Deux essais d’interprétation des approches critiques du développement durable

Jeudi 30 janvier 2014

Jérôme Boissonade – Architecte – Maître de Conférences en sociologie – Université du Littoral (ULCO) – UMR 7218 LAVUE

Pour Jérôme Boissonade, le développement durable semble être d’abord un instrument de gouvernement politique, économique et environnemental, à la fois critique vis-à-vis d’un développement irresponsable et en mesure de désamorcer une critique plus radicale.

L’intervenant présente tout d’abord deux hypothèses qui vont constituer le point de départ de sa réflexion sur les approches critiques du développement durable :

Première hypothèse : malgré son omniprésence, le volontarisme institutionnel qui porte le développement durable repose aujourd’hui sur une ambition de maîtrise des processus et une défiance vis-à-vis des populations qui va le rendre de plus en plus fragile. Pour confirmer sa légitimité, les acteurs qui le portent devront adopter une approche pragmatique à même de repérer et de réinterpréter les expériences des individus, les prises et les compétences éventuelles que les situations leur donnent pour répondre aux épreuves qu’ils rencontrent, par exemple l’inconfort provoqué par tel ou tel équipement technique.

Deuxième hypothèse : La reprise de ces expériences par les institutions, dans le but de formuler un nouveau récit – le “bâtiment BBC”, les “circulations douces”, etc. – renforcerait alors leur hégémonie. En revanche, l’appropriation critique de ces expériences par les individus ou les collectifs leur permettrait d’accroitre leur émancipation. Une telle approche pragmatique des concepts de développement et de ville durables, totalisants et performatifs, peut donc servir deux objectifs antagoniques. Ce mouvement de reprise des expériences, bien souvent impulsé par la critique peut en effet favoriser l’émancipation, mais aussi, paradoxalement, conduire à affuter le « cadre qui détermine aussi bien les orientations politiques légitimes que les justifications ordinaires »1 . Face à la critique, cette grammaire2 du développement durable peut alors s’actualiser et élaborer une nouvelle histoire pour se survivre à elle-même (« transition énergétique », « croissance verte », etc.).

Après une introduction au cours de laquelle il a présenté rapidement l’écoquartier Grand Large (Dunkerque), la première partie de la présentation a été consacrée à cet enjeu pragmatique de captation et d’interprétation des expériences, que se disputent les acteurs lorsqu’ils réalisent un travail critique ou au contraire défendent le développement durable. Pour travailler cette dispute, il s’est appuyé directement dans un premier temps, sur une sociologie de la justification3 qui interroge l’opposition entre grammaire4 et critique, ainsi que la dimension morale de cette opposition idéal-typique, même si, dans la pratique, ces pôles sont bien souvent mis en œuvre alternativement par les mêmes personnes.

Dans cette hypothèse, un accord conclu entre une grammaire du développement durable et ses critiques, conduisant par exemple à l’amélioration de dispositifs de concertation, constitue-t-il la fin d’un mouvement, un aboutissement de la critique ?

Pour avancer sur cette question, Jérôme Boissonade a adopté en deuxième partie une autre démarche qui part de deux postulats :

Premièrement, les entités mises en jeu par le développement durable paraissent incommensurables. Qu’il s’agisse de l’économique, du social et de l’environnemental ou de l’intime et du planétaire, etc., ces entités ne semblent pas pouvoir relever d’un simple principe de justice qui reposerait sur l’articulation, le compromis ou l’équilibre, entre des acteurs ou des actions, qui de fait, ne sont pas comparables5.

Deuxièmement, l’exercice de la critique représente semble-t-il un objectif légitime pour toute société démocratique. Le sens d’une approche sociologique des critiques du développement durable peut alors être précisé. Elle peut se fixer notamment pour objectif de produire des moyens descriptifs et interprétatifs, afin de donner des prises aux acteurs qui réalisent ce travail critique. C’est du moins le choix que nous adoptons ici.

Prendre au sérieux ces deux postulats implique de ne pas se satisfaire du travail réalisé dans la partie précédente reposant sur une sociologie morale en termes de justice, où l’accord représente une fin. L’intervenant s’est donc engagé dans une seconde approche pragmatique qui laisse une plus grande place aux forces qui traversent la mise en œuvre du développement durable en général et la ville durable en particulier. Cela a permis de mettre en évidence dans cette partie centrale pour son propos, les efforts déployés par la critique pour rendre plus symétriques des situations dominées par l’injonction au développement durable.

Les discussions qui ont suivi cet exposé ont notamment porté sur le fait que la seconde approche adoptée, prenant en compte les rapports de forces traversant le développement durable, permettait d’articuler les approches critiques qui critiquent le caractère dominant du développement sur la durabilité (conflit certifications AB / Nature et progrès, etc.) et celles dont le but est justement de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour sortir du développement durable (décroissance, etc.).

 

Notes

1. Thévenot L., Lafaye C., « Une justification écologique? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de Sociologie, 34 (4), 1993, p. 495-524, p.514.

2. « Une grammaire est ce qui permet aux membres d’une communauté de juger correctement, c’est-à-dire de lier correctement à des discontinuités survenant dans le monde (corps, objets, matériaux, gestes, paroles …) des descriptions et d’éprouver vis-à-vis de certaines de ces descriptions un sentiment d’évidence » (Lemieux Cyril (2009), Le devoir et la grâce, Paris, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », p.21-23).

3. Boltanski L., Thévenot L., De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

4. « Une grammaire est ce qui permet aux membres d’une communauté de juger correctement, c’est-à-dire de lier correctement à des discontinuités survenant dans le monde (corps, objets, matériaux, gestes, paroles …) des descriptions et d’éprouver vis-à-vis de certaines de ces descriptions un sentiment d’évidence » (Lemieux Cyril (2009), Le devoir et la grâce, Paris, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », p.21-23).

5. Nous remettons donc notamment en cause ici les entreprises de « commensurabilité forte » qui réduisent les valeurs en une simple unité monétaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *