adopté en deuxième partie une autre démarche qui part de deux postulats :

Premièrement, les entités mises en jeu par le développement durable paraissent incommensurables. Qu’il s’agisse de l’économique, du social et de l’environnemental ou de l’intime et du planétaire, etc., ces entités ne semblent pas pouvoir relever d’un simple principe de justice qui reposerait sur l’articulation, le compromis ou l’équilibre, entre des acteurs ou des actions, qui de fait, ne sont pas comparables5.

Deuxièmement, l’exercice de la critique représente semble-t-il un objectif légitime pour toute société démocratique. Le sens d’une approche sociologique des critiques du développement durable peut alors être précisé. Elle peut se fixer notamment pour objectif de produire des moyens descriptifs et interprétatifs, afin de donner des prises aux acteurs qui réalisent ce travail critique. C’est du moins le choix que nous adoptons ici.

Prendre au sérieux ces deux postulats implique de ne pas se satisfaire du travail réalisé dans la partie précédente reposant sur une sociologie morale en termes de justice, où l’accord représente une fin. L’intervenant s’est donc engagé dans une seconde approche pragmatique qui laisse une plus grande place aux forces qui traversent la mise en œuvre du développement durable en général et la ville durable en particulier. Cela a permis de mettre en évidence dans cette partie centrale pour son propos, les efforts déployés par la critique pour rendre plus symétriques des situations dominées par l’injonction au développement durable.

Les discussions qui ont suivi cet exposé ont notamment porté sur le fait que la seconde approche adoptée, prenant en compte les rapports de forces traversant le développement durable, permettait d’articuler les approches critiques qui critiquent le caractère dominant du développement sur la durabilité (conflit certifications AB / Nature et progrès, etc.) et celles dont le but est justement de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour sortir du développement durable (décroissance, etc.).

 

Notes

1. Thévenot L., Lafaye C., « Une justification écologique? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de Sociologie, 34 (4), 1993, p. 495-524, p.514.

2. « Une grammaire est ce qui permet aux membres d’une communauté de juger correctement, c’est-à-dire de lier correctement à des discontinuités survenant dans le monde (corps, objets, matériaux, gestes, paroles …) des descriptions et d’éprouver vis-à-vis de certaines de ces descriptions un sentiment d’évidence » (Lemieux Cyril (2009), Le devoir et la grâce, Paris, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », p.21-23).

3. Boltanski L., Thévenot L., De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

4. « Une grammaire est ce qui permet aux membres d’une communauté de juger correctement, c’est-à-dire de lier correctement à des discontinuités survenant dans le monde (corps, objets, matériaux, gestes, paroles …) des descriptions et d’éprouver vis-à-vis de certaines de ces descriptions un sentiment d’évidence » (Lemieux Cyril (2009), Le devoir et la grâce, Paris, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », p.21-23).

5. Nous remettons donc notamment en cause ici les entreprises de « commensurabilité forte » qui réduisent les valeurs en une simple unité monétaire.

Transport et développement durable dans une optique de développement local : la difficile conciliation

Sylvie Bazin (MCF, REGARDS, Laboratoire d’Économie et Gestion de Reims) & Marie Delaplace (Pr., Lab’Urba, Université de Paris-est Marne la Vallée)
Session 28 – Jeudi 14 novembre 2013

 

Les pratiques en matière de transport et les objectifs en matière de développement durable ne sont pas toujours conciliables tant du point de vue des aspects environnementaux, économiques ou sociaux. Des politiques de transport sont ainsi mises en oeuvre, visant à accroître leur compatibilité tant en matière de déplacement de personnes que de marchandises.

Les politiques visent le plus souvent un découplage relatif consistant à limiter les externalités négatives que constituent les nuisances liées au transport. Ces politiques sont ainsi orientées essentiellement vers la recherche d’un report modal et l’incitation des acteurs à modifier leurs pratiques, qu’il s’agisse de la mobilité des personnes ou des stratégies des entreprises en matière de transport de marchandises. Nous présentons tout d’abord le lien entre transport et développement durable, notamment en vue d’objectifs de développement local. Puis nous montrons, au travers de la volonté des acteurs publics locaux, d’utiliser le réseau à grande vitesse (transport de personnes) et les plates-formes multimodales (transport de marchandises) comme des outils de développement durable et de développement local, les limites que cela implique.

 

Consulter la présentation

Transport_developpementDurable

 

 

L’avenir de la croissance

Damien Demailly (IDDRI), coordinateur du New Prosperity Program
Session 27 – Jeudi 3 octobre 2013

 

La croissance économique est souvent présentée comme un déterminant fondamental de la prospérité d’un pays. Or, de nombreux pays industrialisés sont plongés depuis plusieurs décennies dans des situations de croissance faible et les perspectives d’avenir ne sont pas nécessairement réjouissantes. Nous passerons en revue trois défis pour leur croissance de long terme : leur « désindustrialisation » fait reposer les espoirs de croissance sur des services dont le potentiel de productivité est discutable ; la menace de la contrainte environnementale – des politiques climatiques à la raréfaction des ressources – plane toujours ; et pour certains, nous serions en panne d’innovation. Cette présentation ne prétend pas que les pays industrialisés sont condamnées à la stagnation ou pire, mais qu’il y a suffisamment de débats entre les économistes sur l’avenir de la croissance pour réfléchir à un plan B : comment créer des emplois, financer la protection sociale, l’éducation, comment réduire les inégalités, comment retrouver du progrès sans attendre le retour des 30 Glorieuses ? Il y a un manque de recherche académique sur ces questions, et un manque de considération au moins aussi important de la part des responsables politiques.

Consulter le rapport complet

Couv_rapport_post_croissance

 

 

Évaluer des projets d’écologie industrielle : des synergies au territoire

Marchant à contre-courant de l’idée d’effets nécessairement négatifs de l’industrie sur l’environnement, l’écologie industrielle cherche à rapprocher le fonctionnement des systèmes industriels de celui des écosystèmes naturels. Le principe peut s’appliquer à différentes échelles, allant des entreprises au territoire.
Cette contribution propose une méthode et des outils d’évaluation pour la mise en place et la pérennisation de projets d’écologie industrielle sur des territoires. La méthodologie proposée est transversale. La
transversalité porte d’abord sur le choix des indicateurs, en essayant de dépasser l’approche cloisonnée habituelle en trois dimensions (économique, sociale et environnementale). Elle propose ensuite des indicateurs micro-économiques (pour les entreprises) articulés à des indicateurs méso-économiques (pour les territoires). Enfin, elle explore la question des indicateurs dédiés à la gouvernance du projet. Un premier test des indicateurs est proposé sur le territoire dunkerquois.

Mots-clés :
Méthodologie d’évaluation, écologie industrielle et territoriale, indicateurs, développement durable.

Compte-rendu en cours de rédaction.

Weak versus strong sustainability : un clivage fort ou faible ?

Session 20 du jeudi 17 février 2011
Intervenant : Franck-Dominique Vivien (Maître de Conférence – Économie – Laboratoire « Organisations marchandes et institutions » – Université de Reims Champagne Ardenne)
Retranscription de l’intervention : Sébastien Piantoni (Ingénieur d’études – EA 2076 Habiter)

L’opposition entre modèle de « soutenabilité faible » et modèle de « soutenabilité forte » structure le débat économique relatif au développement soutenable depuis la fin des années 1980. Cette opposition repose pour l’essentiel sur les propriétés de substituabilité plus ou moins fortes que l’on prête au « capital naturel » relativement aux autres formes de capitaux. Du point de vue des stratégies de développement soutenable à mettre en œuvre, cette distinction débouche sur la reconnaissance, pour les uns, de l’importance du progrès technique et des politiques susceptibles de le dynamiser et, pour les autres, de l’importance du « capital naturel critique » et des politiques aptes à permettre sa transmission aux générations futures. Au premier abord, le clivage entre soutenabilité « faible » et soutenabilité « forte » apparaît donc crucial. Mais, tout bien considéré, l’est-il autant que cela ? Il convient de noter en effet que ce débat repose sur des propositions et des catégories analytiques relatives à des modèles macroéconomiques de croissance et des conceptions de l’innovation technique qui sont très abstraites. L’exploration du clivage entre soutenabilité « faible » et « forte » oblige ainsi à élaborer d’autres cadrages analytiques.

Quelques éléments de contexte

Le débat concernant l’opposition entre modèles de soutenabilité faible et de soutenabilité forte intervient en économie à partir de la fin des années 1980. Les économistes se sont appropriés très rapidement la notion de développement soutenable, en réponse au rapport Brundtland (CMED, 1987) et en vue de se préparer à la conférence de Rio de 1992. Il faut dire que ce débat relatif à la soutenabilité de la dynamique économique est déjà ancien (Vivien, 2010). En ce qui concerne la période contemporaine, nous pouvons le faire remonter au début des années 1970, au moment de la parution du premier rapport au Club de Rome, « The limits to growth » (les limites de la croissance) (Meadows et al., 1972). Commandé par le Club de Rome à des chercheurs du MIT, ce rapport, qui repose sur une logique systémique, propose, à travers un modèle du monde assez simpliste, un exercice de prospective à long terme. Tous les scénarios qui en résultent prévoient à plus ou moins long terme une dynamique mondiale qui s’écroule, soit par une augmentation trop importante de la population, soit par un manque de nourriture, soit encore à cause d’une pollution trop importante. Ce rapport interpelle très fortement les économistes, et notamment les théoriciens de la croissance.

Rappelons qu’en 1972, la croissance économique s’inscrit dans un phénomène contemporain, ce que nous appelons, en reprenant l’expression de Jean Fourastié, les « trente glorieuses ». Il s’agit d’une période de croissance extraordinaire par sa durée et les taux de croissance enregistrés. C’est dans ce contexte que les théoriciens de la croissance sont interpellés par la problématique environnementale qui est travaillée à cette époque par des chercheurs relativement marginaux dans la discipline économique. C’est le cas notamment de l’économie écologique naissante, à travers notamment les travaux d’Herman Daly [1972], qui constituent l’arrière-plan du premier rapport au Club de Rome. Ce débat n’est pas seulement un débat interne aux sciences économiques, il s’agit aussi d’un débat politique, le Club de Rome étant un think tank composé de décideurs, de personnalités de l’OCDE, de grands managers internationaux, etc. Dès 1972, les grands théoriciens de la croissance [Nordhaus, 1974 ; Solow, 1974] répondent au club de Rome à travers des publications très critiques. C’est à partir de cette période que les économistes de la croissance vont intégrer, petit à petit, la problématique environnementale dans leur modèle habituel. On trouve là l’origine du modèle de « soutenabilité faible ».

Le modèle de soutenabilité faible

La théorie économique standard, qui est l’économie dominante, propose un modèle pour répondre à l’enjeu de la soutenabilité que l’on désigne généralement comme le modèle de soutenabilité faible. L’enjeu du développement durable y est traduit par l’idée d’une non-décroissance d’un indicateur de bien-être individuel à travers le temps, d’une génération à l’autre. Il s’agit alors de ce que l’on peut considérer comme une contrainte minimale de soutenabilité (rien n’empêche, si cela est possible, d’augmenter le bien-être d’une génération à l’autre). Cet indicateur de bien-être individuel peut être soit un niveau de consommation individuelle, soit un niveau de revenu, soit ce que les économistes appellent un niveau d’utilité.

Le bien-être individuel dépend avant tout du niveau de consommation, autrement dit de la quantité de biens et de services qui permettent de répondre aux besoins des individus. Comment produit-on cette quantité de biens et de services ? Par ce que les économistes appellent des facteurs de production. Quels sont ces facteurs de production ? Traditionnellement, en économie, on reconnaît deux grands types de facteurs de production. Le premier est le facteur « travail » qui, le plus souvent, ne focalise pas une très grande attention, parce qu’il correspond à une ressource (humaine, en l’occurrence) qui se reproduit toute seule. Le second facteur de production est le capital qui intéresse beaucoup plus les économistes, au point où, depuis longtemps, ils en ont fait l’élément central de l’accumulation des richesses. C’est dans cette perspective que l’on peut considérer la problématique de la soutenabilité en économie : il faut absolument qu’un stock de capital puisse perdurer à travers le temps pour permettre la création d’une quantité suffisante de biens et de services et maintenir un certain niveau de bien-être d’une génération à l’autre. La question – nous allons le voir – est de savoir de quoi doit être fait ce stock de capital.

Depuis le débat suscité par le premier rapport au Club de Rome, le capital est un concept qui n’est plus monolithique. Les économistes standards raisonnent à l’aide de plusieurs types de capitaux. Une distinction a notamment été introduite entre le « capital créé par les hommes » (« man-made capital ») et le « capital naturel ». Il faut entendre par là le capital offert par la nature : les ressources naturelles, les matières premières, le fait que nous puissions respirer sans avoir à payer, etc. Les conditions d’habitabilité de la terre, même si elles se dégradent, font partie du capital « naturel ». Ce « capital naturel » est reconnu comme une importante source de bien-être. Il y a, à côté de celui-ci, le capital créé par les hommes qui correspond au capital technique (machine, équipement, infrastructures…) et au capital humain, notion qui apparaît dans les années 1960 avec l’idée que lorsque les hommes se forment, ils acquièrent un capital, ils investissent en eux-mêmes en quelque sorte. Ceci étant posé, l’hypothèse que retient l’économie standard est qu’il est possible de remplacer certaines formes de capital par d’autres. Les générations futures pourront se passer de « capital naturel » si nous leur léguons davantage d’autres formes de capitaux.

Si je résume la contrainte, l’hypothèse de soutenabilité faible est que nous allons maintenir un niveau de bien-être individuel à travers le temps. Pour ce faire, il faut assurer une production de biens et de services à travers les générations. Pour produire ces biens et services, il faut veiller sur le facteur de production « capital », il faut donc un stock de capital qui soit maintenu intact à travers le temps et transmis d’une génération à l’autre. Mais, à l’intérieur de ce stock de capital, nous pouvons opérer des substitutions. On se doit donc de léguer aux générations futures le même stock de capital dont nous disposons aujourd’hui, elles auront certes moins de « capital naturel » que ce que nous avons actuellement, mais en contrepartie nous leur donnerons plus de « capital humain » et de capital technique.

Ce modèle de soutenabilité faible est une sorte de pari. Ses contraintes ne sont pas très fortes même s’il existe des contraintes liées au capital : il faut continuer à épargner de manière suffisante, il faut continuer à investir pour créer du capital. Le modèle de soutenabilité faible s’inscrit ainsi dans la droite ligne de ce qu’ont toujours prôné les économistes classiques depuis qu’existe l’économie politique. Quelques éléments du « capital naturel » sont tout de même considérés comme irremplaçables. Il en va ainsi, par exemple, selon Robert Solow [1992], des parcs de Yellowstone et de Yosemite. Mais, pour le reste, il n’existe pas de contrainte forte en termes de conservation de ressource. Depuis les années 1970, les économistes standards souligne qu’il n’existe pas de véritables contraintes d’un point de vue énergétique et matériel, si ce n’est la question du changement climatique [Nordhaus, 1974] qui, avec le temps, a fini tout de même par peser sur les débats. Mais, même de ce point de vue, des théoriciens néoclassiques du changement climatique affirment que les générations futures seront beaucoup plus riches que les générations présentes [Godard ; Vivien, 2009]. Et donc que les premières auront plus de moyens que les secondes pour prendre des mesures adéquates.

Ce modèle de soutenabilité faible repose sur un certain nombre d’hypothèses. La première est celle d’un progrès technique qui permettra cette prise de relais du capital créé par les hommes. Cette idée, posée quasiment ex-nihilo, est extrêmement forte et relativement ancienne dans la théorisation standard puisqu’elle date des années 1970. Selon ce postulat, nous arriverons toujours à trouver une technique qui nous permettra de prendre le relais du capital naturel perdu. Quelles techniques et de quelle manière ? Rien de précis n’est dit là-dessus…

Une deuxième hypothèse concerne le régime d’investissement et l’épargne. Conformément à l’hypothèse précédente, il faut investir dans la science et la technologie pour trouver les techniques nécessaires aux prises de relais. Il y a donc l’hypothèse de la réalisation d’un « bon » investissement, i.e. d’une épargne investie dans les domaines où nous trouverons les solutions technologiques d’avenir. Plusieurs solutions sont proposées pour orienter l’investissement. Soit l’État se charge de cette tâche. Comme vous le savez, les scientifiques cherchent des solutions sans être certains d’arriver aux résultats escomptés. La recherche apparaît donc comme un investissement relativement aléatoire. C’est pourquoi l’acteur public, qui collecte des impôts et dispose donc de fonds relativement importants, finance ces recherches. Dans ce cas-là, l’État est l’acteur central pour assurer ce régime d’investissement. On peut aussi faire jouer ce rôle de collecteur d’épargne à des fonds d’investissement dévolus spécifiquement au financement de la R&D.

La troisième hypothèse porte sur ce que les économistes appellent la préférence des individus. Cette idée que nous pouvons substituer le capital naturel par d’autres formes de capital sous-entend que, du point de vue des consommateurs, il n’y a pas de contraintes en termes de goût. Selon l’économie standard, ce qui doit être considéré du point de vue du bien-être de l’individu, conçu ici comme un être rationnel, comme un homo economicus, c’est son niveau d’utilité. Les éventuelles pertes d’utilité liées à une moindre consommation de « capital naturel » doivent être compensées par davantage de revenu et/ou par des gains d’utilité du fait de la consommation d’autres types de biens (il n’y a pas de préférences lexicographiques, disent aussi les économistes).

Il existe une dernière contrainte qui ne se retrouve pas dans les modèles de croissance mais qui est très présente dans le raisonnement des théoriciens standards, le mécanisme des prix. En effet, les modèles de croissance sont des modèles de planification. Un acteur central décide de l’allocation des ressources d’une génération à l’autre. C’est ce planificateur bienveillant qui juge de la quantité d’épargne à investir. Les économistes standards nous expliquent cependant que la prise de relais entre le capital naturel, qui peut disparaître, et le capital humain et technique, peut être assurée par les mécanismes des prix. Quand le pétrole va se raréfier, il va devenir de plus en plus cher. S’il devient de plus en plus cher, les consommateurs le consommeront de moins en moins. Les offreurs exploiteront du pétrole de plus en plus coûteux ou chercheront des alternatives techniques. Les évolutions socio-économiques se fondent ainsi essentiellement sur la variation des prix, qui sont des indicateurs de rareté et des informations qui entrent dans les calculs des individus rationnels.

Le modèle de soutenabilité forte

Face au modèle de soutenabilité faible, le modèle de soutenabilité forte est proposé par le courant de l’économie écologique (ecological economics). Ce courant de pensée, constitué autour d’une société savante (l’International Society for Ecological Economics), s’est institutionnalisé à la fin des années 1980 [Costanza, 1989]. Un des premiers moments d’affirmation de l’existence, dans le domaine académique, de la jeune société internationale d’économie écologique correspond précisément à l’apparition du clivage soutenabilité faible/soutenabilité forte [Costanza, 1991].

Cette économie écologique comprend deux communautés de chercheurs qui essaient de se rapprocher, voire qui ont pour projet de créer une nouvelle discipline. L’économie écologique regroupe, d’une part, des écologues, essentiellement des chercheurs qui travaillent sur la notion d’écosystème et les systèmes complexes (systèmes naturels, systèmes anthropisés, voire systèmes totalement artificialisés) en les étudiant d’un point de vue matériel et énergétique. On est ici en présence d’une écologie systémique, très matérialiste. Cette communauté ne sait pas très bien comment intégrer les activités humaines dans ses modélisations : dans les écosystèmes, voire dans l’écologie d’une manière générale, l’homme est généralement considéré comme un perturbateur, comme un « facteur de forçage », comme disent les collègues naturalistes. L’économie écologique regroupe, d’autre part, des économistes qui s’intéressent au soubassement biophysique de la production des richesses. Qui dit économie dit transformation du monde matériel (matière, énergie) en vue de la création de biens et de services, mais aussi production d’éléments indésirables (déchets, pollution…).

Les écologues sont donc à la recherche d’une représentation du monde élargie à travers la prise en compte des processus économiques. Les économistes font le chemin inverse : ils connaissent les systèmes économiques, mais ils se rendent bien compte que ceux-ci sont insérés dans la Biosphère, ce qui nécessite de se rapprocher des écologues. Les travaux pionniers de cette visée transdisciplinaire datent des années 1960-1970, mais c’est à partir des années 1980 que ce courant va réellement s’institutionnaliser à travers une société savante et une revue, Ecological Economics, qui publie son premier numéro en 1989.

Au sein de l’Ecological Economics, la situation est en fait plus contrastée qu’il n’y paraît. Nous y retrouvons des économistes appartenant à différents courants de pensée, à savoir des économistes très proches de l’économie standard, mais également des économistes s’inscrivant dans des paradigmes très hétérodoxes, certains étant même considérés comme hérétiques. Les économistes qui appartiennent à l’Ecole de Londres (Pearce et al., 1989) entendent s’y positionner par rapport à l’économie standard. Pour ce faire, ils usent de conceptualisations et de formalismes qui interpellent les économistes standards et qui, en même temps, les ouvrent sur des perspectives doctrinales hétérodoxes. L’Ecole de Londres entend ainsi jouer un rôle d’intermédiation entre les différents courants de pensée économique présents au sein de l’Ecological Economics. C’est dans cette optique que s’élabore l’opposition entre modèles de soutenabilité faible et forte.

La grande différence entre le modèle de soutenabilité faible et le modèle de soutenabilité forte se situe dans le traitement de la notion de capital naturel. Le capital naturel est considéré par certains économistes de l’économie écologique comme une contrainte véritable, avec l’idée que la question environnementale bouleverse l’analyse économique (Daly, 1990). Ainsi, selon les économistes écologiques, la question de l’environnement montre que nous atteignons une crise de civilisation. Il est donc nécessaire de repenser les outils et la théorie économiques. Au sein de ce courant, la notion de capital naturel se traduit par l’idée que nous ne pouvons pas la substituer aussi facilement que le prétendent les théoriciens néoclassiques. Ce capital naturel répond plutôt à une autre caractéristique bien connue des économistes que nous appelons la complémentarité entre les biens. Le capital naturel correspond à des éléments qui nous permettent de produire, lesquels sont complémentaires des autres moyens de production. Nous ne créons ni la matière ni l’énergie, mais les techniques, les infrastructures, les machines fonctionnent grâce à l’énergie et à la matière. Il existe donc une sorte de facteur de production primaire, dont nous ne pourrions nous passer. Pour insister sur cette hypothèse, on utilise souvent l’expression de « capital naturel critique ». La question primordiale revient à identifier des éléments du capital naturel critique qu’il va falloir transmettre aux générations futures. Des substitutions auront sûrement lieu, mais nous ne pouvons pas imaginer que nous allons pouvoir tout réinventer, tout remplacer.

Si nous traduisons cela en termes de contrainte de soutenabilité, l’idée est de transmettre un certain stock de capital naturel aux générations futures. Cette contrainte est beaucoup plus forte que celle qui prévaut dans le modèle de soutenabilité faible. Cette perspective de soutenabilité forte ouvre de nouveaux champs de recherche, aussi bien en termes de catégorisation concernant la vulnérabilité des ressources naturelles que des politiques spécifiques à mettre en œuvre et à évaluer dans ce domaine.

Notons cependant que le concept de capital naturel critique soulève de redoutables problèmes opérationnels. Quelle est la liste des capitaux naturels qu’il faut établir ? Les connaissances acquises dans un domaine – les ressources halieutiques, par exemple – n’aident guère à définir les contraintes dans un autre domaine – les changements climatiques, par exemple. Dans tous ces domaines, nous sommes confrontés à ce que l’on appelle des « univers controversés », des domaines où les connaissances sont généralement suffisantes pour apprécier le caractère crucial des évolutions en cours, mais sont insuffisantes pour définir avec précision les limites environnementales à ne pas dépasser. Cela ouvre des difficultés scientifiques, mais également politiques, l’interaction entre les enjeux scientifiques et les enjeux politiques pouvant donner lieu à des positionnements stratégiques. Cela rend aussi difficile la mise en place et le respect d’instruments de régulation.

Soutenabilité faible versus soutenabilité forte

Malgré cette opposition tranchée entre modèle de soutenabilité faible et modèle de soutenabilité forte, ce clivage est-il si important que cela ? Peut-être pas. Ce débat s’organise en effet autour de modèles macroéconomiques de croissance, qui reposent sur la représentation d’une économie comme un tout, grâce à une fonction de production macroéconomique. Dans cette optique, l’ensemble de la production des biens et des services est représentée grâce à une équation associant une quantité de capital (K) et une quantité de travail (L). Le niveau d’abstraction de ce genre de représentation est très grand. Les évolutions conceptuelles dont nous avons fait état précédemment se sont traduites par l’éclatement de la notion de capital (K) en un ensemble de capitaux (Kh pour le capital humain, Kn pour le capital naturel…) et par une réflexion sur les coefficients de substitution existant entre ceux-ci. Cette représentation très abstraite de l’économie n’est pas facilement traduisible en objectifs politiques – notamment parce que la question des indicateurs à retenir pour rendre compte du capital naturel est particulièrement complexe. Un autre problème épineux que pose cette représentation macroéconomique est celui de la coordination des agents. Les modèles de croissance, ainsi que nous l’avons dit, se présente comme des modèles de planification. En d’autres termes, on considère comme résolu le problème de la coordination des agents. Or, il existe journellement, au sein d’une économie, des centaines de milliers de décisions de production et de consommation. Comment faire pour que celles-ci aillent dans un sens de soutenabilité ? Les modèles en question n’apportent pas de réponse à cette question. Qui plus est, il n’y est pas véritablement question de capitalisme, de stratégies d’entreprise, de banques…

Finalement, le débat soutenabilité faible / soutenabilité forte s’organise essentiellement autour des croyances relatives au progrès technique. On y retrouve un clivage entre des « orthodoxes » et des « hétérodoxes » : il y a ceux qui croient que la technique va nous sauver et ceux qui sont sceptiques vis-à-vis de cette pensée. Il est évident que la question de l’innovation technique est un enjeu central dans cette problématique du développement soutenable. Il est donc nécessaire de nous interroger, d’une part, sur les solutions techniques que nous allons pouvoir trouver, et qui vont nous amener sur des trajectoires que l’on pourrait juger plus vertueuses que celles que l’on connaît aujourd’hui, mais également sur les problèmes sociaux et environnementaux que ces nouvelles techniques vont produire. Pour ce faire, il n’est pas possible de se limiter à une approche macroéconomique de l’innovation, il faut adopter un point de vue sectoriel, un point de vue méso-économique. Ainsi en va-t-il, par exemple, du programme sur la « chimie verte », sur lequel nous travaillons actuellement (Nieddu, Garnier & Bliard, 2010 ; Nieddu et Vivien, 2010 ; Nieddu et Vivien, 2012) au sein du laboratoire d’économie de l’Université de Reims, qui repose essentiellement sur l’étude des innovations et des trajectoires techniques que l’on peut observer dans ce domaine. Pour résumer la situation, la « chimie verte » – mais il faudrait plutôt parler d’une « chimie doublement verte » – doit répondre à la fois à un enjeu de respect de l’environnement et de normes de sécurité et à un enjeu d’exploitation du carbone renouvelable provenant de la biomasse. Ce programme de recherche vise à comprendre qui domine ce secteur, qui produit de la science et de l’innovation et comment les acteurs économiques essaient de piloter les trajectoires technologiques, afin que celles-ci soient soutenables de leur point de vue. Une fois que nous aurons une bonne compréhension de ces éléments, nous pourrons travailler à une montée en généralité, en vue d’aider à avoir une vision générale des dynamiques technologiques majeures qui se mettent en place aujourd’hui dans le cadre du développement soutenable, en confrontant nos connaissances avec celles produites par d’autres chercheurs dans d’autres secteurs économiques.

La notion de « capital naturel » est, comme nous l’avons vu, le concept autour duquel s’organise un des principaux débats en économie du développement durable. Si on le considère d’un point de vue anthropologique, le capital est quelque chose de précieux auquel on ne peut pas toucher. Dès lors, pour un économiste, parler de « capital naturel » signifie que certains objets qui relèvent de la nature sont précieux et doivent être gérés convenablement (nous ne sommes plus dans l’idée que la « nature » est inépuisable). Qui plus est, il existe une deuxième dimension importante au capital, c’est l’idée de l’amortissement, de l’épargne qui est nécessaire pour maintenir en état le stock de capital. Se référer à la notion de capital oblige ainsi à une réflexion sur les conditions de sa reproduction. Pour un économiste, parler de « capital naturel » revient donc à s’interroger sur ses conditions de reproduction dans le temps. Or, si ces deux aspects sont importants, une dimension cruciale de la problématique de la soutenabilité reste cependant dans l’ombre. C’est celle de la transmission d’un stock de ressources d’une génération à l’autre, ce qui nous amène à la notion de « patrimoine ». Même si capital et patrimoine sont parfois confondus, ils doivent être distingués (Barrère et al., 2005 ; Barthélemy et al., 2005). Pour reprendre une formule fameuse d’Yves Barel, le capital s’accumule, le patrimoine se transmet. De même, « capital naturel » et « patrimoine naturel » ne doivent pas être confondus (Vivien, 2005). C’est cet enjeu qui se pose aujourd’hui à l’humanité : comment arriver à « patrimonialiser » certains éléments naturels, qui sont essentiels du point de vue matériel et identitaire, pour la coévolution de la Biosphère et de l’humanité ?

Participants

  • Pauline Blanc – Géographie – Étudiant – L3 géographie
  • Annabel-Mauve Bonnefous – Gestion – Enseignant-chercheur – RMS
  • Manuel Boutet – Sociologie – Post-doc – CESAER (INRA – Agrosup)
  • Élodie Brulé – Gestion – MCF – OMI
  • Céline Burger – Géographie – Doctorante – UTT
  • Hélène Chapuis – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Marie Delaplace – Economie – Aménagement – MCF – OMI – HABITER
  • Sophie Deraëve – Aménagement – Doctorante – HABITER
  • Vincent Deredec – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Brigitte Dyvrande – Géographie – MCF – HABITER
  • Tristan Fuchs – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Nathalie Gal – Aménagement – Urbanisme – Doctorante – HABITER
  • Sophie Guignier – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Timothée Hubsher – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Arnaud Jacquinot – Géographie – Étudiant
  • Julie Laugeois – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Mathieu Lemeur Perron – Géographie – Étudiant – L3 géographie
  • Julien Majdi – Urbanisme – Étudiant – IATEUR
  • Sandra Mallet – Urbanisme – MCF – IATEUR – EA HABITER
  • François Mancebo – Urbanisme – PR – HABITER
  • Caroline Nauroy – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Sarah Nkouka – Urbanisme – Étudiante – IATEUR
  • Sébastien Piantoni – Géographie – IGE – HABITER
  • Isabelle Robert – Économie – Enseignant-chercheur – RMS

Bibliographie

BARRERE C., BARTHELEMY D., NIEDDU M., Vivien F.-D. (2005) « Au-delà du capital, le patrimoine ? », in Barrère C., Barthélemy D., Nieddu M., Vivien F.-D. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 7-21.

BARTHELEMY D., NIEDDU M., VIVIEN F.-D. (2005) « Economie patrimoniale, identité et marché », in Barrère C., Barthélemy D., et al. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 121-150.

CMED (1987) Notre avenir à tous, trad. fse, Québec, Ed. du fleuve, 1988.

COSTANZA R. (1989) « What is Ecological Economics ? », Ecological Economics, 1, pp. 1-7.

COSTANZA R. (ed.) (1991) Ecological Economics: The Science and Management of Sustainability, New York, Columbia University Press.

DALY H.E. (1972) « In Defense of a Steady-State Economy », American Journal of Agricultural Economics, 54, pp. 945-954.

DALY H.E. (1990) « Toward Some Operational Principles of Sustainable Development », Ecological Economics, 2, pp. 1-6.

GODARD O. (2007) « Le Rapport Stern sur l’économie du changement climatique était-il une manipulation grossière de la méthodologie économique ? », Revue d’économie politique, 117, 4, pp. 475-506.

NIEDDU M., VIVIEN F.-D. (2010) « Patrimoine, territoire, développement durable », in B. Zuindeau (éd.), Développement durable et territoire, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, pp. 133-142.

NIEDDU M., GARNIER E., BLIARD C. (2010) « L’émergence d’une chimie doublement verte », Revue d’économie industrielle, n°132, pp. 53-84.

NIEDDU M., Vivien F.-D. (2012) « La “chimie verte” : vers un ancrage sectoriel des questions de développement durable ? », Economie appliquée, à paraître.

NORDHAUS W.D. (1974) « Resources as a Constraint on Growth », American Econo¬mic Review, 64 (2), pp. 22-26.

MEADOWS D.H., MEADOWS D.L., Randers J., Behrens III W.W. (1972) Halte à la croissance ?, trad. fse, Fayard, Paris, 1972.

PEARCE D.W., MARKANDYA A., BARBIER E. (1989) Blueprint for a Green Economy, London, Earthscan.

SOLOW R.M. (1974) « The Economics of Resources or the Resources of Economics », American Economic Review, 64 (2), pp. 1-14.

SOLOW R.M. (1992) « An Almost Practical Step toward Sustainability », rééd. in W.E. Oates (ed.) The RFF Reader in Environmental and Resource Management, Washington D.C., Resources for the Future, 1999, pp. 263-272.

VIVIEN F.-D. (2010) « Les antécédents conceptuels du développement soutenable », in B. Zuindeau (éd.), Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 25-35.

VIVIEN F.-D. (2009) « Les modèles économiques de soutenabilité et le changement climatique », in « Les économistes peuvent-ils sauver la planète ? », Regards croisés sur l’économie, n°9, pp. 75-83.

VIVIEN F.-D. (2005) « Et la nature devint patrimoine… », in Barrère C., et al. (éds), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie : une nouvelle pensée du patrimoine ?, Paris, L’Harmattan, pp. 45-70.

Quels développements durables ?

Introduction : présentation des séminaires Babel (François Mancebo)

Le développement durable est devenu, au fil des années, un terme très galvaudé qui est utilisé à tort et à travers. Soit nous considérons qu’il ne faut pas aller plus loin dans la conceptualisation de cet objet scientifique, soit nous considérons que cette volonté d’atteindre un développement durable modifie de manière assez importante les modes de l’action publique, la perception de l’environnement par les sociétés, en bien et en mal, pour que cela commence à devenir relativement prégnant et nous incite à nous emparer du sujet pour apporter des réponses conceptuelles aux nombreuses interrogations découlant de cette notion floue.

Ce dernier constat, que je partage, souligne que nous sommes dans une grande schizophrénie. Nous parlons de concept alors qu’il n’existe actuellement pas de concepts avérés définissant clairement ce qu’est le développement durable. Un concept est une théorisation. Pour pouvoir théoriser quelques choses, il faut déjà construire des notions et les articuler. Nous rencontrons donc un problème dans le domaine du développement durable puisque les notions n’existent pas, nous pourrions même dire qu’il existe autant de notions que d’interlocuteurs.

L’idée des séminaires Babel est de réunir des personnes de disciplines différentes, appartenant autant aux sciences exactes qu’aux sciences humaines, afin de construire des notions, élément par élément, sur les questions touchant de près ou de loin le développement durable. L’idée est de construire un socle conceptuel sur lequel nous nous baserons pour tenter d’articuler toutes ces notions. Cette articulation ne sera peut-être pas possible. Nous en conclurons peut-être qu’une conceptualisation est illusoire. En effet, même si mon idée sur cette faisabilité est plutôt positive, il s’agit pour le moment d’un a priori sans qu’elle soit clairement fondée.

L’intérêt de l’opération, ce que nous avions réussi à constituer sur Grenoble et qui pourrait être constitué ici, même si cela sera plus difficile puisque nous sommes dans une université relativement éclatée sur différents sites, est de réunir un certain nombre de personnes qui soient motivées pour s’investir dans ce projet afin de former un groupe de recherche, au sens d’un réseau, qui construira collectivement ces notions et concepts.

La session d’aujourd’hui est la première. Les gens doivent s’organiser. J’ai eu des contacts de différentes personnes (enseignants-chercheur de l’URCA, médecins…) qui sont intéressées par cette démarche.

Comment va-t-on fonctionner ? Je mets du temps à entrer dans le sujet, mais je pense qu’il est important de revenir sur ces aspects méthodologiques. Une personne expose son point de vue sur une thématique liée au domaine du développement durable, puis un débat s’engage entre nous. L’idée est, qu’à l’issue de ce débat, un certain nombre de points ressortent sur lesquels nous sommes d’accord et que nous communiquions, par une mise en ligne, sur ces points-là. Il s’agit réellement de co-construction, d’une construction collective.

Intervention : Quels développements durables ?

Développements durables et problèmes structurels (François Mancebo)

Sur le développement durable, après un certain nombre d’années durant lesquels j’ai travaillé sur le sujet, un certain nombre de choses m’apparaissent comme des problèmes structurels. Lorsque nous menons des recherches, nous rencontrons parfois des verrous théoriques. L’objectif est alors de lever ces verrous afin de résoudre la question sous-jacente.

Nous rencontrons parfois des verrous structurels qui nécessitent de repenser complètement la théorie pour pouvoir les lever. Cela existe en sciences exactes par exemple. Lorsqu’il a été prouvé que la lumière a une vitesse constante quel que soit le milieu traversé, cela a posé toute une série de remises en question en physique classique. Une fois ce verrou levé par Einstein, il était nécessaire de revoir toute une série d’équations de la physique, ce qui est alors apparu comme une véritable révolution.

Concernant le développement durable, toutes proportions gardées, nous sommes également face à des problèmes structurels. J’en citerai d’ores et déjà trois. Cela ne signifie pas qu’il faut abandonner, cela signifie que ce sont des défis et que la vision que nous avons du développement durable pose quelques problèmes.

1. Une contradiction entre deux termes

La première contradiction que nous observons se retrouve dans de nombreux ouvrages dans lesquels elle n’est pas non plus abordée de manière très claire. Il s’agit d’une contradiction entre les termes « développement » et « durable ». Dans le terme français développement durable, ou dans le terme anglais originel « sustainable development« , l’idée de durabilité véhicule l’idée que les choses sont figées alors que le terme de développement souligne l’idée d’une modification structurelle importante. Dans ce cas-là, qu’est ce que le développement durable ? S’agit-il d’une révolution permanente ? L’idée de durabilité soulignerait ainsi que la structure change tout le temps. Cela reprend-il l’idée, soutenue par Valery Giscard D’Estaing lors de l’un de ces discours en 1974, du changement dans la continuité ? Je n’ai d’ailleurs jamais compris ce que cela signifiait.

Nous sommes donc bien dans une contradiction entre deux termes utilisés conjointement. Derrière cette question de terminologie qui paraît anodine, nous avons quelque chose de plus profond. Quand nous nous intéressons aux travaux sur le développement durable, nous nous apercevons que nous ne parlons pas vraiment de développement durable ; mais de croissance durable, ceci sans mener de réflexion sur le passage d’une dimension qualitative à une dimension quantitative. En fait, nous faisons plutôt abstraction de tout cela, pour une raison structurelle extrêmement simple.

Le développement durable est la réponse du berger à la bergère face aux politiques de l’environnement. Pourquoi est-ce que la commission de l’ONU mandate Gro Harlem Brundtland pour rédiger un rapport sur le développement durable ? Il s’agit d’une réponse face à la montée des mouvements environnementalistes dans les années 60 – 70 et 80, qui font une critique de l’Establishment assez radicale et qui commence à prendre beaucoup d’importance. La lettre de mission de la commission est extrêmement claire. Il s’agit d’identifier les moyens de prendre en compte les problèmes environnementaux tout en préservant les modes de production et les modes de vie de nos sociétés. Il s’agit donc clairement d’une croissance durable. A partir de là, nous baignons dans une contradiction permanente.

Je n’ai pas de réponse. Je me pose la question, et la réponse n’est pas simple. Nous sommes dans une espèce de problème structurel reposant sur une contradiction que le développement durable n’arrive pas à dépasser. Je pense notamment que la théorie de la décroissance n’est pas une réponse à ce verrou, puisque ce serait remplacer la peste par le choléra en donnant une réponse radicalement opposée mais dans les mêmes termes. Cela pose de vrais problèmes.

2. La contradiction entre le global et le local

La deuxième contradiction se trouve dans les termes eux-mêmes. Il y a une espèce de slogan qui est de plus en plus difficile à comprendre. Selon ce slogan, il faut « penser globalement et agir localement ». Toutes les personnes qui ont mis en place des politiques territoriales, et il y en a tout de même beaucoup ici, se sont assez rapidement rendu compte (ex : Agendas 21) qu’entre l’intention rationnelle structurelle tout à fait structurée dans laquelle nous sommes pétris de bonnes intentions et la réalité du terrain, avec les égoïsmes, les rumeurs, les intérêts personnels, les enjeux politiques, les conflits d’intérêts, les groupements de propriétaire opposés à tel ou tel projet, il y a un abîme. En règle générale, l’Agenda 21 local devient uniquement un outil cosmétique permettant de masquer le manque de politique environnementale. Il s’agit dans ce cas d’une sorte de produit publicitaire.

Sans être géographe, la question d’échelle me semble primordiale pour répondre à ce problème. On nous affirme il existe un niveau local et un niveau global. J’ai tendance à dire qu’il n’existe pas de local et de global, que tout est relatif puisque qualifié à partir du point de vue sur lequel nous nous plaçons. Selon cette situation, les interactions entre les individus à l’échelle globale ne sont pas interprétées de la même manière.

En se situant d’un point de vue global, les interactions peuvent être qualifiées comme des interactions rationnelles. Les métriques et les distances seront faciles à étalonner, soit en temps, soit en argent, soit en distance euclidienne (distance kilométrique classique). Je vais donc pouvoir développer des raisonnements, des agendas 21 qui rationnellement, selon la rationalité limitée des différents acteurs, va leur permettre d’agir de manière intelligente et optimale.

En se positionnant d’un point de vue local, les interactions ne sont plus les mêmes. Nous ne sommes plus dans ces interactions simples et rationnelles, nous sommes dans de la co-spatialité, avec des interactions fortes et non pas rationnelles simples. Si nous voulons appliquer un agenda 21 à l’échelle locale en ayant l’impression que nous pourrons, de manière rationnelle, décliner un certain nombre de règles et qu’elles pourront s’appliquer, nous nous trompons. Tout l’enjeu est de savoir comment nous pourrons comprendre théoriquement ces interactions locales fortes.

Tout cela pour dire que tout endroit est, selon le point de vue à partir duquel nous nous plaçons, à la fois local et global.

3. L’inventaire des ressources

La troisième contradiction porte sur l’inventaire des ressources. Qu’est ce qu’une ressource ? De nombreuses personnes travaillent sur les ressources naturelles et les ressources construites. Je suis sûr que nombre d’entre vous travaille sur ce thème, mais nous n’allons pas entrer dans ce débat. A chaque fois qu’un objet est présent dans un environnement, il ne constitue pas une ressource en soi. Tant que l’on ne sait pas utiliser le pétrole autrement que pour faire flotter des berceaux avec des bébés dedans, ou pour calfeutrer les navires, le pétrole n’est pas réellement considéré comme une ressource. Il faudra attendre qu’il y ait une certaine utilisation de ce pétrole pour que celui-ci devienne une ressource.

Lorsque nous construisons, dans le cadre des politiques patrimoniales, une ressource, elle n’est pas construite au hasard. Elle traduit un certain message politique et un certain message de la part de la société qui la construit. Ce n’est pas anodin. Ce n’est quasiment jamais explicité dans le développement durable. La société identifie des éléments naturels afin de construire des ressources. Ce processus est considéré comme allant de soi, et ce n’est pas un acte anodin.

Pour être encore plus percutant là-dessus, prenons le cas du Kenya où il n’est pas indifférent de privilégier la population Massaï, ou bien la faune sauvage pour les touristes, ou bien la culture de haricots verts. Je viens de définir trois ressources différentes. C’est une bonne chose de déclarer que nous allons préserver les ressources, mais selon quels critères définit-on les ressources qui doivent être préservées ?

Plus proche de nous, le cas des forêts est également intéressant. Comment gérer les forêts françaises ? Nous pourrions couper les arbres et nous en servir comme carburant de chauffage, comme bois d’ameublement. Nous pourrions aussi considérer que cette forêt est une option pour l’avenir et qu’elle pourra être utilisée comme réserve foncière qui permettra de desserrer la pression foncière ultérieure. Nous pourrions également considérer que cette forêt fait office d’aménités qui augmentera la valeur des maisons qui sont autour, et donc la conserver comme une ressource culturelle et comme un moyen pour la population de vivre dans un environnement agréable. Finalement, selon les décisions prises, il ne s’agit pas de la même ressource alors que c’est la même forêt. Quelle gestion privilégier dans le cadre d’un développement durable ? Si la forêt est coupée, elle ne pourra plus être utilisé comme parc. Si elle est laissée de côté comme réserve foncière, elle se transformera en friche. Si elle est utilisée comme parc, nous ne pourrons pas utiliser son bois. Ce choix dans l’utilisation des ressources, qui est un point trop peu abordé dans le cadre du développement durable, demande, à mon avis, à être largement fouillé.

Différentes variables pour identifier les types de développement durables

En travaillant sur ces contradictions, en essayant d’apporter des réponses, je me suis rendu compte qu’il existait différentes manières d’aborder le développement durable. Nous avons du mal à identifier ce qu’est le développement durable parce que, en fait, il existe plusieurs types de développement durable. Nous pouvons identifier des grands types de développement durable, à partir d’un certain nombre de variables, qui permettent partiellement de répondre aux trois questions précédentes : le mode de gouvernance, le type de durabilité et l’inventaire des ressources.

1. La question de la gouvernance

Dans le domaine du développement durable, il existe une injonction de « gouvernance ». En nous intéressant aux discours des différents acteurs, et notamment dans le cadre de la deuxième contradiction concernant le paradoxe entre le global et le local, nous nous apercevons que les interlocuteurs ne parlent absolument pas de la même chose. Nous avons une gouvernance plutôt participative, qui est souvent confondue avec une gouvernance locale, sur laquelle nos collègues économistes d’OMI pourront parler nettement mieux que moi, avec des processus de décision horizontaux… Mais il ne faut pas non plus oublier qu’il existe également une gouvernance normative qui est émise par des organisations telles le FMI ou l’Union Européenne. On en parle lorsqu’on parle de bonne gouvernance. Celle-ci vise à émettre un certain nombre de normes.

Dans le domaine du développement durable, il faudrait tout de même s’entendre sur ce que l’on fait. Une taxe carbone correspond à une gouvernance de type normatif, et non de type participatif. Ce qui sème la confusion dans le discours est que l’on mélange les deux. Je n’ai pas non plus de religion là-dessus.

Sur certains points, il est important de se saisir d’un problème et d’imposer volontairement un certain nombre de choses, quitte à ce qu’elles fassent débat après coup. Nous sommes donc dans une gouvernance de type normatif. Sur d’autres points, il est important de favoriser l’appropriation des problèmes et leur résolution en commun pour des raisons d’incertitude et autres, nous sommes alors plus dans une gouvernance participative. L’idéal serait de savoir dans quel type de gouvernance nous nous situons dans tel ou tel contexte, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Les principaux acteurs des politiques de développement durable oscillent couramment de l’un à l’autre au gré de leurs intérêts. Ils mettent en place une gouvernance participative lorsque cela les arrange et, à partir du moment où ils se rendent compte que cela ne fonctionne pas, ils imposent leur décision. C’est la meilleure manière de discréditer le système de décision et d’échouer dans la mise en place d’une politique cohérente.

Il existe donc au moins deux types de gouvernance, toutes deux aussi valables l’une que l’autre selon le contexte.

2. La question de la durabilité

En caricaturant à l’extrême, il existe deux types de durabilité, d’’un côté une durabilité dite faible et, d’un autre côté, une durabilité forte. A mon sens, le panachage des durabilités n’existe pas, même si certains pensent cela possible. Il existe une véritable cassure dans le référent théorique entre les deux.

Les tenants d’une durabilité faible soutiennent que nous pouvons remplacer du capital naturel par du capital construit. Même en utilisant des ressources rares, l’évolution de la société et des moyens techniques nous permettra de pérenniser cette ressource ou de la remplacer en cas d’épuisement. Les tenants d’une durabilité forte soutiennent, pour leur part, que les ressources naturelles sont absolument cruciales. Arrivé au delà d’un certain seuil, ces ressources seront irremplaçables. Nous ne réussirons jamais ni à nous adapter à l’épuisement de ces ressources, ni à remplacer ou à compenser ces ressources une fois épuisées.

Il n’existe pas de nuances entre ces deux conceptions. Soit on considère qu’on peut s’adapter en trouvant des ressources de substitution, soit on considère qu’on ne peut pas. Je n’ai pas d’avis tranché sur la question, les deux conceptions ayant du sens.

Prenons l’exemple des bocages qui, rappelons-le, sont apparus sans aucune préoccupation environnementale. La raison de leur création était liée, d’une part, à la nécessité de remplacer les forêts qui disparaissaient du fait de l’extension des cultures au moyen-âge afin de proposer du bois de chauffage à la population et, d’autre part, pour atténuer les conflits de voisinage entre les agriculteurs. Ainsi, nous disposons actuellement d’un paysage agricole très intéressant pour l’environnement puisqu’il permet de préserver la biodiversité des campagnes et protège les sols du ruissellement et de l’érosion. Bien que partant d’une situation critique, cette invention s’avère positive.

Dire que la durabilité faible est une espèce de cache-sexe à un libéralisme effréné est faux. Il existe des cas où cela fonctionne. A l’inverse, il est également indéniable que nous vivons dans un monde dans lequel les ressources sont limitées. Par conséquent, un certain nombre de cas évidents donnent du sens à une durabilité forte, notamment lorsque nous nous retrouvons dans un manque critique de ressources. Dans tous les cas, un arbitrage prenant en compte les caractéristiques locales est nécessaire. En mettant en place un développement durable sur une aire définie, qu’elle soit perçu localement ou non, il est nécessaire de s’interroger sur le type de durabilité à mettre en place. Nous ne traiterons pas les problèmes de la même manière dans le cadre d’une durabilité forte ou d’une durabilité faible.

3. L’inventaire des ressources

Revenons brièvement sur l’inventaire des ressources. Les ressources des sociétés évoluent en permanence selon les progrès techniques réalisées. Certaines ressources sont dites stratégiques puisqu’elles pourront être utilisées dans un avenir plus ou moins proches, d’autres ressources sont dites inutilisables pour différentes raisons (culturelles, techniques, sanitaires…) et d’autres ne sont pas encore connues. Définir un inventaire des ressources apparaît primordial.

Je pense que nous pouvons définir des types de développement durable à partir de ces trois variables. Nous pouvons donner une trajectoire cohérentes au développement durable sur un territoire donné à partir du moment où on peut répondre à ces trois questions : de quelle gouvernance s’agit-il ? De quel type de durabilité s’agit-il ? Quel est l’inventaire que j’ai fait des ressources disponibles ? En répondant à chacune de ces questions, une trajectoire se dessine.

Pour ceux que cela intéresse, un article publié dans Cybergéo (Des développements durables : Quel référentiel pour les politiques de développement durable en Europe ?) revient sur cette méthode en l’appliquant dans un certain nombre de pays européens.

Cyria Emelianoff a rédigé, pour sa part, un article très intéressant sur les agendas 21 (Les agendas 21 locaux : quels apports sous quelles latitudes ?), mais ce sujet est un peu plus large.

Débat :

Sébastien Piantoni

J’ai étudié le développement durable dans le cadre de mon mémoire de fin d’études. Au fil de mes lectures, la notion de développement durable était souvent liée au respect des trois piliers : les piliers économique, social et environnemental. Votre exposé n’a pas abordé cette notion et l’équilibre qui devrait être respecté entre ces trois piliers.

La plupart du temps, les projets dits durables concernent des projets prenant surtout en compte l’un des piliers, sans chercher à lier cela aux deux autres. Pour exemple, un séminaire portant sur les risques d’inondations a eut lieu ces derniers mois. Les risques d’inondations peuvent être abordés sous différents points de vue : économique pour les coûts que cela peut apporter, sociaux pour les problèmes que cela peut engendrer sur la vie de la population touchée ou bien environnementaux. L’une des interventions présentait un projet s’intéressant à la manière dont les entreprises pourraient prendre en compte ce risque écologique et l’anticiper, ce projet est donc clairement centré sur l’aspect économique sans s’intéresser aux deux autres piliers.

Je m’interroge sur un point. Ne pourrait-on pas chercher à équilibrer au maximum ces projets entre ces trois piliers, ce qui permettrait peut-être de pouvoir labelliser un projet « développement durable » afin que ce terme ne soit pas employé à tort et à travers ?

François Mancebo

Définir le développement durable à partir de ces trois piliers est une erreur. Ces trois piliers ont été construits après le développement durable afin de faciliter une interprétation plus aisée de cette notion. En science de la durabilité (Sustainability science), l’objet du développement durable correspond à un système complexe adaptatif. Par définition, un système complexe n’est pas comparable à un système compliqué. Un système compliqué peut être décomposé en composantes de plus en plus simples afin d’être explicité. Un système complexe perd tout son sens en étant décomposé en éléments de plus en plus simples. L’essence de ce système dépend autant des éléments qui le composent que des interactions entre eux.

Il est vrai que de nombreuses personnes ont tendance à simplifier les choses à l’extrême pour faciliter la portée d’un projet. C’est ce que l’on retrouve notamment dans certains diagnostics territoriaux qui scindent les caractéristiques d’un territoire en partie distinctes portant chacune sur l’un des piliers que l’on vient de citer. Mais ils ont tout faux puisque en décomposant tout cela, on ne comprend plus l’essence qui dépend avant tout des interactions entre les trois.

Sébastien Piantoni

L’idée pourrait être d’utiliser un curseur pour essayer d’appréhender à quel niveau le projet est lié à l’environnemental, à l’économique ou au social.

François Mancebo

Je n’ai pas l’impression qu’un curseur nous éclairerait davantage.

Marcel Bazin

Je m’attendais également, comme Sébastien, à entendre parler de ce curseur, et notamment lorsque nous avons abordé l’inventaire des ressources dont la qualification dépend en partie de ces points de vue. La forêt a notamment été évoquée en tant que ressource écologique, ressource économique ou ressource sociale. L’idée que je trouvais intéressante dans ces contradictions est qu’ils peuvent poser des problèmes structurels. Ces piliers ont été mis en place parce que nous nous sommes aperçus qu’en visant un des objectifs nous risquions de négliger les autres et de soulever des contradictions. Par exemple la contradiction entre des objectifs d’efficacité économique et de justice sociale.

L’idée du curseur mis en avant est intéressante. Il s’agit d’un système. Les différentes approches sont concernées et elles peuvent s’articuler les unes avec les autres de diverses manières. La mise en place d’un curseur aurait le mérite de donner des priorités.

Mais plutôt que de piliers, qui donnent l’impression qu’ils supportent quelque chose, je dirais plutôt qu’il s’agirait de pôles. Les projets sont ainsi attirés vers les uns ou vers les autres. Ils ont la possibilité de peser plus lourd dans un sens ou dans un autre mais sans oublier que les autres dimensions doivent être prises en compte. D’ailleurs, pourquoi rester seulement sur ces trois là, nous pourrions très bien dire qu’il en existe d’autre. Pourquoi ne pas prendre également en compte une qualité esthétique ? Finalement, cela ne ressort d’aucun des trois piliers.

L’intérêt de ce curseur et de ces piliers serait de nous aider à mettre le doigt sur certaines contradictions. Avancer dans la voie du développement durable consiste à avancer vers certains objectifs en s’apercevant qu’ils entrent en contradiction avec d’autres choses. Pour faire fonctionner le système, il faut surmonter ces contradictions.

François Mancebo

En effet, nous pouvons comprendre que les trois pôles soient une facilité de compréhension. Mais dans ce cas, pourquoi seulement trois pôles, et pas quatre ou plus ? Ensuite, il est vrai que la mise en place d’un curseur pourrait être intéressante, mais comment passerait-on alors de données qualitatives à des données quantitatives ? Le passage à des variables quantitatives est très compliqué.

En gros, pour revenir sur l’idée de curseur, il en existe un clairement explicité dans le rapport Bruntland. Ce rapport définit le développement durable comme un développement qui préserve l’avenir des générations futures tout en permettant de vivre dans certaines conditions de confort. Cette définition renvoie à un curseur très facile à mettre en place : équité intergénérationnelle / équité spatiale. Le développement durable doit donc à la fois assurer une justice intergénérationnelle et une justice spatiale. Nous pouvons, dans ce cas-là, utiliser un curseur qui permettrait d’identifier s’il y a équité ou non et les antagonismes dont nous parlions.

J’ai l’impression que les trois piliers ou pôles sont réellement une solution de facilité que tout le monde emprunte et qui amène souvent plus d’erreurs que d’intérêts. Le groupe de recherche que nous avions mis en place à Grenoble comprenait de nombreux économistes qui nous ont fait justement remarquer que ces trois pôles ne présentaient pas beaucoup d’intérêt, donnaient une image relativement caricaturale et n’apportaient rien sur le plan conceptuel.

Si nous voulons utiliser un curseur, je serais plutôt d’avis d’utiliser celui concernant l’équité intergénérationnelle et l’équité spatiale qui peut être quantifié. Sur les questions de capabilité et d’équité, nous avons tout de même A. Sen , sur les questions de régulation pour l’utilisation des ressources, nous avons tout de même E. Ostrom. Ces personnes-là donnent des variables d’économistes et de politologues qui sont formalisables.

Dans le cadre des stages des étudiants de M2 en collectivités territoriales ou en bureaux d’études, nous voyons passer des diagnostics territoriaux comprenant un inventaire de la faune, un inventaire des ressources forestières, un point sur la démographie… sans aucun lien entre ces différents thèmes. Je suis sûr que si les personnes en charge de ces politiques s’interdisaient de travailler à partir de ces trois piliers, et essayaient plutôt de porter une vision plus synthétique en se concentrant surtout sur les interrelations, ces diagnostics iraient plus loin. Ce serait beaucoup plus intéressant.

Sébastien Piantoni

C’est très pertinent, mais cela pose le problème de la définition. Ces trois piliers permettent, jusqu’à un certain point, de définir le développement durable.

François Mancebo

C’est comme cela que les personnes qui font le plus de bruit en France, sur le plan académique, définissent le développement durable. Ce n’est pas comme cela que le développement durable est défini en France ou ailleurs par les personnes qui réfléchissent réellement sur le sujet. Ce n’est pas comme cela que Dominique Bour ou Cyria Emelianoff parlent du développement durable. Ce n’est pas comme cela qu’un certain nombre d’autres personnes, comme Billa Clark ou Gil Jagger, parlent du développement durable.

Dans un contexte scolaire, de nombreuses personnes utilisent ces trois piliers pour travailler sur le développement durable. C’est vrai que c’est plus facile à enseigner, mais cela induit pas mal en erreur.

Sur un autre registre, je peux taquiner les biologistes en leur demandant si le développement durable va revenir à la vieille vague naturaliste de Maxime Lamotte et autres adeptes de la savane de Lamto dans laquelle nous allons jeter les cadrans pour faciliter le retour d’une biomasse plus importante. A partir de là, que fait-on des dynamiques adaptatives, des interactions entre les populations ? Comment fait-on ? C’est tout de même là que se joue le développement durable, même en hard. C’est tout de même dans ces dynamiques de population, dans les phénomènes de dérives génétiques, dans les phénomènes d’hybridation croisées. Voilà ce qui est intéressant, ce n’est pas forcément d’avoir une approche naturaliste de collection de différentes espèces. Nous voyons bien dans le développement durable la confusion colossale qui est faite entre richesse spécifique et biodiversité. Il ne s’agit pas de la même chose.

Elise David

C’est un problème que nous rencontrons en écologie et en science de l’écologie, l’utilisation à tort et à travers du terme de biodiversité dont les définitions ne correspondent pas du tout à ce que nous étudions. Nous avons le même souci avec d’autres notions purement écologiques. Nous savons de quoi nous parlons entre scientifiques, mais nous nous rendons vite compte que ces termes sont souvent galvaudés.

Karine Meslin

Le développement durable n’est-il pas fait également pour que le local puisse s’exprimer ? Le développement durable existe localement depuis longtemps, je pense notamment aux éco-quartiers et à l’exemple du quartier Vauban de Fribourg en Allemagne.

Par ailleurs, la loi Voynet de 1999 institue la notion de pays dont la dynamique existait bien avant.

Je me demande si la notion de développement durable n’est pas arrivée à point nommé pour permettre à toutes ces initiatives locales de se développer et de se regrouper en un projet global. Finalement, en reprenant vos réflexions sur l’échelle et la phrase déjà citée « penser globalement et agir localement », ne sommes nous pas obligés de penser globalement à cause de ces actions locales ?

François Mancebo

Il y a deux questionnements derrière ce raisonnement.

Tout d’abord, est-ce le local qui s’exprime dans le développement durable ? Il y a une chose dont je n’ai pas parlé, ou très peu. Le développement durable est né en réponse aux politiques environnementales et au mouvement écologique qui existaient auparavant. Le développement durable englobe donc un certain nombre de choses qui ont été initiées auparavant, ce qui n’est pas choquant puisque cette notion a été inventée pour cela.

Ensuite il y a la question du global et du local. Pour illustrer cela, l’exemple de la loi Voynet est tout à fait intéressant. Pourquoi est-ce que les pays sont devenus les lieux d’expérimentation du développement durable ? Ils le sont devenus par simple intérêt politicien.

En 1992, lors de la conférence de Rio, l’Agenda 21 se décline en Agendas 21 locaux. Parallèlement, l’un des grands piliers de la politique européenne est l’environnement, ce qui induit des possibilités de financement importants dans le cadre de programme européens (Leader, Interreg…). En obligeant, dans le cadre de la loi Voynet, tout contrat de pays à être un agenda 21 local afin de bénéficier au maximum des fonds européens correspondants, on a créé artificiellement des agendas locaux qui, dans la plupart des cas, ne fonctionnent pas puisqu’ils sont imposés légalement, et non volontairement mise en place à l’échelle locale. Cela aboutit donc à des agendas 21 locaux très formatés, très normés qui ne sont plus adaptés aux caractéristiques locales.

Karine Meslin

A l’échelle locale, le développement durable connaît une dynamique beaucoup plus saine. En effet, nous ne sommes pas à la recherche de modèle théorique mais à la recherche de méthodes de gouvernance qui permettraient aux citoyens de s’exprimer. Ce n’est pas toujours le cas, pour preuve les réactions suscitées par la mis en place d’une taxe carbone.

Finalement, faire du développement durable un concept transposable à plusieurs niveaux paraît difficile. Il faudrait plutôt partir des actions locales pour monter un projet global.

François Mancebo

Je doute que la fin de la taxe carbone soit liée à une levée de l’opposition, mais plutôt à un revirement de stratégie électorale suite à la déroute du parti majoritaire lors des élections régionales. Je suis d’accord sur un point, le développement durable devrait permettre que la société s’exprime.

Marcel Bazin

La gouvernance est déjà un critère à part entière du développement durable. Mais, en même temps, les actions locales ne sont pas forcément parées de toutes les vertus. Des égoïsmes locaux peuvent également exister. Pour ma part, je perçois le développement durable comme un moyen de pousser à un degré de généralité extrême l’idée d’intérêt général. L’intérêt général non pas pour nous qui sommes dans cette salle, mais pour le plus d’éléments possibles de l’écosystème terre. Forcément, des personnes sont dérangées par cette généralisation.

Dans les années 1990, nous avions réalisé une étude sur la prise en compte de l’environnement dans les schémas directeurs que nous avions sous-titrés « D’une contrainte à une valeur ». Les déclencheurs de la prise de conscience du volet environnemental étaient des catastrophes ou des accidents écologiques plutôt localisés qui ont induit des actions préventives ou coercitives. D’une certaine manière, l’objectif du développement durable est de dépasser cette vision plutôt défensive pour s’inscrire dans une vision de développement.

Martino Nieddu

Si vous posez la question du local, il faut également poser la question du sectoriel. Dans ce cas-là, il faudrait regarder si le modèle proposé « gouvernance – type de durabilité – ressources » peut fonctionner pour tel ou tel secteur. La question de la durabilité se pose notamment sur certains secteurs anciens, comme la chimie qui est le type de secteur dans lequel une question très discutée est posée. Rachel Carson a notamment ouvert le débat en dénonçant les méfaits des nouvelles molécules créées par l’industrie chimique. La chimie s’interroge maintenant sur la manière de redorer son blason. L’année 2011 sera l’année de la chimie et les chimistes se demandent de quelle manière faire leur aggiornamento et montrer qu’ils sont écologiques… Nous voyons bien qu’il existe des tentatives de déclinaison de formes institutionnelles de développement durable sur des secteurs existants. Je ne vais pas essayer de faire tester le modèle qui vient d’être présenté sur le secteur qui m’intéresse, celui de la chimie verte, mais je suis persuadé que nous pouvons utiliser cette grille analytique pour étudier la durabilité des secteurs économiques.

Ensuite, se pose également la question de la formation de nouveaux secteurs. Si, par exemple, nous voulons sortir du paradigme de la mobilité automobile, se pose alors la question de la reconversion du secteur automobile sous la forme d’un secteur prenant en charge la mobilité et articulant différents types de mobilité. Là aussi, peut-être que les étages ressources amont / ressources aval dans la partie inventaire des ressources peuvent être intéressants pour regarder comment un secteur peut évoluer. On peut également observer, dans les régimes socio-techniques, des transformations des secteurs sans aboutir à des transformations des modes de comportement en aval.

Nous pouvons effectivement poser les questions de l’adaptation locale, des Agendas 21…, mais je suis persuadé que les questions chaudes sont surtout liées à l’augmentation de la population mondiale, à l’intensification de la production agricole que cela induit, à la question de l’étalement urbain ou de la densification urbaine. De plus, il faudra également habiller et transporter cette population croissante grâce aux ressources naturelles, le territoire sera donc parsemé de bio-raffineries.

Au regard de toutes ces évolutions, la vision la plus probable du développement durable est une intensification agricole, un renforcement des dynamiques urbaines et une ré industrialisation sur certains territoires. Ces décisions relèvent avant tout de dynamiques sectorielles.

J’ai tout de même l’impression que l’avenir ressemblera plus à cela qu’à un paysage de Toscane avec la rangée d’arbres et le petit château en haut de la colline.

François Mancebo

Je trouve cette approche sectorielle assez intéressante à condition que l’on ne cherche pas à trop décomposer les éléments. Je vais rebondir là-dessus par une analogie qui vaut ce qu’elle vaut. Nous pouvons décider qu’une forêt est un écosystème, et nous pouvons décider que la feuille dans la forêt est un écosystème. Si nous intéressons à la feuille comme écosystème, cela signifie que nous nous intéressons à la feuille en elle-même, à la litière qui se trouve en dessous, etc. Se focaliser sur une chose en particulier est très intéressant, à condition de s’intéresser à l’ensemble du système autour, et non pas revenir à des analyses sectorieles par secteur et par branche.

Martino Nieddu

En effet, la focale pose immédiatement le problème de l’articulation avec le reste. Il est vrai qu’on est souvent tenté de boucler un système sur lui-même en considérant que le secteur est autonome et qu’il vous livre, à la sortie du secteur, des produits plus écologiques, biodégradables mais qui seront consommés de la même manière. En prenant l’exemple des sacs en plastique, l’évolution fait que nous sortons autant de sacs qu’auparavant mais biodégradables. Les acteurs auront ainsi joué sur les propriétés de décomposabilité du système pour ne changer qu’une partie des éléments du système.

Il s’agit d’un problème auquel nous sommes obligés de nous confronter. Comme on est dans des systèmes qui sont décomposables, chacun des acteurs essaie de minimiser son coût de changement propre en essayant de le reporter sur le module d’à côté.

En se focalisant sur un système, on ne peut pas occulter les problèmes que cela va poser sur le module d’à côté.
François Mancebo

Je suis d’accord sur ce point. Il faut prendre en compte toutes les interactions et ce qui entre et qui sort du système. Après, concernant l’histoire de la population, je ne suis pas sûr que la population mondiale va augmenter tant que cela. Par contre, l’urbanisation va s’accélérer. Mais cette urbanisation, qui relève de choix politiques et que l’on trouve surtout dans les pays développés, connaît une certaine évolution. En effet, la population devient urbaine, ce qui ne signifie pas qu’elle habite dans les villes. Les populations habitent de plus en plus dans des petits villages ou en périurbain éloigné mais ont des besoins de populations urbaines en termes de cultures, d’équipements ou de modes de vie. Ceci pose le problème différemment.

Ce n’est pas le cas pour 4/5ème de la population mondiale, notamment en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud, qui tend vers une croissance urbaine avec agglomération typique. Si nous considérons que le développement durable est un objet de pays développés, il faut aussi prendre en compte les populations vivant dans le Perche ou dans les petits villages marnais qui sont également urbaines.

Karine Meslin

Le cas de la ville durable chinoise, Shenzen, est très intéressants puisqu’il souligne le fait que la conception que l’on peut se faire du développement durable est différente d’une culture à l’autre.

François Mancebo

C’est vrai qu’il y aurait un vrai travail à faire à ce sujet. Nous en parlerons notamment au mois de juin lors d’un colloque sur un aggiornamento de la planification dans le cadre du développement durable. Mais comment peut-on décrypter ces conceptions différentes. Pour ma part, j’ai tout de même l’impression que la Chine est à la recherche d’opportunités et je ne suis pas sûre que leur initiative soit réellement sincère. Par exemple, mon fils vit en Chine, à Chengdu, dans le Sichuan, où le soleil n’apparaît jamais et où la pollution urbaine est très importante. Mais cette ville se considère comme durable, ils trouvent toujours un exemple justifiant leur durabilité, mais c’est surtout de la communication.

Par contre, je suis convaincu que les Indonésiens qui replantent du bois pour replanter du bois d’exploitation sont sincères. Nous aurions tort de leur en vouloir puisque nous avons fait, nous même, de l’enrésinement dans les années 60 sans le moindre scrupule en considérant que nous faisions du boisement. Donc, en effet, la conception de la durabilité est parfois différente selon les cultures alors qu’il s’agit, dans d’autre cas, de « Green washing ».

Même en France, je me souviens du cas de l’étang de Maurepas. Les habitants trouvaient que les quelques algues dans l’étang ne faisaient pas propre. La commune, pour que cela fasse plus propre, a mis des anti-algues. Cela pose tout de même certaines questions.

Le développement durable apparaît comme un domaine dans lequel les problèmes de planification, qui sont passé à la trappe dans les vingt dernières années, peuvent ressurgir avec force.

Je rebondis deux secondes sur ce que disait Martino tout à l’heure. Finalement, ce dont nous parlions sur les secteurs, c’est le sujet d’Eleanor Ostrom lorsqu’elle travaille sur des systèmes de régulation interne qui ne sont ni le marché ni la régulation étatique, elle travaille sur des producteurs d’huitres, sur des pêcheurs de homard en Nouvelle-Angleterre. On est clairement dans ce genre de choses, nous travaillons sur des secteurs.

Pernette Grandjean.

De travailler sur des secteurs, c’est toujours une façon de se focaliser sur quelques choses. Dans une analyse systémique, même en essayant d’envisager tous les éléments en même temps, il ya toujours quelque chose qui est laissé de côté parce qu’il n’est pas possible d’approfondir à l’infini. Il y a toujours un aspect sur lequel nous nous focalisons dans une analyse systémique. La question du développement durable est tellement complexe que nous ne pourront jamais l’envisager de manière totalement globale.

François Mancebo

En effet, le fait de se focaliser sur un aspect particulier n’est pas incompatible avec une analyse systémique puisqu’on considère un point focal comme un système.

Il est vrai qu’il est compliqué de travailler sur un système parce qu’il est difficile d’entrer à l’intérieur. Nous travaillons actuellement avec l’INRIA de Grenoble, composé de mathématiciens et d’informaticiens, pour formaliser cela. Quel serait le mode de formalisation qui nous permettrait de représenter le système de manière un peu utile ?

Ce n’est pas gagné, mais nous avons du temps et des fonds. Nous sommes une demi-douzaine à travailler sur ce projet. Si cela intéresse quelqu’un, il sera le bienvenu. Il est vrai que c’est une dimension qui est beaucoup plus mathématisée, beaucoup plus formalisée, mais cela peut vous intéresser. Pour ma part, cela me passionne.

Présents :

Marcel Bazin, professeur émérite en Géographie, Aménagement et Urbanisme, EA 2076 HABITER

Jean-Maxime Bonin, étudiant en Master 2 Urbanisme à l’IATEUR, sujet de mémoire : la gouvernance dans les projets de développement durable (notamment à Dijon)

Elise David, Maître de conférences à l’UFR Sciences en Biologie, laboratoire d’Eco-toxicologie

Pernette Grandjean, professeur en Géographie sociale, EA 2076 HABITER

Mathieu Lemeurperron, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Arnaud Macquinat, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Sandra Mallet, maître de conférences à l’IATEUR, EA 2076 HABITER

François Mancebo, professeur, aménagement-urbanisme, IATEUR, HABITER

Etienne Martin, étudiant en 3ème année de licence de géographie, parcours Aménagement et géographie politique

Karine Meslin, professeur d’histoire-géo en lycée professionnel.

Martino Nieddu, Maître de conférences, EA 2065 OMI, ANR développement de la chimie dans la cadre d’un développement durable – substitution du pétrole par des ressources renouvelables : quelles évolutions dans l’organisation des procédés de fabrications.

Sébastien Piantoni, Ingénieur d’études, EA 2076 HABITER

Une nouvelle cosmologie pour un développement durable

Pour les physiciens, la cosmologie est la science de l’Univers. Mais cette acception est tributaire de la distinction préalable entre « sciences » (de la matière et de la vie) et sciences sociales et humaines. A l’amont de cette distinction propre à une certaine période de l’histoire humaine, ce terme a un sens plus large. Il désigne alors une façon de se représenter pratiquement, ou de concevoir théoriquement, l’humain dans le Cosmos, ou encore une façon de penser les continuités et les discontinuités entre tous les « existants » de l’Univers . En ce sens, la cosmologie qui s’est imposée avec l’avènement de la science en tant que démarche de connaissance distincte de la philosophie au-delà du XVIIIème siècle est cette cosmologie qui entérine le dualisme de la Nature et de la Société, c’est-à-dire « la réduction de la multitude des existants à deux ordres de réalité hétérogènes », la Nature se présentant alors comme « un domaine d’objets régi par des lois autonomes sur le fond duquel l’arbitraire des activités humaines pouvait déployer son séduisant chatoiement » ; autrement dit, comme « un décor du social » . Ainsi, cette cosmologie peut être qualifiée de dualiste (les gnosistes), de naturaliste (Philippe Descola) ou plus simplement de moderne (Hannah Arendt, Bruno Latour). Une proposition impliquant centralement cette cosmologie particulière va être défendue à la fin de ce papier. Elle se décline en trois temps : 1/ le caractère non durable depuis deux siècles du développement réellement existant est consubstantiel à cette cosmologie naturaliste moderne ; 2/ cette cosmologie est en crise en ce début du XXIème siècle ; 3/ l’avènement d’un développement durable implique, en conséquence, une rupture avec cette dernière : le passage à une nouvelle cosmologie, qualifiée d’écologique ; soit une cosmologie qui se distingue nettement, non seulement de la cosmologie naturaliste, mais aussi des cosmologies qui ont eu cours avant l’avènement de celle-ci et qui pour certaines retrouvent une certaine actualité dans le cadre de sa crise. Cette proposition est logiquement défendable sans problème s’il s’avère possible de construire une topologie en compréhension des cosmologies possibles comprenant à la fois les cosmologies passées et cette nouvelle cosmologie. C’est à l’établissement d’une telle topologie qu’est consacré l’essentiel de ce papier, ses implications concernant le développement durable étant tirées dans sa conclusion.

Il y a lieu, dans un premier temps, de revenir sur la caractérisation de la cosmologie naturaliste, en partant du principal argument qui a présidé à son adoption dans les sociétés modernes et en prenant en compte les principaux travaux qui ont critiqué cet argument. Comme le constat qui s’imposera à la fin de cette première partie est que ces diverses contestations posent des problèmes, tout particulièrement la topologie des cosmologies proposée par Philippe Descola, une seconde partie aura pour objet de tenter de résoudre ces problèmes en proposant une topologie qui réponde à l’exigence qui vient d’être indiquée, l’une des principales caractéristiques de cette topologie étant que sa compréhension met en jeu les modes de justification des institutions et des pratiques humaines.



Documents téléchargeables :

Article de B. Billaudot – une nouvelle cosmologie pour un développement durable


France et Brésil : possibilités et approches théorique-méthodologiques sur le Développement Territorial

Une nouvelle journée d’étude BABEL a eu lieu le 8 juillet à la Cité des Territoires à Grenoble.

Intervenants :

Paulo VIEIRA – CNPq – Université Fédérale de Santa Catarina – Brésil

Jean-Paul CARRIERE – UMR CITERES – Université de Tours – France

Bernard PECQUEUR – UMR PACTE-Territoires – Université Joseph Fourier – France

Les enjeux du Sommet de la terre de 2012 – La crise comme opportunité

Le mot « crise » dérive du Grec krisis, qui signifie ’’décision’’. A l’autre bout du monde, en Chine, il est composé de deux idéogrammes signifiant simultanément « danger » et « opportunité de changement ». Une crise est donc le moment précis où un certain état des choses bascule en révélant ses failles, mais aussi celui où un nouvel état des choses émerge. C’est le moment de la décision, des bifurcations radicales. Que dire alors lorsque plusieurs éléments convergent et finissent par se superposer. Tel est le cas aujourd’hui dans le monde : la crise financière a engendré une crise socio-économique majeure liée au modèle asymétrique de la mondialisation, une crise environnementale s’est amplifiée sous la menace immédiate du changement climatique.

En ce sens, le Sommet de la Terre de 2012, qui sera de retour à Rio vingt ans après celui qui intronisa le développement durable sur la scène mondiale, sera-t-il celui des décisions ? Saura-t-il se saisir des opportunités qu’ouvrent ces crises multiples ? S’il n’est pas possible de répondre par avance à cette question, on peut toutefois en identifier les grands enjeux. Articuler la réduction de l’empreinte écologique et l’amélioration de la biocapacité à l’amélioration du bien-être des populations est un de ceux-là. Le principe de responsabilité partagée et différenciée en est un autre, ce qui pourrait conduire à la création d’un fond, financé par les taxes-carbone des pays riches complété par le transfert de 0,5 % de leur PNB, au service des investissements nécessaires à la transition des pays pauvres vers une économie post-carbone.

Une vidéo de cette journée d’études sera bientôt disponible.

Genre et développement durable : « mise à l’Agenda » des utopies

Au 20 éme siècle, la transnationalisation a eu pour effet de porter à l’échelle internationale des revendications, des luttes, des coalitions, dont le féminisme et /ou l’écologisme. Les connivences entre les revendications, actions féministes et le combat écologiste se sont construites dans les années 1970, portées par le courant de la contre-culture californienne. Elles se sont exprimées dans la production du manifeste « Nous n’avons qu’une terre » – René Dubos et Barbara Ward- préparé pour la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain de Stockholm en 1972. Durant, la fin du 20ème siècle, les féministes libérales ont inscrits leurs visées émancipatrices dans le cadre de l’action internationale onusienne (UNIFEM), de la Banque mondiale, de la FAO, de l’Union Européenne, en vue « d’aider » les femmes à participer à la productivité mondiale et donc de valoriser le capital essentiellement économique que représentent les femmes. Les politiques de développement (I.F.D) destinées aux femmes, ont donc retranscrits ces volontés dans une perspective occidentale, excluant les féministes marxistes et les éco-féministes qui ont privilégiées les ONG et le secteur associatif. La conférence de Pékin (1995), a remis en question la construction de l’action internationale (politique de rattrapage) en proposant des alternatives dont les approches par genre (Joan W. Scott,1988) et l’éco-féminisme (Shiva, Mies, 1993). Ce dernier courant de pensée, organisé en lobbies, fluctue entre matérialisme et utopies, dénonce le pillage de semence, les impacts sur la biodiversité. Il dénonce également que « oppresseurs », « colonisateurs » des femmes et de la nature ne font qu’un. A ce jour les héritages de la modernité, du constructivisme sont encore nombreux et s’expriment en ce début de 21ème siècle dans le volet social, économique des politiques du développement durable (Agenda 21, PDADD, Eco-quartier). Les influences des utopies féministes, écologistes, se retrouvent sous couvert d’idéologie dans la construction du modèle de gouvernance (participation), dans le débat sur la sécurité alimentaire…

Dans le cadre de ce séminaire, une relecture de ces influences, productions de normes (« capabilities », microcrédit, empowerment, séxospécifique, politiques GED) est mise à jour pour éclairer les coalitions passées mais aussi pour distinguer les nouvelles perspectives qui intègrent le « care » (soin, assistance), « queer » (Butler, 1990) et les questions environnementales. Au-delà, il s’agira également de débattre du paradoxe entre une politique publique prônant une didactique du changement social, environnemental, politique en utilisant des modes de pensées et des outils d’une redoutable fixité pour les territoires en quête de réversibilité. David Harvey (2000), dans une critique des utopies autoritaires, des contre-utopies, invite à la construction de processus sociaux utopiens, de nouveaux agencements… comme formes du changement pour le 21ème siècle…



Documents téléchargeables :

Présentation de S.Louargant _ Genre et développement durable

Article de S.Louargant et alii – Ressources Territorialisées et problématique de genre


Les politiques de mobilité durable contemporaines : des impensés aux innovations de l’action collective urbaine

L’intervention s’est organisée autour de réflexions sur les recherches de Florence Paulhiac, maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Ses objets de recherche et de réflexion portent sur les politiques publiques des mobilités. Plus précisément, sur la façon dont les politiques publiques se saisissent des questions portant sur la mobilité. Au fur et à mesure s’est imposée à elle la question du « comment les politiques urbaines traitaient la question des déplacements et notamment les aspects sociaux des pratiques de déplacement ».

La référence de base sur la mobilité, c’est la mobilité quotidienne, celle des déplacements journaliers des individus dans l’espace. Ce sont des flux, des origines, des destinations, des motifs de déplacement. Mais parler de mobilité individuelle, ne se résume pas à parler de déplacements. Il y a d’autres composantes qui influent sur la mobilité. Par définition la mobilité n’est pas uniforme. Dans les pratiques, c’est une expérience personnelle. D’autre part, la mobilité est inégalement répartie entre individus. Nous sommes tous, plus ou moins bien dotés physiquement, cognitivement, économiquement, autant de facteurs qui vont induire nos mobilités. Cela génère des inégalités d’accès aux territoires et à ses aménités. Les politiques urbaines se posent-elles ces questions-là : c’est-à-dire, quel est le déterminant de la mobilité, dans quelle mesure intervient-il, comment, etc. ? La seconde approche définit la mobilité comme étant un bien intermédiaire. C’est-à-dire que la mobilité nous sert à faire quelque chose, à satisfaire des besoins, à réaliser un projet de vie ou des activités. La mobilité, c’est le résultat de nos arbitrages individuels (ou de ménages) qui résultent d’une série de contraintes à travers lesquelles, avec lesquels nous arbitrons pour organiser au mieux notre emploi du temps et de l’espace. Ces composantes de la mobilité renvoient à des travaux sur les capacités des individus à se déplacer. C’est des travaux provenant de la sociologie, anglo-saxonne avec John Urry, de Vincent Kaufmann qui a fondé le concept de « motilité », c’est-à-dire la capacité à se mouvoir pour réaliser un projet personnel. C’est également les travaux de Jean-Pierre Orfeuil sur la « mobilité potentielle » qui dans les faits se restreignent à une « mobilité effective », en deçà de notre mobilité potentielle. Cette approche de la mobilité, un peu complexe, est portée par des courants de sciences humaines et sociales et des travaux qui sont fondateurs. L’approche retenue, n’est ni géographique, ni économique, ce qui est privilégié ici, c’est de savoir comment les acteurs considèrent la mobilité, quels aspects vont-ils privilégier et quels enjeux vont-ils construire autour de ces facettes.

Les politiques urbaines ont aujourd’hui comme horizon le développement urbain durable. Mais il faut garder une posture critique par rapport au sens qu’il faut accorder à cette idée de développement durable. Il n’y a pas de définition à priori des contenus des politiques dites durables. Mais il y a un certain nombre d’enjeux qui correspondent à la mise en tensions des trois dimensions assez classiques (économiques, sociales et environnementales), auxquels s’ajoutent, en urbanisme, la mise en tension des échelles temporelles et spatiales. Les politiques publiques doivent pouvoir répondre aux problématiques des échelles locales aussi bien qu’à celles des échelles globales, et dans le même temps être capable de proposer des solutions aux enjeux de mobilité qui prennent en compte le temps court comme le temps long. La question qui se pose autour de la mobilité pourrait alors être la suivante : quels sont les enjeux, à quelles échelles, et à quelle temporalité ?

Ce questionnement, concernant la mobilité, intervient dans un cadre d’autant plus sensible que nous nous situons dans un contexte de « dépendance automobile ». Les travaux de Marc Wiel ont montré que cette pratique de la mobilité individuelle a eu un certain nombre d’impacts, d’externalités plutôt négatives sur notre système urbain. Cette focalisation sur les aspects négatifs de la dépendance automobile, occulte le fait que cela a été aussi un formidable progrès social. En prenant en compte la question des échelles, les enjeux diffèrent sensiblement. Les questions de santé publique ou de sécurité routière, qui ne sont pas forcement des enjeux locaux, apparaissent comme incontournables, et font apparaître une interrelation entre les échelles. La question du leadership devient une nécessité parce qu’il n’y a pas de politiques publiques efficaces sans maîtrise d’ouvrage. Et d’autre part, il n’y a pas de politiques publiques efficaces sans mobilisation de ressources intellectuelles, financières ou techniques. La question est alors de savoir comment mobiliser une action collective urbaine, qui pourrait se définir comme une action qui serait en capacité d’associer à la fois des acteurs publics et privés autour de la question de la gestion des déplacements et de la mobilité. La question sous jacente est de comprendre dans quelle mesure cette action collective à les moyens de concilier des enjeux qui aujourd’hui apparaissent comme incontournables : comment lier la productivité économique d’un système urbain et l’équité sociale dans les conditions de déplacement ?
Le développement durable se définit plus comme une question de mise en cohérence des enjeux de l’action sur le long terme, qu’une question de normes. Pour mettre en tensions les différentes dimensions du développement urbain et réfléchir aux échelles temporelles et spatiales, il y a déjà, certainement, dans les politiques publiques, des outils de pilotage comme par exemple le débat public. Si la norme semble nécessaire pour objectiver un certain nombre de stratégies, comme par exemple se fixer un objectif de réduction de nombre de voitures circulant en centre-ville, il faut se donner les moyens de garder un peu de souplesse pour s’adapter aux réalités.

En réinvestissant la question de tout ce qui s’impose à l’action publique aujourd’hui en termes de mobilité et de déplacement, nous nous sommes rendu compte, que cela faisait référence à de gros enjeux, comme l’offre de transport collectif à travers les PDU (le droit à la ville pour tous) et la protection de l’intégrité environnementale des systèmes urbains. Les questions sociales sont beaucoup plus implicites. Deuxième constat dans les travaux de Florence Paulhiac : le champ des transports évolue et fait également évoluer dans un même temps, les outils et les modalités d’action sur ce champ. La décentralisation, en organisant la répartition des compétences entre les collectivités locales, a fragmenté la question de l’action territoriale. Parallèlement, apparaissent des nouveaux outils de pilotage et de nouvelles façons de produire l’action. Des changements imposés par la loi ou mise en œuvre de façon plus informelle par l’acteur. C’est toute la question de l’intégration de l’évaluation dans la construction des politiques qui permet d’avoir un regard très réflexif sur son action. Ce qui nous intéresse ici, c’est la question du débat public. C’est un nouvel outil de pilotage de l’action qui peut être très efficaces ou inefficace, cela dépend de ce qui en est fait. Par le débat public, de nouvelles façons de construire du contenu sont permises. Il permet d’établir une transversalité entre les différentes cultures professionnelles, techniques, et les cultures politiques, pour produire des connaissances nouvelles. Ces nouvelles façons de produire l’action, au-delà des injonctions, sont en capacité d’innover.

En appui de l’impossibilité théorique de la ville durable ne faudrait-il pas penser « la ville désirable ». L’un des enjeux serait de rendre la ville plus attractive, non pas du point de vue économique, mais du point de vue résidentiel et non seulement de s’opposer à l’étalement urbain. Mais, les politiques publiques qui se mettent en place ne sont pas toujours adaptées aux problèmes qui se posent, révélant un problème d’échelle d’action. Car il n’y a pas de structure institutionnelle pour penser cela. La périurbanisation avec une densité faible est souvent présentée comme un fléau, mais en est-ce réellement un ? La question qui est posée est de savoir pourquoi à un moment donné il y a dépassement du cadre institutionnel pour permettre la mise en place d’une action collective.
Mais la décision est prise d’après ce que l’on observe et en plus ça sert à faire l’évaluation des politiques publiques. En même temps le contexte de crise, poussent les acteurs à raisonner en terme d’efficience. Aujourd’hui, nous sommes dans une forme d’entre deux, de nouvelles formes de partenariat public-privé apparaissent, non pas sur le financement mais sur les modalités de construire des réponses : les plans de déplacements entreprises en sont un exemple. La réflexion aujourd’hui, est menée autour de la gestion de la mobilité. Ce qui est scruté, c’est comment les individus organisent leurs activités, pour comprendre leur stratégie de mobilité. En croisant ces données avec la composition du ménage, le profil socioprofessionnel et l’âge une typologie des mobilités peut être réalisée. Stéphanie Vincent a fait une thèse sur la mobilité ou l’alter mobilité et elle montre deux choses très différentes : nos pratiques de déplacements sont fixés à l’âge adulte ; après, ce seront les « accidents de la vie » qui pourront les modifier.

La vulnérabilité urbaine, notre horizon ?

La vulnérabilité urbaine, notre horizon ?

Intervention de Michel Lussault :

Mes travaux sont plus axés sur des problématiques de sciences sociales, plus proches des philosophes de l’analyse pragmatique que des environnementalistes. Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est les questions posées par ce qui me paraît être un processus notable et que je nommerais le « processus d’environnementalisation » de la question urbaine. Cela étant, vous verrez que j’aborde cette question par le biais de la vulnérabilité et de la durabilité sociale. Par une analyse de la manière dont les politiques publiques urbaines, et plus globalement, la réflexion urbaine, sont peu à peu saisies par ce que j’appelle l’environnementalisation. C’est-à-dire par une sorte d’idée dominante, pour ne pas parler d’idéologie dominante, qui consiste à considérer que l’avenir de la question urbaine passe obligatoirement par la question des environnements urbains. Autrement dit, par la manière dont on peut trouver de nouvelles façons de considérer ces questions et de nouvelles techniques pour assumer la relation complexe entre l’individu et son environnement, ceci en l’inscrivant dans une perspective de développement durable. Ce qui m’intéresse c’est de constater qu’aujourd’hui il y a une sorte de consensus qui s’établit chez la plupart des experts, des analystes, et des acteurs politiques qui postulent que les organisations urbaines sont vulnérables. Et que cette vulnérabilité est à chercher plutôt dans la fragilité des dispositifs environnementaux que dans l’urbain qui les a produit.

Cette question de la vulnérabilité est une question qui m’apparaît comme centrale depuis maintenant quatre à cinq ans. Notamment à travers l’évolution de la représentation de la ville chez les acteurs sociaux. C’est ainsi qu’aujourd’hui, quand vous regardez la manière dont les organisations urbaines sont décrites, mises en scène, mises en image, que se soit par l’intermédiaire des expertises, de la presse, des médias ou via les œuvres de fiction, on est frappé de la constance d’une sorte de « stéréotype représentationnel », qui est celui de la catastrophe urbaine et de la destruction. Je suis extrêmement interloquée de voir qu’une bonne partie des imaginaires urbains du moment et des systèmes d’images qui les nourrissent est fondée sur l’idée que l’horizon de l’urbanité contemporaine sera forcément la catastrophe. De ce point de vue-là, pour essayer de bien mesurer à quel point le récit de mise en péril des organisations urbaines est fort, il suffit de reprendre tout ce qui a été produit avant Copenhague, pendant Copenhague et immédiatement après Copenhague. Le caractère inéluctable de la catastrophe est en place, et finalement, il n’y aurait pas de possibilité d’y échapper sauf si l’on remettait en question de manière radicale les formes de l’organisation urbaine.

Aujourd’hui, on ne peut que faire le constat de la vulnérabilité urbaine. Ce constat en lui-même n’est pas niable. Reste à savoir si cette vulnérabilité urbaine et nouvelle ou pas. C’est une question assez compliquée et peu travaillée. Cette vulnérabilité urbaine, incontournable, traduit surtout à mon sens non pas une fragilité nouvelle de nos sociétés par rapport à d’autres sociétés anciennes, mais peut-être plutôt une sensibilité nouvelle des sociétés à la question de la fragilité, ce qui n’est pas la même chose. La question de la fragilité et de la vulnérabilité n’est pas une question qui peut se traiter en valeur absolue mais plutôt comme une question faisant référence à un état global des imaginaires sociaux d’une société contemporaine. Il faut donc trouver les manières d’aborder ces questions et de nourrir le débat public en se fondant sur un certain nombre de principes, en particulier sur le principe de l’incertitude et du paradoxe. Il faut accepter que l’urbain contemporain est un urbain paradoxal. C’est-à-dire, fondé sur la mise en lien de phénomènes paradoxaux. Et ce paradoxe, on ne doit pas chercher à le supprimer, mais au contraire, à le reconnaître comme constitutif de l’organisation urbaine contemporaine. Je prends un exemple simple. Il y a un paradoxe à ce que le monde urbain se constitue d’un côté, comme fondé sur le développement de la mobilité généralisée (la mobilité généralisée promeut par essence et par nature un espace social lisse, sans entrave, ouvert, circulatoire) et de l’autre, qu’avec la même puissance, l’urbain contemporain se constitue aussi comme un monde de séparation, de délimitation, de ségrégation, de multiplication des barrières, des filtrages….

On peut considérer que ces tensions paradoxales sont les éléments organisateurs de l’urbain en même temps qu’elles sont organisées par l’urbain qui s’organise. On retrouve là, le jeu de l’institué et de l’instituant qui est assez classique mais qui est au cœur des systèmes sociétaux complexes. La vulnérabilité urbaine peut aussi être traitée sous la forme de tension paradoxale puisque la vulnérabilité urbaine semble croître à mesure que la puissance des systèmes urbains semble croître. C’est-à-dire que toute tentative pour rendre plus fort, plus résiliant et plus robustes les systèmes urbains paraît nourrir la vulnérabilité urbaine.
Donc premièrement, l’urbain est paradoxal et il faut faire avec.
Deuxièmement, si cette vulnérabilité est acceptée et parce que l’urbain est paradoxal, la seule manière de faire avec, n’est pas de vouloir rompre avec les paradoxes, mais de vouloir les assumer. Il faut donc constituer une expertise, une réflexion, une politique qui s’appuie sur le paradoxe et sur le principe d’incertitude . Il faut accepter l’idée que l’incertitude n’est pas simplement quelque chose qui est extérieur à notre action, qui est quelque chose qu’il faudrait maîtriser, résorber, mais que l’incertitude est au contraire une des données de base de toute notre réflexion et de toute notre action.

On ne peut donc apporter que des solutions incertaines. C’est-à-dire être confronté à la même rupture épistémologique que les scientifiques ont connu lorsqu’il a fallu sortir du monde certain de la prédiction scientifique (à partir des outils mathématiques et de la mécanique notamment), pour rentrer dans le monde incertain de la probabilité des phénomènes à partir des nouvelles mécaniques qui ont été inventé au tournant des années 1910-20. Cette révolution épistémologique a bouleversé les sciences mais n’a malheureusement que peu fait évoluer les systèmes experts et les systèmes politiques. Puisque le propre de la politique et qu’elle continue à s’organiser en prétendant proposer des solutions certaines à des problèmes qui sont marqués fondamentalement par l’incertitude et le paradoxe.

Alors partant de ces deux choses. La vulnérabilité urbaine est protéiforme et elle ne m’intéresse qu’à partir du moment que l’on ne la considère pas uniquement sous l’angle de la vulnérabilité environnementale. La vulnérabilité urbaine, c’est plutôt une caractéristique de base des systèmes urbains contemporains qu’on pourrait définir comme la probabilité qu’un système soit mis en cause lourdement par un incident, quel qu’en soit l’origine. La vulnérabilité urbaine est pour moi, quelque chose qui traverse les différents champs de la société et renvoient à une fragilité intrinsèque des systèmes urbains, c’est-à-dire une capacité des systèmes urbains à être impacté durablement par un incident même minime.

Cette vulnérabilité urbaine, nous pouvons la retrouver dans la vulnérabilité des systèmes techniques urbains. Elle s’accroît à raison même que ces systèmes se sophistiquent. Simplement, parce que plus un système se sophistique, plus il multiplie les liens entre les éléments qu’il associe ; et plus il multiplie les liens, plus il augmente les expositions aux risques et aux fragilités. Tous les discours de l’ingénierie classique, qui consiste à considérer que l’on va maîtriser l’incident par la sophistication technique, sont erronés comme Jean-Pierre Dupuy l’a bien montré. Toutes ces tentatives, de sortir de la fragilité ou de la vulnérabilité par la sophistication technique, ne font en fait que rajouter des risques au risque. Cette vulnérabilité des systèmes techniques est constante. L’avenir des sociétés humaines est d’assumer la vulnérabilité comme une composante centrale de la société et de son fonctionnement. C’est d’intégrer la vulnérabilité comme quelque chose qui doit faire partie de nos vies et de nos actions politique. Non pas pour la supprimer, mais pour la considérer comme un élément constituant de notre agir, de nos actions.
Il ne faut pas considérer pas la vulnérabilité comme quelque chose qui nous menace de disparition mais plus comme quelque chose qui fonde notre capacité à exister ce qui évidemment change un peu la donne. C’est parce qu’ils sont vulnérables que les systèmes seront dynamiques. C’est parce qu’ils sont exposés à la fragilité que les systèmes évoluent, développent, sophistiquent, créer de nouvelles compétences, de nouveaux savoirs, de nouveaux instruments,… La vulnérabilité est notre avenir et notre carburant.

Autre exemple, mais cette fois-ci de vulnérabilité environnementale. La nature n’est pas quelque chose qui est extérieure aux sociétés. C’est une production sociale complexe. Je veux bien admettre qu’il y ait des systèmes biologiques et physiques qui soient extérieur au monde social. Mais pas la nature. Parce que pour moi, la nature c’est le résultat de l’appropriation par les sociétés de ces systèmes physiques et biologiques. Pour moi ce que j’appelle la nature, c’est la façon dont un groupe social, à un moment ou un autre, se saisit des données biologiques et physiques pour en faire des faits de société. Pour moi il n’y a rien de plus sociale, de plus sociétale, que la nature. D’ailleurs pour moi, les vraies sciences de la nature sont les sciences sociales. C’est-à-dire les disciplines qui essaient de comprendre comment les systèmes biologiques et physiques sont en partie codés et transformés, en problèmes sociaux par la société elle-même. Un exemple, le virus. Il est en train de devenir un « acteur », au sens Latourien, des sociétés mondiales et pas simplement celui de la grippe. C’est sans doute celui du virus du sida qui a été le premier à étalonner cette époque où le virus devient un personnage central. Et quand on voit les interactions à toutes les échelles de cette question virale, c’est absolument prodigieux. Il n’y a pas de domaine humain qui ne soit plus travaillé est en tout cas plus source d’action que celui-ci.

À partir de ce constat, je me suis mis à m’intéresser plus globalement à la manière dont l’atmosphère, en tant que système physique et biologique, est en train de devenir un objet clef des politiques urbaines. Comment petit à petit, par ce processus d’environnementalisation que je parlais tout à l’heure, l’atmosphère redevient un objet central des politiques publiques. Aujourd’hui, il y a de nouveau une préoccupation autour de cette question.

Quels indices me permettent d’affirmer cela ? Premièrement, toute la réflexion sur la diffusion épidémique. Or maîtriser une épidémie, c’est à un moment ou à un autre, nécessairement se poser le problème de la contagion atmosphérique. Ce qui revient à se demander comment définir une norme qui permettra d’éviter que l’atmosphère soit propagateur du virus. Quand vous lisez les textes qui ont été fournis par l’État français au sujet de la grippe N1H1, les circulaires par exemple, il y a à ce propos, une définition de la bonne distance sociale. C’est-à-dire la distance qu’il faut conserver dans les relations sociales pour faire en sorte que le virus ne se transmette pas aisément d’une personne à une autre.
Deuxième indice. Tout le travail, qui d’ailleurs est un peu ancien, autour des pollutions atmosphériques et les risques épidémiologiques que cette pollution atmosphérique peut faire peser sur les individus. Troisième indice la réflexion sur l’îlot chaleur urbain. L’îlot de chaleur qui est aujourd’hui considérée comme un problème en soi. Et alors, dans le cadre du Grand Paris, par exemple, il y a des expérimentations qui sont faites pour savoir comment les forêts, les prairies, voire l’agriculture, c’est-à-dire, comment la gestion du foncier non battis peut-être utilisée pour essayer de diminuer l’îlot de chaleur. Cela signifie un retour assez violent sur la densification à outrance. C’est un autre paradoxe de l’urbain. Aujourd’hui tous ceux qui parlent de l’urbanisation et de son avenir insistent sur le fait, qu’un des espaces clefs pour la réflexion sur le devenir de l’urbanisme contemporain ce sont les espaces non battis (les espaces forestiers, friches, agricole). Quatrième indice, les ondes électromagnétiques. Tout le débat actuel sur les antennes, leur implantation, les risques supposés… Puisqu’elles font de l’atmosphère un espace, entièrement et en permanence, strié par les ondes alors qu’en même temps, il est occupé par des êtres humains qui interagissent avec les ondes. Nous sommes là, devant une problématique d’une extrême complexité et devant un autre paradoxe. Parce que nous avons besoin de plus en plus de données pour satisfaire nos vies quotidiennes, et nous avons parallèlement des gens qui sont de plus en plus inquiets sur l’impact des ondes, qui sont nécessaires pour transmettre ces données, sur notre propre santé. Dernier exemple de cette importance de cette montée en puissance de ce « fait atmosphérique » dans les débats publics urbains. Il y a quelque chose que l’on n’avait pas vu venir avec la contestation des éoliennes. On pensait au départ que celui-ci se limiterait aux problèmes de paysages. Ce qui est vrai dans les espaces paysagers et ruraux, notamment de montagne où sur les littoraux. Mais ailleurs, les entrées contestataires sont moins paysagères que sonores. Avec l’idée que les infrasons émis par les éoliennes sont nuisibles à la santé des riverains. À tel point qu’on travaille aujourd’hui avec une directive européenne qui consisterait et là aussi c’est merveilleux pour un géographe à définir la distance optimale qui devrait séparer une éolienne d’une résidence. C’est encore une distance sociale, mais également un nouvel indice de la progression du souci atmosphérique dans la réflexion urbaine. Le souci atmosphérique progresse par ce que l’atmosphère apparaît aujourd’hui comme une dimension spatiale de l’urbain au sein de laquelle se cristallise de nouvelles vulnérabilités. Et le traitement de ces vulnérabilités est un traitement spatial horizontal terrestre en même temps qu’un traitement atmosphérique. Donc cette politique de l’atmosphère en devenir, c’est quelque chose qui exprime le paradoxe, la vulnérabilité et la nécessité de nous en saisir.

Ce que j’ai voulu essayer de proposer en précisant bien qu’il s’agit pour moi d’un terrain de jeux que je défriche pas à pas avec les instruments qui sont les miens, se résume en trois points :

  • Ne cherchons pas à lever le caractère paradoxal des organisations urbaines. Cherchons plutôt à comprendre plutôt ce que signifie ces tensions paradoxales et en quoi elles nourrissent les dynamiques urbaines.
  • Les vulnérabilités, qui sont inhérentes à un système urbain paradoxal, sont de plus en plus complexes et se sophistiquent de plus en plus. Ces vulnérabilités ne cherchons pas à les maîtriser, les supprimer, mais plutôt à les considérer comme un élément de dynamisation du système sociétale.
  • Partant du premier et du deuxième point, comment pourrions-nous essayer de redéfinir une pensée scientifique de cet urbain paradoxale et vulnérable. Il faut travailler dessus, développer de nouveaux concepts, de nouvelles théories et de nouvelles méthodes.

On ne saisit pas ces choses-là avec des méthodes classiques et anciennes. C’est dans le sens développer par Latour d’un côté et Dupuis de l’autre, qu’il faut dégager des méthodes pour saisir les choses qui circulent dans les réseaux d’action des systèmes urbains. Comment ai-je été amené à considérer que les virus étaient des actants tout simplement en lisant Latour. On voit bien en lisant Latour que ce qui est opérateur et simplement…ce qui opère. Et quand vous regardez ce qui opère dans un champ social, vous prenez ce qui opère à priori, sans faire de distinction entre ce qui est humains ou non humain, et vous essayez de comprendre pourquoi. Il faut également trouver des expertises. Ce sont des savoirs un peu particulier, qui ne sont ni les savoirs politiques classiques, ni les savoirs scientifiques académiques, mais qui sont ces savoirs un peu baroque, composés d’un peu des uns et des autres. Et enfin, comment arriver à structurer des débats publics, assumant le caractère paradoxal et vulnérable, c’est-à-dire luttant contre la volonté de tous les acteurs sociaux à trouver des solutions déterminées et certaines. Il faut éloigner le déterminisme et la certitude face à ce qui est indéterminé et incertain. Ce qui nous renvoie à savoir comment inventer la politique et le système politique qui permettrait de mettre en scène tout ce que nous venons de dire…

Débat :

Il n’y a pas beaucoup de gens ici qui sont dans une logique de sciences dures. Parler de politique urbaine de l’atmosphère ça déjà eu lieu lorsque l’on a construit des quartiers au XIXe siècle : On a bien veillé à ce que les vents dominants épargne le sud-ouest parisien et on a sacrifié des endroits, comme la Seine-Saint-Denis, pour des questions de vents dominants et de pollution. Aujourd’hui, la différence, c’est qu’on est devant une diversification extraordinaire de l’origine de l’inquiétude atmosphérique : ondes, particules, virus,…

Le constat de la vulnérabilité dans la ville, renvoie au texte de François Ascher sur « la ville comme compromis urbain ». Et peut-être que si dans les politiques urbaines, les municipalités ou les collectivités territoriales, prenaient en charge, la politique d’urbanisation d’un bout à l’autre, c’est-à-dire en s’érigeant en maître d’ouvrage de ce quelles font, permettrait d’avoir une plus grande « efficacité » dans l’action envisagée. Jouer la carte de la proximité institutionnelle, de rester proche des individus au lieu de sous-traiter à des promoteurs un certain nombre de choses, privilégier la souplesse au lieu d’imposer des règles extrêmement normatives. Ce dernier point reflète d’ailleurs l’expression de notre volonté de maîtriser toute forme de péril et de vulnérabilité. Ce qui renvoie à un mécanisme de société complètement paradoxale, puisque la base même de l’évolution de la société, est fondée plutôt sur la vulnérabilité et de l’extension de ses champs de vulnérabilité, alors que dans un même temps s’affiche la volonté du « risque zéro » en terme de vulnérabilité urbaine.

Peut-être qu’assumer la vulnérabilité s’est nécessairement accepter un dialogique subtile entre le formel et l’informel, c’est accepter que tout n’est pas normé et aux standards dans un groupe social. Or, la préoccupation du développement durable ou de la préoccupation environnementale, se traduit aujourd’hui pratiquement toujours en injonctions normatives. Alors qu’au départ, les principes du développement durable étaient pensés de façon non normative, comme par exemple les agendas 21 locaux. Mais leurs introductions dans les politiques d’aménagement (LOADDT, PLU, SCOTT) les ont transformés en principes normatifs, extrêmement contraignant dans leurs applications et peu de résultats efficaces.
Même constat sur les discours. Latour a montré par exemple que la purification des discours était une grande stratégie des acteurs sociaux. Par exemple, lorsque les discours laissent penser que tout est unanimement défini par un décret. C’est plutôt du ressort du discours idéologique. C’est des discours purement rhétoriques et ils escamotent les tensions, les paradoxes, les contradictions qu’il y a au sein des discours. Et aujourd’hui qui est capable de dire ce qu’est le développement soutenable urbain. Personne. Pourquoi ? Pour une simple raison, parce que personne n’est capable de maîtriser les effets d’échelle. Aujourd’hui on connaît des personnes qui sont capables de définir un bâtiment de très haute qualité énergétique environnementale. D’autres qui sont capables de définir ce qu’est un îlot de haute qualité environnementale énergétique. Mais ça commence à devenir un peu plus complexe à mettre en œuvre. Mais que signifierait de construire entièrement un ensemble urbain vaste selon les préceptes de la haute qualité environnementale ? Ne serait-ce qu’en termes d’organisation du système productif. Parce que jusqu’à preuve du contraire pour que l’espace organise il faut qu’il y ait un système de production. L’espace ne se produit pas tout seul. Il y a systèmes de production qui reposent sur des entreprises formelles et informelles, des compétences diverses, des techniques et des expertises composites, des fonds et des circulations monétaires,…c’est une réalité urbaine complexe, incertaine, vulnérable auquel nous sommes confrontés. Et face à cela, la réponse serait des principes normatifs ? C’est plutôt de l’ordre de la conjecture. Mais ce qui est problématique, c’est que les discours présentent cette conjecture comme une certitude !

Aujourd’hui, les sociétés développées sont hantée par la question de la vulnérabilité. Cette hantise de la vulnérabilité se traduit en actes spatiaux. En particulier tous les actes d’emplacement, de mise à distance, d’épreuve de franchissement… sont aujourd’hui de plus en plus marqués par le souci de minimiser l’exposition au risque, et le premier risque, c’est autrui. Et en même temps, ce souci de se rendre moins vulnérable, va de pair avec la revendication de droits spécifiques, la volonté de coder des pratiques, des normes et des comportements, de définir des agendas, des profils d’individus, des profils culturels auxquels on se référence, etc. Comment se protège-t-on de la vulnérabilité ? En mettant les autres à distance, en posant des droits d’accès exorbitant, des épreuves de franchissement excessives. En résumé, parce que l’on se sent fragile, on produit des systèmes complexes pour nous protéger. Mais si on considère que les systèmes complexes produisent de la vulnérabilité en se complexifiant, ils produisent également de la redondance qui est synonyme de robustesse. La vulnérabilité renverrait donc autant à la fragilité qu’à la robustesse ?
Peut-être que les conditions de la robustesse passe par l’acceptation de la vulnérabilité. En fait finalement, ce que l’on est entrain de redécouvrir, c’est que les systèmes produisent de l’entropie. Il y a des moments où les choses se stabilisent, s’ankylosent, disparaissent, normalement ou non (cas des catastrophes) et d’autres qui redémarrent, se créent, évoluent. Et c’est ces tensions paradoxales là qu’il faut retravailler. Vouloir échapper à la catastrophe, c’est se condamner à échouer, parce qu’on n’échappera jamais à toutes les catastrophes. En revanche, définir en quoi la catastrophe peut-être être un horizon, parce que c’est un facteur qui est au cœur de l’expérience humaine (J.P. Dupuis), cela permet à mon sens de se préparer à saisir la catastrophe (le moins souvent possible !) pour lui donner la portée sociale, spatiale, organisationnels qu’elle pourrait avoir. C’est un peu compliqué, mais ce n’est pas la provocation. La catastrophe c’est bien sûr la ruine, le malheur, le délabrement mais en même temps il y a une puissance organisatrice qui est absolument incroyable, un facteur puissant de réorganisation de l’espace et des sociétés. Cela renvoie aux théories d’Atlan, sur la capacité du système organisationnel à acceptée, ou à intégrer le bruit, qui passé un certain seuil devient destructeur alors qu’avant cela avait un effet organisateur. En effet, ces théories ne sont pas mécanistes et elles montrent justement les échappements, les impasses, les bifurcations, les alliances incidentes qui se déroulent pour arriver effectivement à maîtriser la catastrophe. C’est quelque chose qui nécessite souvent de l’improvisation. Le paradoxe est que l’on ne se prépare jamais à cela. Et ceux qui arriveront le mieux à maîtriser les évènements, sont ceux qui improviseront le plus !

PRESENTS :
Albertin Christophe, Amilhat-Szary Anne-Laure, Aublet Benoît, Barthelemy Fabien, Beck Elise, Bertrand Nathalie, Brand Caroline, Créton-Cazanave Laurence, Cucarollo Jérome, Djevahirdjian Benoît, Garcia Pierre-Olivier, Gralepois Mathilde, Gras Harmony, Herrera Catherine, Lajarge Romain, Ligonie Pierre, Mancebo François, Marfin Jessie, Moyon Nathalie, Peyrache-Gadeau Véronique, Siméon Jean-Luc, Sossou-Agbo Lazare, Soubeyran Olivier, Tabourdeau Antoine, Tollis Claire, Tricot Anne, Vuillon Yolaine.

Le plan B de Lester Brown (environnement, développement humain et paradigmes économiques)

Astrophysicien, Pierre-Yves Longaretti partage recherches, depuis cinq ans entre des travaux théoriques d’astrophysique et de développement durable en particulier sous ses aspects et économiques. Il fait partie du groupe de recherche interdisciplinaire SOCLE3 (Soutenabilité, Organisation Collective Locale, Energie, Economie et Environnement), où se trouvent également des membres de PACTE Territoire, du Laboratoire Jean Kuntzman et de l’INRIA. Le groupe examine les conditions de transition à la durabilité d’espaces urbains et périurbains à l’échelle régionale ; particulièrement dans l’espace Alpin. Il a traduit en Français le livre de Lester Brown « Le plan B ». Ces soirs son intervention présente le cadre général de ses réflexions à l’issue de ce travail.

Selon Pierre-Yves Longaretti, la vraie question à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est de savoir si nous sommes dans une « dynamique d’effondrement » ou non. Du point de vue de la physique, lorsque l’on étudie la dynamique des systèmes complexes (mais pas seulement), en particulier la dynamique des populations et des milieux qui les soutiennent, on se rend compte que l’on peut donner une réponse quantitative, semi-quantitative ou qualitative, à ces questions. Quatre grands scénarii d’évolution en découlent :

  • Croissance indéfinie des populations et de leurs conditions de vie ;
  • équilibre entre populations et environnement, marqué par un caractère pseudo-stationnaire (mais non statique), de l’ensemble ;
  • dépassement de la population et des ses usages par rapport aux capacités de l’environnement ;
  • et enfin (variante du 3), un dépassement est tellement important que l’environnement se dégrade créant un effondrement physique. On peut discuter d’un effondrement « civilisationnel » qui ne serait pas suivi d’un effondrement physique. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, est l’effondrement physique en lui-même.

Il y a quatre conditions à réunir pour que ce dernier scénario se réalise :

  • Il faut une croissance forte (population, utilisation du milieu),
  • un dépassement de capacité,
  • un retard de réaction avec une prise de conscience tardive,
  • une érosion de la capacité du système physique.

La question est de savoir si nous (nos sociétés développés mais aussi le monde en général) sommes aujourd’hui dans une dynamique d’effondrement. Or si nous examinons les quatre conditions, nous pouvons clairement répondre par l’affirmative.

En ce sens Le Plan B prend en compte l’ensemble des problèmes constatés au niveau international et élabore trois axes d’intervention :

  • le développement humain avec l’éradication de la pauvreté et la stabilisation de la population (interdépendance très forte entre démographie forte et pauvreté),
  • la restauration de la qualité environnementale (climat, sols, biodiversité, eau…),
  • le changement de modèle économique (introduction des coûts environnementaux, transfert de la fiscalité du travail sur les impacts environnementaux,…), aller d’une économie globale à une économie locale, du jetable au recyclable,…

Le point intéressant de ce livre est de proposer un chiffrage, d’insister sur le fait que ces trois axes sont liés et que pour être efficace il faut les prendre en compte tous les trois en même temps. Deux grandes approches économiques sont aujourd’hui perceptibles :

  • Une économie dite écologique, où l’économie est considérée comme un sous-système qui doit s’insérer dans l’existant en respectant les grands équilibres écosystémiques et en prenant en compte les flux de matières et d’énergies
  • Une économie néo-classique, où le primat est donné aux échanges marchands au sein de nos sociétés, supposés inclure les dynamiques écosystémiques. Pour cela, il suffit d’adapter les coûts. L’économie environnementale s’appuie sur cette idée.

Il y a clairement une incompatibilité entre les deux approches :

    Pour la première, il faut limiter les flux, mieux les répartir et viser à l’équilibre de Pareto (optimiser l’allocation des ressources par le marché).

  • Pour le second, la priorité va à l’allocation des ressources par le marché. La visée régulatrice se fait par l’inclusion des externalités dans les prix de marché. Une grande substituabilité du capital naturel et artificiel (le progrès technologique permet (permettra) de résoudre une grande partie des problèmes) est présupposée.



Les points durs du dilemme :

Une approche uniquement économique implémente une vision utilitariste de l’environnement qui pose un problème d’éthique. Entre autre, peut-on réduire la valeur d’une ressource à un prix, dont la pertinence n’est, de surcroît, pas évidente à évaluer, en tout cas pour tous les « biens » ou « services » environnementaux (cas des biens « non rivaux » et « non exclusifs »). De plus, tant qu’une ressource est abondante, il peut y avoir substituabilité mais c’est moins vrai lorsque l’on atteint les limites de la ressource.

Ces réflexions conduisent à une remise en cause des mécanismes de l’économie de marché qui fonctionne sur un modèle d’équilibre, alors que la plupart des systèmes environnementaux fonctionnent avec un effet retard ? Comment anticiper dans ces conditions ?

La grande question qui se profile derrière ce débat est de savoir s’il y a conflit entre croissance et environnement. Et si oui, pourquoi ? Si l’on considère que la croissance correspond au coût de maintien de la société, alors il convient d’adopter une approche malthusienne où plus on dispose de moyens, plus la démographie est contrôlée. Car cette croissance n’est pas extensible. La productivité ou l’efficacité ne suffira pas à permettre un accroissement continu des richesses.

Un second point est le lien entre monnaie et croissance. Car le système monétaire crée de la monnaie, lorsque les banques accordent des prêts par exemple, sur une anticipation d’activité qui n’existe pas encore. Le problème c’est que si les prêts correspondent bien à une activité en devenir, tel ,n’est pas le cas des intérêts générés par ces emprunts. Ils se retrouvent dans le système et peuvent être prêtés de nouveau. Il y a un problème endémique structurel de manque permanent de liquidité qui impose constamment le recours à l’emprunt. Et ce recours ne peut avoir de sens que s’il ne se traduit pas par de l’inflation (la monnaie ne doit pas perdre de la valeur). Il faut donc que la croissance de la masse monétaire soit infinie, et du coup que la croissance physique des biens et services le soit également !

Quelle transition institutionnelle vers la soutenabilité ? Actuellement, on peut distinguer trois acteurs majeurs —nommés institutions par Pierre-Yves Longaretti— dans le fonctionnement des sociétés occidentales : l’état (centralisateur), les entreprises (compétition) et le système monétaire privé, qui a permis un progrès social indéniable dans les pays dits « du Nord », mais qui aujourd’hui atteint ses limites. Il pourrait être pertinent de le remplacer par trois nouveaux acteurs (institutions) sachant allier le jeu des échelles (prise en compte des territoires), avec l’idée de coopération (au lieu de compétition) et des systèmes monétaires multiples. Le problème c’est que cela est très complexe car il faut trouver de nouveaux équilibres entre intérêts privés et publiques et réinventer de nouveaux modes d’actions collectifs.



Débat :

Le rapport entre la monnaie et croissance pose le problème du contrôle du système : qui fixe les règles et qui les contrôle ? Les banques centrales indépendantes peuvent elles vraiment agir à la fois sur la croissance et la valeur de la monnaie lorsque l’on connait le poids du dollar dans les échanges internationaux ? Le dollar s’est imposé comme monnaie d’échange internationale et depuis il est constamment dévalué ce qui est l’équivalent d’une taxe pour les autres pays. D’ailleurs, il y a un lien entre monnaie et pouvoir. Si les États-Unis ont pu établir l’hégémonie du dollar, c’est parce qu’ils sont la puissance mondiale dominante.

Il faut faire la distinction entre les ressources renouvelables et non renouvelables dans la prise en compte de l’urgence environnementale. D’ailleurs, les stocks et les flux ne se gèrent pas de la même façon.

La transition institutionnelle et surtout les deux ensembles à 3 acteurs proposés font références à des notions qui sont plus complémentaires qu’opposables. L’état, dans l’un, et les territoires, dans l’autre, renvoie à la notion de pouvoir. Ce qui pose la question de leur articulation. L’entreprise et les formes coopératives posent la question de la production localisée, mais également celui de la péréquation entre les territoires qui ne disposent pas des mêmes ressources et des mêmes moyens.

Si l’autarcie n’a aucun intérêt, il convient quand même de penser un transfert de compétences plus fines pour permettre les innovations locales correspondant plus aux exigences locales que globales. De plus, si l’échelon local peut apparaitre comme une solution, il ne faut pas oublier l’échelon global qui en matière de sauvegarde environnementale est incontournable : une gouvernance mondiale doit s’affirmer pour qu’il puisse y avoir une régulation efficace des problèmes mondiaux. Les problèmes environnementaux se règlent donc à des échelles différentes, non exclusives mais complémentaires.



PRESENTS :
Emilie Debar, Harmony Gras, Catherine Herrera, Pierre-Yves Longaretti, François Mancebo, Vincent Plauchu, Lazare Sossou Agbo, Yolaine Vuillon.



Documents téléchargeables :

Présentation de PY Longaretti – Environnement_développement_économie